Test Samsung Odyssey Neo G9 G95NC : un incroyable moniteur gaming de 57 pouces, en avance sur son temps.

Equivalent à deux moniteurs 32 pouces 4K 240 Hz juxtaposés, l’Odyssey Neo G9 de 57 pouces exploite une gigantesque dalle LCD au format 32:9 dotée d’un rétro éclairage mini LED. Il requiert un équipement extrêmement performant pour l’exploiter dans des conditions pleinement satisfaisantes.

Sommaire
Samsung Odyssey Neo G9 G95NC
Image 4 : Test Samsung Odyssey Neo G9 G95NC : un incroyable moniteur gaming de 57 pouces, en avance sur son temps.
  • Samsung Odyssey Neo G9 G95NC
    2299€
  • Amazon
    2299€
  • Cdiscount
    2,101.22€
  • Fnac
    2199€
  • Darty
    2199€
  • Boulanger
    2199€
  • Rakuten
    2199€
  • RueDuCommerce
    2,395.80€
  • Pixmania FR
    2,480.33€
Plus d’offres

Trois types de moniteurs gamers sont proposés par les constructeurs à l’heure actuelle :

  • Les modèles LCD avec rétro éclairage LED. S’ils se distinguent par une luminosité élevée, ils pêchent généralement par des noirs imparfaits (taux de contraste limité).
  • Les moniteurs OLED, haut de gamme, offrent des couleurs éclatantes, avec des noirs irréprochables (taux de contraste quasi infini), malgré une luminosité maximale inférieure à celle des dalles LCD.
  • Ceux dotés d’une dalle LCD avec un rétro éclairage mini LED constituent une sorte de compromis entre les deux premières technologies. Grâce à un grand nombre de zones d’éclairage indépendantes, leur luminosité est boostée, tout à réduisant sensiblement l’écart avec l’OLED en termes de taux de contraste.

Tous ces moniteurs ont plusieurs points communs :

  • Une Définition élevée, mais le plus souvent limitée néanmoins au mode QHD (2560 x 1440 pixels) et à ses différentes déclinaisons, étendues en fonction des formats : 3440 x 1440 pixels pour le format 21:9 et 5120 x 1440 pixels en 32:9.
  • Une fréquence maximale supérieure au traditionnel mode 60 Hz, de 240 Hz la plupart du temps.
  • Une dalle plus ou moins incurvée, pour offrir une meilleure immersion dans les jeux.
  • Une dalle de grandes dimensions. Jouer sur un moniteur de 24 ou 27 pouces, c’est dépassé… Aujourd’hui, il faut un écran de 34, 45 voire même 49 pouces pour vraiment s’éclater !

Aujourd’hui, Samsung repousse encore un peu les limites de l’affichage, avec ce moniteur de la gamme Odyssey, le Neo G9 G95NC (ou S57CG952NU), dont la dalle mesure pas moins de 57 pouces, dans le format extra large de 32:9 ! Pire encore, sa définition démesurée est véritable challenge pour le PC et – surtout – sa carte graphique ! Des composants de dernière génération sont indispensables, même si – comme nous allons le voir – ils ne sont pas suffisants pour tirer pleinement partie des étonnantes capacités du moniteur. Si ce dernier représente donc un investissement considérable, de nombreuses années risquent de passer avant qu’il soit nécessaire d’envisager son remplacement…

Quelles sont les caractéristiques techniques du Samsung Odyssey Neo G9 S57CG925NU ?

Cet Odyssey Neo G9 se distingue principalement par sa dalle géante, équivalente à deux dalles de 32 pouces juxtaposées, et la définition qui en découle : 2 x 3840 x 2160 pixels = 7680 x 2160 pixels !

