Accueil » Actualité » Sony censurerait la violence extrême dans les jeux vidéo japonais

Sony censurerait la violence extrême dans les jeux vidéo japonais

Sony Interactive Entertainment serait contre la violence extrême dans les jeux vidéo japonais, et plus particulièrement le démembrement des personnages à l’apparence humaine. Bien entendu, tous les jeux ne sont pas concernés par ces restrictions.

La violence dans les jeux vidéo est un sujet très sensible qui revient souvent sur le tapis. D’après un nouveau rapport paru sur GameSpark Japon, Sony aurait demandé à des développeurs de retirer certaines parties particulièrement violentes de leur jeu vidéo. En l’occurrence, les jeux qui auraient été touchés par cette censure sont ceux de la série Naruto : Ultimate Ninja.

Le siège social de Sony Interactive Entertainment à San Mateo, en Californie
Le siège social de Sony Interactive Entertainment à San Mateo, en Californie – Crédit : Coolcaesar, CC BY-SA 4.0

Selon Hiroshi Matsuyama qui est le fondateur et PDG du studio de développement Cyberconnect2, Sony aurait demandé aux développeurs d’effectuer un changement majeur. Dans l’histoire originale de la série, le ninja Minato Namikaze a perdu un bras. Cependant, son bras est bel et bien présent dans le jeu. Les développeurs de Cyberconnect2 ont ainsi dû se conformer aux politiques de Sony en ce qui concerne la violence.

Une censure qui viserait uniquement le Japon ?

Hiroshi Matsuyama a également précisé que Sony Interactive Entertainment n’autorise pas le démembrement des personnages à l’apparence humaine, même si la CERO ne l’interdit pas. Au Japon, la CERO (Computer Entertainment Rating Organization) est l’organisme de classification qui évalue les jeux. Dans la série Naruto : Ultimate Ninja, Minato Namikaze n’est pas un humain à proprement parler. Il a été ressuscité, mais il conserve tout de même une apparence humaine.

Bien entendu, les jeux Naruto : Ultimate Ninja sont loin d’être aussi violents que d’autres titres où les représentations de violence extrême ont été autorisées. On pense notamment à The Last of Us Part II élu jeu de l’année 2020. La violence y est omniprésente. D’ailleurs, un cosplay représentant l’un des Infectés du jeu était tellement réaliste que le studio Naughty Dog a cru qu’il s’agissait d’une capture d’écran et non d’une véritable photo avec des cosplayeurs.

La censure de Sony s’appliquerait-elle donc uniquement aux jeux japonais pour la PlayStation ? Cela est fort probable. La classification japonaise est généralement très stricte. Par exemple, Cyberpunk 2077 a été fortement censuré à cause de son caractère sexuel. Le mod pour coucher avec Keanu Reeves qui a été supprimé par CD Projekt RED n’aurait sûrement pas été bien accueilli au pays du Soleil levant. Quoi qu’il en soit, nous ne pouvons pas confirmer si une telle censure de Sony Interactive Entertainment est réellement en vigueur ou si elle a été abandonnée au fil des années.

Source : DualSHOCKERS