Accueil » Test » Test Asus ROG Zephyrus G14 : un portable gamer compact dopé au Ryzen 9 4900HS

Test Asus ROG Zephyrus G14 : un portable gamer compact dopé au Ryzen 9 4900HS

Asus inaugure l’arrivée sur le marché de la plateforme AMD Ryzen 4000 mobile avec son nouveau ROG Zephyrus G14, un ultraportable plutôt sobre destiné au marché gaming. Combinant un écran 14 pouces et une GeForce RTX 2060 Max-Q, ce notebook offre sur le papier des caractéristiques intéressantes. Voyons s’il passera avec succès l’épreuve du test pratique.

Image 2 : Test Asus ROG Zephyrus G14 : un portable gamer compact dopé au Ryzen 9 4900HS
8,5/10

Asus ROG Zephyrus G14

2300€ > Fnac
On aime
  • Les performances CPU
  • Les performances GPU
  • Le design compact
  • La certification Pantone de l'écran
  • La qualité du châssis
  • La recharge USB-C Power Delivery
On n’aime pas
  • Pas de webcam ni de lecteur de cartes mémoires
  • Le rétro-éclairage du clavier parfois génant
  • Les nuisances sonores en bureautique ou au repos
Processeur AMD Ryzen 9 4900HS (3 GHz, Turbo 4,3 GHz) avec RX Vega 8 intégrée
Carte graphique NVIDIA GeForce RTX 2060 Max-Q
Mémoire 16 Go DDR4-3200 (Micron), 32 Go max
Stockage SSD 1 To (Intel 660p) M.2 NVMe
Ecran 14 pouces IPS WQHD (2560×1440) 60 Hz, certifié Pantone
Batterie 76 Wh
Réseau Wi-Fi 6 AX 2.2, Bluetooth 5.0
Dimensions 324x222x18 mm, 1,6 kg

Disponible depuis de nombreux mois déjà, la gamme ROG Zephyrus G d’Asus se compose de modèles d’ordinateurs portables « gaming » basés sur une plateforme AMD. L’arrivée sur le marché des nouveaux processeurs Ryzen 4000 mobiles offre donc au constructeur l’opportunité de mettre à jour son portefeuille, en particulier avec le lancement du ROG Zephyrus G14 GA401, présenté au CES de Las Vegas en début d’année, un modèle compact doté d’un écran de 14 pouces, mais qui embarque des composants qui devraient plaire aux joueurs.

Le ROG Zephyrus G14 est proposé en différentes configurations. Le processeur pourra donc être un Ryzen 7 4800HS ou un Ryzen 9 4900HS, la partie graphique étant confiée à une GTX 1660 Ti en entrée de gamme, le modèle le plus rapide bénéficiant d’une RTX 2060 Max-Q 6 Go GDDR5. Notre configuration de test embarque les plus puissants de ces deux composants, associés à 16 Go de mémoire DDR4-3200 fabriquée par Micron (le notebook supporte jusqu’à 32 Go de mémoire, mais une partie est soudée) et un SSD M.2 NVMe de 1 To (Intel 660p). Il sera d’ailleurs aisé de mettre à jour en cas de besoin la mémoire ou le stockage, l’ouverture du Zephyrus G14 étant très facile.

Comparatifs et tests des meilleurs PC portables 2020 par marque

Le design efficace du Zephyrus G14

Le ROG Zephyrus G14 est doté d’un châssis en alliage d’aluminium et de magnésium, avec d’autres parties comme le tour de l’écran en plastique, le tout offrant un design particulièrement travaillé et agréable tout en restant relativement sobre pour machine dédiée au gaming. Il est proposé en deux coloris, Eclispe Grey ou Moonlight White ; c’est cette dernière que nous avons eu entre les mains. Tout en finesse, cet ultraportable affiche une épaisseur de seulement 18 mm (avec le capot déplié) pour un poids atteignant 1,6 kg sur la balance : des caractéristiques somme toute intéressante quand on garde en tête qu’il s’agit aussi (et surtout) d’une machine pour jouer.