  • Type de dalle : LCD VA QLED, incurvée (1000R), HDR10+ Gaming, mate
  • rétro éclairage : mini LED (2392 zones)
  • Diagonale : 57 pouces
  • Format : 32:9
  • Définition : 7680 x 2160 pixels
  • Fréquence maximale : 240 Hz, VRR (FreeSync Premium Pro, G-Sync)
  • Luminosité (donnée constructeur) : 420 / 2000 nits
  • Taux de contraste (donnée constructeur) : 2500 : 1 / 1 000 000 :1
  • Connectique : 2 HDMI 2.1, DisplayPort 2.1, Hub USB 3.1 x2
  • Consommation électrique : 300 W maxi
  • Ergonomie : réglages de rotation, inclinaison et hauteur (+/- 12 cm).
  • Poids : 19 kg
  • Dimensions : 132,7 x 60,1 x 50 cm
  • Autres: câbles HDMI, DisplayPort, USB

Quel est le prix du Samsung Odyssey Neo G9 S57CG925NU ?

Le moniteur Samsung Odyssey Neo G9 G95NC est actuellement en vente à 2499 €. Ce prix, élevé, est à comparer à ceux d’autres moniteurs gamer, comme les modèles suivants :

  • LG 45GR95QE-B : 45 pouces OLED (3440 x 1440 pixels), 240 Hz, format 21:9 (1199 €)
  • LG 49GR85DC : 49 pouces LED (5120 x 1440 pixels), 240 Hz, format 32:9 (962 € environ)
  • Samsung Odyssey G9 (S49CG934SU) : 49 pouces QD-OLED (5120 x 1440 pixels), 240 Hz, format 32:9 (1300 €)

C’est le prix à payer pour bénéficier d’une très grande dalle panoramique, extrêmement précise et dotée d’un rétro éclairage performant.

Design : il nous faut un plus grand bureau !

Deux caractéristiques sautent immédiatement aux yeux lorsqu’on découvre l’Odyssey Neo G9 G95NC :

  • Son design, tout d’abord. En effet, sa finition en plastique blanc, brillant, tranche avec les autres moniteurs gamers et apporte un aspect futuriste qui devrait plaire aux gamers.
  • Et, bien sur, son format ! Ce beau bébé mesure pas moins de 132,7 x 60,1 x 50 cm, pour un poids de 19 kg. Ces mensurations sont à prendre en compte avant d’investir, sous peine de devoir investir dans un plus grand bureau… En comparaison, une TV 55 pouces, comme la Samsung TQ55S90C, mesure 122,5 x 77,3 x 26,5 cm, pour un poids de 18,2 kg…

D’autre part, à l’instar des autres moniteurs aux formats 21:9 ou 32:9, le pied en V s’avère assez peu pratique. Il faut un bureau très profond pour placer son clavier et sa souris entre les deux branches. En revanche, une fois en place, le moniteur s’adapte à toutes les situations grâce à une ergonomie sans faille. En effet, sa rotule permet de modifier l’orientation (rotation et l’inclinaison) de la dalle. Et la position de celle-ci peut également être ajustée en hauteur. Signalons d’autre part que le moniteur est livré avec support Vesa, ce qui permet de le fixer à un bras articulé.

A l’arrière de l’Odyssey Neo G9, derrière un grand cache amovible, se trouve une connectique très étoffée. En effet, on y trouve pas moins de quatre entrées vidéo :

  • Trois entrées HDMI 2.1
  • Une entrée DisplayPort 2.1

Elles sont complétées par une prise casque et un hub USB comprenant 2 ports USB 3.1. Le moniteur intègre aussi un KVM : deux ports USB B permettent de se connecter à deux sources, un ordinateur et une console par exemple, qui pourront être utilisées avec un seul duo clavier / souris, connecté aux deux ports USB 3.1. Bien sur, si on connecte plus de deux sources au moniteur, il faudra déplacer occasionnellement les câbles USB B pour bénéficier de cette fonction…

Et comme un moniteur destiné aux joueurs ne peut pas se passer d’effets lumineux, l’arrière de l’Odyssey Neo G9 est agrémenté de l’Infinity Core Lightning+. Il s’agit d’un grand anneau de LEDs, situé au niveau de la rotule du moniteur, qui diffuse des effets RGB fixes ou animés. Le résultat est assez joli, si on regarde l’arrière du moniteur. Mais, si ce dernier n’est pas adossé à un mur, les lumières passent inaperçues lorsqu’on se trouve devant l’écran.

Dans ce cas, on ne pourra profiter que des deux petites bandes de LEDs RGB, placées dans les coins inférieurs de l’écran, sous l’image.

