Accueil » Actualité » Tesla Model 3 SR+ : son autonomie change en fonction des saisons

Tesla Model 3 SR+ : son autonomie change en fonction des saisons

Les batteries des voitures électriques permettent une autonomie moindre en hiver. Cette idée est ancrée dans l’esprit collectif, mais est-ce vraiment le cas ? Un Youtuber réalise la comparaison.

Cet hiver, nous vous parlions d’un autre youtubeur qui avait montré qu’une Model 3 de 2018 consommait plus en hiver qu’en été. Afin de s’en assurer, TESLAPEG a décidé de réaliser une vidéo comparative sur un même trajet en hiver et en été. Il compare également les temps de charge dans les deux cas.

Image 1 : Tesla Model 3 SR+ : son autonomie change en fonction des saisons
Crédit : pixabay

L’idée est de s’assurer s’il s’agit d’un préjugé ou si les véhicules électriques sont moins performants en hiver. Le véhicule utilisé est une Model 3 Standard Range Plus dont l’autonomie estimée selon le cycle WLTP est de 448 km.

L’hiver est difficile pour la Model 3

Avant de détailler les différences de performance, voici les conditions rencontrées pour les deux tests. Pour la session estivale, la journée était claire, sèche et la température avoisinait les 20 °C. Des conditions optimales pour une voiture électrique, mais qui correspondent plus à un beau printemps qu’à un été sous nos latitudes (le testeur étant Canadien). Pour la partie hivernale, le thermomètre affichait -29 °C.

Dans les deux tests, le propriétaire commence par une recharge à 100 % de la batterie. Première différence, le temps de charge en été n’est que de 20 à 25 min contrairement au 30 à 40 minutes constatées en hiver. Une différence facilement explicable par la nécessité, en hiver, de réchauffer la batterie avant de pouvoir la charger à la puissance maximale.

Pour l’autonomie, à 100 %, l’écran central annonce 352 km en été et 318 km en hiver. Après quelques minutes, les autonomies estimées s’ajustent sur la console pour afficher 312 km en été et seulement 184 km en hiver. Une tendance qui se confirme une petite centaine de kilomètres plus loin.

Au final, le youtubeur constate un écart de 140 km d’autonomie entre les conditions hivernales et estivales. Il mentionne aussi une perte d’efficacité due à l’usure de la batterie qu’il estime à 30 km depuis l’achat de son véhicule.

Pourquoi une telle différence ?

Cela n’a rien de nouveau, un véhicule électrique consomme un peu moins en été qu’en hiver, mais dans le cas de notre youtubeur, pourquoi une telle différence ?

Comme expliqué dans sa vidéo, dans son test hivernal, la voiture utilise beaucoup d’énergie pour maintenir les composants à une température optimale. Cette contrainte est moins problématique dans un pays où l’hiver est bien plus doux, mais elle est connue. C’est d’ailleurs ce besoin de maintenir les composants à température qui limite en partie l’autonomie de l’hélicoptère Ingenuity sur Mars (où les températures descendent bien plus bas).

Autre point à mentionner, le confort du conducteur. Avec un test estival à 20 °C, l’utilisation de la climatisation n’est pas forcément nécessaire et, quand bien même cela serait le cas, la puissance utilisée resterait extrêmement faible. L’efficacité d’une pompe à chaleur se trouvant dans les températures ambiantes (entre 7 °C et 20 °C selon les modèles), on comprend rapidement que les 20 °C estivaux sont idylliques comparés aux -29 °C hivernaux.

Il serait intéressant, à titre de comparaison, qu’un autre youtubeur réalise un test dans les conditions inverses avec un hiver doux et un été caniculaire.

Source : insideevs