Accueil » Actualité » OVH : l’incendie d’un datacenter à Strasbourg secoue l’Internet européen

OVH : l’incendie d’un datacenter à Strasbourg secoue l’Internet européen

Le centre de données strasbourgeois d’OVH a été victime d’un important incendie cette nuit, détruisant entièrement un bâtiment et en endommageant un deuxième. Des milliers de serveurs sont perdus.

Cette nuit, un peu avant une heure du matin, le centre de données strasbourgeois de l’hébergeur OVH a été touché par un important incendie dont la cause n’est pas encore connue. Celui-ci, qui n’a fort heureusement fait aucun blessé parmi le personnel ou les nombreux pompiers dépêchés sur place, s’est avéré incontrôlable et n’a été circonscrit qu’en début de matinée. Il aura pour cela fallu utiliser un bateau-pompe franco-allemand et faire à appel plusieurs dizaines d’effectifs du SDIS 67.

Image 1 : OVH : l'incendie d'un datacenter à Strasbourg secoue l'Internet européen
Crédit : SDIS 67

Des conséquences majeures sur l’Internet français

Mais l’impact sur l’Internet français et européen continue à se faire sentir à l’heure où nous écrivons ces lignes. De nombreux sites web hébergés à cet endroit ont été ou sont encore indisponibles (par exemple MétéoCiel, SoPress, le site du gouvernement data.gouv.fr, l’assureur Maif ainsi que les sites de nombreux établissements scolaires ou municipalités), tout comme les différents services proposés par les sociétés, associations ou institutions louant des serveurs à cet endroit. Plus de 18% des IPs attribuées à OVH ont ainsi cessé de répondre, ce qui représente environ 464 000 domaines différents et des centaines de milliers de sites Internet.

Situé à Strasbourg, ce datacenter d’OVH comprends 29 000 serveurs regroupés dans quatre bâtiments ; l’un d’entre-eux, SBG2, a été totalement détruit tandis qu’un second, SBG1, a été partiellement endommagé par les flammes. Les deux autres bâtiments, SBG3 et SBG4 n’ont quant à eux pas été endommagés.

La totalité des serveurs situés dans SBG2 et quatre des douze salles du bâtiment SBG1 sont définitivement détruits. OVH procède actuellement au diagnostic sur l’ensemble du site afin de vérifier l’état des arrivées d’électricité ainsi que des interconnexions réseau. La totalité du datacenter de Strasbourg (SBG1 à SBG4), ainsi que les salles virtuelles SBG5 et SBG6) est donc actuellement à l’arrêt. OVH ne prévoit pas de redémarrer les serveurs situés dans SBG3 et SBG4 avant d’avoir remis en service les arrivées d’électricité et remplacé les équipements endommagés. L’hébergeur espère remettre en route SBG1 et SBG4 dès lundi prochain. La remise en route de SBG3 n’est en revanche pas prévue avant le 19 mars.

OVH attaqué par des caméras connectées

Pensez à sauvegarder !

Ce type d’accident, extrêmement rare, rappelle qu’il est indispensable de mettre en place une sauvegarde de ses données, de préférence sur un autre emplacement physique (autrement dit, dans un autre datacenter) : OVH a en effet indiqué que la totalité des serveurs physiquement situés à SBG2 (et une partie de SBG1) étaient perdus, données comprises. Les sociétés touchés ont donc été invitées à activer leur Plan de Reprise/Continuité d’Activité. Concrètement, cela revient à basculer vers leurs serveurs de secours hébergés dans un autre datacenter. Rappelons en effet que s’agissant de serveurs dédiés, l’hébergeur n’a pas à mettre en place de lui-même un quelconque système de sauvegarde : c’est au client de le faire. OVH propose toutefois ce genre de service, payant, avec une sauvegarde réalisée dans un autre de ses 15 datacenters en Europe.

L’hébergeur indique enfin avoir en stock de nombreux serveurs sur ses sites de Roubaix et Gravelines afin de permettre une remise en route rapide (et gratuite) des sites et services des clients touchés par cet évènement. L’ajout de 10 000 serveurs est également prévu pour les 3 à 4 prochaines semaines. C’est dans tous les cas un coup dur pour l’hébergeur, l’un des principaux mondiaux, qui souhaitait prochainement faire son entrée en bourse.