Qualité d’affichage : une précision inégalée !

Avec sa diagonale de 57 pouces, l’Odyssey Neo G9 G95NC nous fait passer dans une nouvelle dimension. En effet, jusqu’à présent, les plus grands moniteurs gamer affichaient des images de 49 pouces ! De plus, au lieu de se contenter d’un affichage correspondant à deux écrans QHD (2 x 2560 x 1440 pixels), à l’instar du LG 49GR85DC, que nous avons récemment testé, Samsung pousse la définition dans ses derniers retranchements, en exploitant un mode graphique équivalent à deux écrans 4K (de 32 pouces en l’occurrence). Avec 3840 x 2160 x 2 = 7680 x 2160 pixels, l’image est d’une précision inégalée (en attendant qu’un constructeur lance un moniteur gamer 8K, avec une image en 7680 x 4320 pixels !).

D’autre part, la dalle est incurvée (1000R), ce qui plonge le joueur dans l’action. Et si la dalle OLED du moniteur LG 45GR95QE-B est plus fortement incurvée (800R), le rayon de courbure de l’Odyssey s’avère suffisant pour que l’image occupe une grande partie du champ de vision, lorsqu’on se trouve à environ 70 cm du moniteur.

Si ces caractéristiques font de l’Odyssey Neo G9 G95NC le moniteur qui offre le rendu visuel le plus impressionnant lorsqu’il s’agit de jouer, en particulier avec des jeux de simulation automobile, des FPS ou encore Flight Simulator, il s’avère également idéal pour travailler ou dans le cadre d’une utilisation personnelle ou professionnelle. En effet, on peut garder de nombreuses fenêtres ouvertes à l’écran (mail, réseaux sociaux, calendrier, Youtube, etc.).

Une autre caractéristiques marquante de l’Odyssey Neo G9 G95NC réside dans son format 32:9, qui n’est pas encore parfaitement géré par tous les jeux. Par exemple, Diablo 4, qui n’avait déjà pas pu afficher correctement le mode 5120 x 1440 pixels (32:9) du moniteur LG 49GR85DC, est – encore une fois affiché avec des barres noirs latérales. Nous avons rencontré le même souci lors de nos tests avec Overwatch 2, qui ne gère pas le format 32:9. Pas de problème en revanche, lorsqu’on y joue dans une définition inférieure (5120 x 1440 pixels). La plupart des autres jeux que nous avons lancés lors de test supportaient la définition et le mode 32:9.

Enfin, pour ce qui est du taux de rafraichissement maximum, Samsung est resté sur une fréquence maximale de 240 Hz. Le seul souci, c’est qu’il est aujourd’hui Impossible d’atteindre cette fréquence avec la très grande majorité des cartes graphiques présentes dans les PC. En effet, celles-ci, à l’image des puces de la série RTX 40 de Nvidia (comme une GeForce RTX 4090), ne sont équipées que de sorties HDMI 2.1 ou DisplayPort 1.4.

Or, si on espère (un jour) obtenir des animations comportant près de 240 images par seconde, il faut absolument posséder une carte graphique équipée d’une sortie DisplayPort 2.1, qui supporte une bande passante deux fois supérieure à celle du DisplayPort 1.4. Et celles-ci se comptent actuellement sur les doigts d’une main qui a perdu plusieurs doigts. En effet, seules les cartes graphiques qui embarquent les processeurs graphiques AMD Radeon RX 7900 XT et RX 7900 XTX en sont actuellement dotées.

En attendant, si on dispose d’une carte graphique Nvidia GeForce, même très récente, ou d’une carte avec un autre processeur graphique ATI, on ne pourra tirer que 120 images par seconde en mode 7680 x 2160 pixels.

Il est possible d’atteindre le mode 240 Hz avec une carte graphique équipée d’un port HDMI 2.1 ou DisplayPort 1.4. Mais pour cela, il faut basculer dans le mode graphique 5120 x 1440 pixels (la définition 32:9 adoptée par le moniteur LG 49GR85DC).