Image 3 : Test Asus ROG Zephyrus G14 : un portable gamer compact dopé au Ryzen 9 4900HS
Crédit : GalaxieMedia / Yannick Guerrini

On pourrait d’ailleurs avoir peur que les composants surchauffent au sein de ce notebook, mais il n’en est rien, grâce à un système de refroidissement particulièrement bien étudié. On notera par exemple que l’ouverture de l’écran surélève légèrement le notebook, améliorant ainsi la circulation d’air en dessous : les grilles d’aération placées à cet endroit n’en seront que plus efficaces. D’autres grilles de ventilation sont présentes sur les côtés, ainsi qu’à l’arrière.

Image 4 : Test Asus ROG Zephyrus G14 : un portable gamer compact dopé au Ryzen 9 4900HS
Crédit : GalaxieMedia / Yannick Guerrini

Seule contrepartie, le Zephyrus G14 pourra se montrer parfois un peu bruyant, surtout avec des jeux utilisant à fond le processeur et la carte graphique. Dans la majorité des cas, les nuisances sonores restent tout de même acceptables, même si on aurait préféré un silence parfait au repos.

Notez qu’Asus propose également en option son système d’affichage AniMe Matrix, qui avait fait sensation au CES. Celui-ci se compose de plus de mille mini LED placées sur le capot du notebook, capables de s’allumer indépendamment selon 256 nuances de luminosité. Ce système permet donc d’afficher n’importe quelle information ou animation. Le modèle testé n’en était toutefois pas équipé.

Un écran presque bien calibré

L’Asus ROG Zephyrus G14 est proposé en deux versions concernant l’écran : la première avec une dalle IPS pouvant afficher du Full HD avec un taux de rafraichissement de 120 Hz, la seconde avec une dalle de même technologie, mais capable d’afficher du WQHD (2560 x 1440 pixels) en 60 Hz seulement. C’est cette deuxième version (AU Optronics AUOE68C B140QAN02.3) que nous testons ici.

Image 5 : Test Asus ROG Zephyrus G14 : un portable gamer compact dopé au Ryzen 9 4900HS
Crédit : GalaxieMedia / Yannick Guerrini

Selon les mesures réalisées avec notre sonde DataColor Spyder 5 Elite, l’écran du ROG Zephyrus G14 affiche un gamut couvrant 99% de l’espace colorimétrique sRVB, et 76% d’AdobeRVB. Le gamma est mesuré à 2,3, la luminosité maximale à 320 cd/m² tandis que le taux de contraste culmine à 1250:1. Le DeltaE est excellent, avec une moyenne de 1,18, justifiant au passage la certification Pantone de la dalle.

Globalement, l’écran utilisé par cet ultraportable est plutôt bon, si ce n’est un point blanc à 7500K, tirant un peu vers le bleu.

Image 6 : Test Asus ROG Zephyrus G14 : un portable gamer compact dopé au Ryzen 9 4900HS
Gamut du ROG Zephyrus G14

Une vaste connectique pour tout brancher

Asus nous offre ici une connectique complète malgré le format compact de ce notebook, puisque l’on trouve d’un côté une sortie HDMI 2.0b, un port USB 3.2 Gen2 Type-C (compatible DisplayPort 1.4) et un connecteur audio micro-casque, et de l’autre deux ports USB 3.2 Gen1 Type-A et un second port USB Type-C, à la norme 3.2 Gen2 lui aussi. Point de lecteur de cartes mémoires en revanche, le constructeur ayant également fait l’impasse sur la webcam intégré.

Image 7 : Test Asus ROG Zephyrus G14 : un portable gamer compact dopé au Ryzen 9 4900HS
Crédit : GalaxieMedia / Yannick Guerrini

L’un des deux ports USB Type-C (celui de gauche) peut également servir pour recharger jusqu’à 65W le Zephyrus G14, bien qu’un connecteur d’alimentation classique soit aussi présent afin d’y brancher le transformateur de 180W. Attention toutefois : cette alimentation externe de 180W est indispensable pour pouvoir jouer dans de bonnes conditions pendant la recharge, le chargement via le port USB ne pouvant délivrer une puissance suffisante pour jouer en même temps.