Etait-ce vraiment la volonté de Samsung de commercialiser en 2023 un moniteur qui ne pourrait être exploité pleinement qu’en 2024 ou 2025, avec des cartes graphiques équipée d’une sortie DisplayPort 2.1 et suffisamment performantes pour calculer jusqu’à 240 images 3D par seconde comportant 16,5 millions de pixels ? Ce n’est pas sur ! En revanche, cela permet à l’Odyssey Neo G9 d’assurer sa place sur un bureau pendant plusieurs années…

Car un autre problème de taille se pose : la configuration nécessaire pour exploiter cette définition gigantesque dans les meilleures conditions possible, c’est-à-dire avec les animations les plus fluides possibles, doit être extrêmement performante. Surtout si on désire également bénéficier d’une bonne qualité graphique (détails élevés et effets graphiques sophistiqués).

Avec notre PC équipé d’un processeur Intel Core i5-13600K (14 cœurs cadencés à 2,6/3,9 GHz et 3,5/5,3 GHz), de 32 Go de mémoire et d’une carte GeForce RTX 4080, il a tout de même fallu faire quelques concessions pour jouer à Fortnite avec une fluidité extrême. En fonction des jeux, il sera déjà bien d’atteindre les 120 images en seconde sans devoir ajuster de façon drastique les réglages graphiques…

Dans tous les cas, le moniteur supportent les deux principales technologie VRR (Variable Refresh Rate) que sont Freesync Premium Pro d’AMD et G-Sync de Nvidia. On a donc l’assurance de bénéficier d’un affichage dénué du moindre effet de déchirement d’image, car la fréquence du moniteur s’adapte en temps réel au nombre d’images par seconde que le PC est en mesure de générer.

Une autre spécificités de l’Odyssey Neo G9 G95NC, par rapport au 49GR85DC de LG par exemple, réside dans l’exploitation de la technologie LCD avec un rétro éclairage mini LED. Ce type de rétro éclairage délivre des images plus contrastées et plus lumineuses que celles issues des dalles LCD / LED traditionnelles, car ce dispositif permet d’obtenir un très grand nombre de zones indépendantes, 2392 en l’occurrence, contre seulement 32 pour le LG 49GR85DC. D’ailleurs, Samsung annonce une luminosité de 420 nits, voire même de 2000 nits en pic, avec un taux de contraste de 2500 : 1.

Selon les mesures que nous avons réalisées à l’aide de notre sonde X-Rite i1Display Pro Plus, la réalité est plutôt flatteuse. Ainsi, la luminosité maximale que nous avons relevée est comprise entre 843 et 894 nits ! Ces deux valeurs ont été mesurées dans le mode image “Standard pour le jeu”, avec le paramètre Nuance de couleurs sur “Chaude 1” et “Naturel”. Ce sont d’excellents résultats, à comparer aux 437 nits que nous avons observés sur le LG 49GR85DC.

Dans les deux cas, le taux de contraste moyen correspond presque à ce qu’annonce Samsung, puisqu’il atteint 2230:1 / 2312:1. Et c’est un résultat très satisfaisant, car les noirs affichés s’avèrent très profonds. Et, dans l’ensemble, les 2392 zones permettent de limiter considérablement les effets de blooming (halo lumineux visible sur les écrans LCD lorsqu’un objet très lumineux est affiché sur un fond très sombre).

En revanche, la fidélité des couleurs n’est pas vraiment respectée. En effet, le Delta E moyen mesuré dans les deux modes (4,8) est assez nettement supérieur à 3. Mais force est de constater que – surement grâce à la technologie es points quantiques – les couleurs en mettent plein les yeux lorsqu’on joue ou quand on regarde des vidéos. Une dalle brillante aurait pu les faire resplendir encore plus, mais au risque de faire apparaître des reflets gênants, surtout dans la journée.

La température moyenne des couleurs, quant à elle, s’avère un peu froide (7000 K) avec la nuance de couleurs Naturel et très légèrement chaude (6221 K) avec les couleurs… Chaudes 1, ce qui est donc assez normal. Toutefois, à l’aide des différentes options présentes dans le menu du moniteur, chacun devrait pouvoir ajuster le rendu visuel très précisément selon ses préférences.

Enfin, comme tous les autres écrans panoramiques (21:9 ou 32:9), l’Odyssey Neo G9 G95NC autorise l’affichage simultanée de deux sources vidéo, grâce au mode Picture in Picture et Picture by Picture. La sélection des sources et leur disposition s’effectuent très facilement.

Réglages : peut mieux faire…

Le menu de paramétrage de l’Odyssey Neo G9 G95NC s’utilise par l’intermédiaire de cinq boutons (4 directions et bouton central pour validation), placés sous l’écran, au centre. Si on les trouve assez facilement, force est de constater que ces derniers s’avèrent moins pratiques à manipuler que le mini joystick du LG 49GR85DC. Même si on prend rapidement ses marques, il arrive régulièrement qu’on cherche où appuyer… Il est regrettable que Samsung n’ai pas jugé utile de fournir une télécommande, comme celle livrée avec le moniteur LG 45GR95QE-B, car c’est sans aucun doute la solution la plus intuitive !

C’est d’autant plus dommage que le menu du moniteur s’avère complet, avec tous les paramètres nécessaires pour peaufiner l’affichage.

On peut tout d’abord faire apparaître un menu rapide, en appuyant directement sur une quatre touches de direction. On accède ainsi aux options permettant de modifier le volume sonore, ainsi que la luminosité, la netteté et les contrastes. On peut également sélectionner rapidement les sources vidéo gauche et droite, lorsqu’on se trouve dans le mode Picture in Picture.

Ensuite, si on presse le bouton central, on a accès à certaines options susceptibles d’être souvent utilisées, comme la sélection de la source, l’extinction du moniteur et l’accès au panneau de configuration avec toutes les autres options.

Ce dernier, comme nous l’avons déjà dit, s’avère particulièrement complet, avec de nombreuses options liées aux jeux (fréquence, temps de réponse, gestion des zones sombres, etc.), aux réglages de l’image (couleurs, teintes, balance des blancs, gamma, etc.), au mode Picture in Picture.

Verdict de notre test du Samsung Odyssey Neo G9 G95NC

Image 68 : Test Samsung Odyssey Neo G9 G95NC : un incroyable moniteur gaming de 57 pouces, en avance sur son temps.
8,5/10

Samsung Odyssey Neo G9 G95NC

  • Samsung Ecran PC Odyssey Neo G9…
    2299€
  • 2299€
    Voir l’offre
  • 2,101.22€
    Voir l’offre
  • 2199€
    Voir l’offre
  • 2199€
    Voir l’offre
  • 2199€
    Voir l’offre
  • 2199€
    Voir l’offre
  • 2299€
    Voir l’offre
  • 2,395.80€
    Voir l’offre
  • 2,480.33€
    Voir l’offre
Plus d’offres
On aime
  • Surface d'affichage impressionnante
  • Haute luminosité
  • Excellents contrastes
  • Dalle incurvée (1000R)
  • Dalle mate
  • Quatre entrées vidéo
  • Hub USB 3.0 avec KVM
  • Excellente ergonomie
  • Design futuriste
On n’aime pas
  • 240 Hz seulement en connexion DisplayPort 2.1 !
  • mini joystick de contrôle moyennement ergonomique
  • Nécessite un PC et une carte graphique de combat
Verdict :

L’Odyssey Neo G9 G95NC est un moniteur géant de (presque) tous les excès, prêt pour 2024 et au-delà ! Presque, car il n’exploite “qu’une dalle LCD”, et pas OLED. En revanche, grâce à son rétro éclairage mini LED et à la technologie QLED, le taux de contraste est très élevé, la luminosité bat des records et les couleurs resplendissent. En outre, sa définition extrême et sa fréquence maximale de 240 Hz en font un modèle qui ne pourra être pleinement exploité que dans un futur (plus ou moins) proche, grâce à des cartes graphiques extrêmement performantes et équipées d’une sortie vidéo DisplayPort 2.1.

👉 Vous utilisez Google News ? Ajoutez Tom's Guide sur Google News et sur Whatsapp pour ne rater aucune actualité importante de notre site.

Votre Newsletter Tom's Guide

📣 Souscrivez à notre newsletter pour recevoir par email nos dernières actualités !