Image 8 : Test Asus ROG Zephyrus G14 : un portable gamer compact dopé au Ryzen 9 4900HS
Crédit : GalaxieMedia / Yannick Guerrini

Enfin, le ROG Zephyrus G14 est bien doté côté connectivité, puisque l’on trouve des contrôleurs Wi-Fi 6 (Intel AX200) et Bluetooth 5.0. Aucun port Ethernet n’est présent, mais ce n’est pas forcément étonnant ni gênant compte tenu du marché visé par ce produit.

Le rétroéclairage du clavier du G14 est trop présent

Image 9 : Test Asus ROG Zephyrus G14 : un portable gamer compact dopé au Ryzen 9 4900HS
Crédit : GalaxieMedia / Yannick Guerrini

Malgré sa compacité, le ROG Zephyrus G14 est doté d’un clavier rétroéclairé, avec des touches relativement grandes, agréable à l’usage. Le rétroéclairage est peut-être la seule petite ombre au tableau : ce dernier a tendance à être vraiment trop visible « par le dessous » des touches, ce qui peut parfois se montrer gênant. Le pavé tactile est quant à lui d’une taille et d’une texture confortable. De chaque côté de ce dernier, on trouve deux haut-parleurs de 2,5W. Le bouton Power intègre enfin un lecteur d’empreintes digitales.

Image 10 : Test Asus ROG Zephyrus G14 : un portable gamer compact dopé au Ryzen 9 4900HS
Crédit : GalaxieMedia / Yannick Guerrini

Ryzen 9 4900HS et GeForce RTX 2060 Max-Q, le combo du joueur nomade de 2020 ?

Revenons rapidement sur le Ryzen 9 4900HS et ses caractéristiques, un tour complet de ces nouveaux Ryzen 4000 mobiles ayant été déjà réalisé il y a quelques semaines. Ce CPU qui prend place dans le ROG Zephyrus G14 possède huit coeurs basés sur l’archicture Zen 2, soit 16 threads au total, le tout affichant des fréquences de base de 3 GHz et une fréquence Boost de 4,3 GHz au maximum.

Image 11 : Test Asus ROG Zephyrus G14 : un portable gamer compact dopé au Ryzen 9 4900HS
Crédit : AMD

Gravé en 7 nm, ce processeur embarque également une partie graphique Vega avec 6 cœurs pouvant grimper à 1750 MHz, ainsi que 12 Mo de mémoire cache, le tout pour un TDP de 35 watts. On trouve également un contrôleur mémoire dual-channel prenant officiellement en charge les mémoires DDR4-3200 et LPDDR4, ainsi qu’un moteur vidéo Radeon Multimedia Engine capable d’accélérer le décodage des formats VP9 8b/10b (1080p240 à 4K60), H.264 (1080p480 à 4K120) et H.265 (1080p240 à 4K60). Il peut également encoder du H.264 ou du H.265 8b/10b en 1080p240 ou 4K60.

Image 12 : Test Asus ROG Zephyrus G14 : un portable gamer compact dopé au Ryzen 9 4900HS
Crédit : AMD

En revanche, notre plateforme de test étant dépourvue d’un GPU Navi 10 ou supérieur, nous n’avons pas pu tester la fonctionnalité SmartShift. Celle-ci permet, pour rappel, de basculer dynamiquement la puissance entre le CPU et le GPU, en fonction de l’utilisation et de la température des composants.

Il est temps de passer aux choses sérieuses : quelles sont les performances de ce Ryzen 9 4900HS associé à une GeForce RTX 2060 Max-Q ? Nous avons pour cela ressorti notre batterie de tests standards, composés de logiciels de benchmarks comme 3DMark et PCMark 10 d’UL Benchmarks, ou encore le bench H.265 de HWBot. Nous avons également testé la plateforme dans son ensemble (processeur Ryzen et GPU NVIDIA) avec quelques jeux, puis nous avons appliqué le même protocole de test à l’APU Ryzen uniquement, sortant de l’équation la GeForce RTX 2060 Max-Q pour ne conserver que la RX Vega 8.

Performances CPU : encodage H.265 (FPS)

Inutile de tergiverser : le Ryzen 9 4900HS est tout simplement un monstre de puissance ! Il laisse très loin derrière lui des processeurs concurrents comme les i7-1065G7, i7-9750H ou i9-8950HK, que ce soit en 1080p ou en 4K. Le mode Turbo n'apporte en revanche quasiment rien, si ce n'est quelques dixièmes de FPS dans le test 1080p, plus court.

Performances bureautiques : PCMark 10 (Score global)

PCMark 10 offre une vision d'ensemble des performances du notebook lors des tâches bureautiques. Ce benchmark fait principalement appel au processeur, mais le GPU est également mis à profit lors des tests OpenCL. En utilisant exclusivement le Ryzen 4900HS et sa partie graphique RX Vega 8, on atteint déjà des performances similaires à celles offertes par un i7-8750H avec une GTX 1060 Max-Q. Tirer parti de la RTX 2060 Max-Q permet au ROG Zephyrus G14 de se hisser à la hauteur de l'Alienware m17, pourtant équipé d'un Core i9-8950HK et d'une RTX 2080 Max-Q. Autant dire que cet ultraportable offre des performances suffisamment élevées pour se jouer de n'importe quelle tâche bureautique.

Performances 3D : 3DMark Time Spy

3D Mark Time Spy permet de découvrir les performances 3D d'une configuration, et ici aussi le ROG Zephyrus G14 impressionne. Suivant que l'on active ou non le mode Turbo, il vient se placer au niveau de l'Acer Predator Helios 300 ou du MSI GE75 Raider 8SE. Avec sa GTX 1080, l'Acer Predator 17X reste toutefois un cran au dessus. Notez que si l'on s'intéresse exclusivement aux performances CPU, le ROG Zephyrus G14 met toute le monde d'accord, en laissant sur place les i7-8750H, i7-10510U et autres i7-9750H.

Performances 3D : 3DMark Port Royal

Le benchmark Port Royal de 3DMark permet de mesurer les performances en ray-tracing. Sans surprise, la RTX 2060 Max-Q du ROG Zephyrus G14 se place entre une RTX 2070 Max-Q et une GTX 1660 Ti. Le mode Turbo apporte un gain de performances non négligeable, de l'ordre de 6%.

Performances en jeux (Full HD)

Nous avons utilisé pour ce test quatre jeux DirectX 12 et un jeu DirectX 11, testés en 1080p avec les réglages les plus élevés possibles. Nous avons toutefois désactivé les fonctionnalités propres à l’un ou l’autre des constructeurs de GPU du marché, tel que le HBAO+, afin d’éviter tout favoritisme. Le Vsync et, le cas échéant, la limitation d’IPS ont bien entendu eux aussi été désactivés.

Jeu Réglages
Ashes of the Singularity: EscalationExtreme, test GPU
Tom Clancy’s The DivisionUltra
Far Cry 5Ultra, Flou off
Rise of the Tomb RaiderVery High, SMAA, HBAO+ off
Civilization VIUltra/Ultra, MSAA 8x, test GPU

Avec Son Ryzen 9 4900HS et sa GeForce RTX 2060 Max-Q, le ROG Zephyrus G14 fait en moyenne plus ou moins jeu égal avec des configurations équipées d'une GTX 1070 Max-Q. En activant le mode Turbo, il vient même titiller le Gigabyte Aero 15 OLED équipé d'un Core i7-9750H et d'une RTX 2070 Max-Q. La RX Vega 8 intégrée offre en revanche des performances trop limitées pour jouer de manière fluide en Full HD avec nos réglages graphiques poussés au maximum : les notebooks reposant uniquement sur l'APU d'AMD, sans carte graphique dédiée, devront donc opter pour des réglages graphiques moins élevés pour jouer convenablement en 1080p.

Asus Zephyrus G14 : une autonomie correcte, mais pas renversante

Le ROG Zephyrus G14 est doté d'une batterie de 76 Wh. C'est suffisant pour travailler de manière nomade (le constructeur annonce une autonomie de 6 heures), mais cela risque de ne pas l'être si vous envisagez de jouer pendant une longue période loin de toute prise électrique. Dans le test Basemark Web 3.0, ce notebook affiche une autonomie de 1h37 en utilisant exclusivement l'IGP, mais celle-ci grimpe, de manière surprenante, à 2h28 avec le GPU NVIDIA ! C'est l'une des seules fois où l'on a pu noter un tel comportement. En pratique, l'autonomie est donc plutôt bonne, surtout en sachant que nous n'activons pas les modes d'économie d'énergie de Windows ou du constructeur.