Test Philips Evnia : un moniteur gamer 49 pouces QD-OLED parfait ?

Pour les joueurs, Philips a concocté ce séduisant moniteur QD-OLED, illuminé par les effets lumineux arrières (technologie Ambiglow). Au format 32:9, il affiche des images en 5120 x 1440 pixels et 240 Hz. Particulièrement complet, il intègre trois entrées vidéo, une dalle incurvée, un port USB C et un KVM. Le tout pilotable à l’aide d’une télécommande.

Sommaire
Moniteur Philips Evnia 49 pouces incurvé
Image 2 : Test Philips Evnia : un moniteur gamer 49 pouces QD-OLED parfait ?
  • Moniteur Philips Evnia 49 pouces...
    1270€
  • Cdiscount
    1270€
  • Rakuten
    1,289.16€
  • RueDuCommerce
    1,507.80€

Depuis quelques temps, les moniteurs destinés au joueurs affichent des mensurations insolentes ! De plus en plus grands et de plus en larges, ils intègrent un équipement de plus en plus complet et des fonctions de plus en plus étoffées. Bien sûr, pour ne rien gâcher, ils exploitent les technologies les plus sophistiquées en matière d’affichage : L’OLED de LG, le QD-OLED de Samsung ou le LCD avec rétro éclairage mini LED.

Le Philips Evnia 49M2C8900, que nous avons reçu il y a quelques jours, apporte – en plus d’un équipement déjà très complet – une fonction appelée Ambiglow, qui n’est autre que la technologie Ambilight, mise en œuvre depuis longtemps sur les TV du constructeur, comme la Philips 65OLED937 que nous avons testée en début d’année 2023. Passons en revue les différents aspects de ce très grand moniteur gamer, afin de savoir si le prix demandé par Philips est justifié.

Quelles sont les caractéristiques techniques du Philips Evnia 49M2C8900 ?

Pour assurer une qualité d’affichage de premier ordre, ce moniteur Philips exploite la version Samsung de la technologie OLED (appelée QD-OLED car elle fait appel à la technologie Quantum Dots afin de produire des couleurs particulièrement éclatantes). D’autre part, il intègre plusieurs dispositifs très pratiques (KVM, port USB C, haut-parleurs, etc.), ainsi que la touche colorée indispensable à tout appareil destiné aux joueurs (Ambiglow).

  • Type de dalle : QD-OLED, incurvée (1800R), HDR10, mate
  • Rétro éclairage : NA
  • Diagonale : 49 pouces
  • Format : 32:9
  • Définition : 51200 x 1440 pixels
  • Fréquence maximale : 240 Hz, VRR (FreeSync Premium Pro, G-Sync)
  • Luminosité (donnée constructeur) : 250 nits (SDR), 450 nits (HDR), pic à 1000 nits
  • Taux de contraste : NA
  • Connectique : 2 HDMI 2.1, DisplayPort 2.1, USB C, prise casque, Hub USB 3.2 x4
  • Consommation électrique : 164 W
  • Ergonomie : réglages de rotation, inclinaison et hauteur (+/- 12 cm).
  • Poids : 14 kg
  • Dimensions : 119,5 x 54,4 x 35,9 cm
  • Autres: Ambilglow, KVM, 4 haut-parleurs, câbles HDMI, DisplayPort, USB, USB C, USB B, verrou Kensington, télécommande, support VESA

A lire aussi > Meilleurs écrans PC gamer : quel modèle pour jouer en 2024 ?

Quel est le prix du Philips Evnia 49M2C8900 ?

Pour l’instant, on ne trouve le moniteur Philips Evnia 49M2C8900 que sur Amazon, où il est proposé à 2069 €.

Un autre modèle, un peu plus petit et moins ambitieux, est également disponible. Il s’agit de l’Evnia 42M2N8900, qui exploite une dalle OLED de 42 pouces (réalisée par LG), au format 16:9 (définition 4K, soit 3840 x 2160 pixels), avec une fréquence d’affichage maximale de 138 Hz. On y retrouve le dispositif Ambiglow, les 3 entrées vidéo et le port USB C. Mais son système audio est moins sophistiqué et il n’intègre pas de KVM, ce qui est normal puisque ce modèle n’offre pas de mode Picture by Picture. Son prix est de 1500 €.

Sobre à l’avant, coloré à l’arrière !

Le moniteur Evnia 49M2C8900 arbore un design blanc, très anguleux à l’arrière et plutôt sobre du côté de la dalle. Ce look diffère donc de celui du Samsung Odyssey Neo G9 de 57 pouces, blanc lui aussi, et qui affiche des lignes très arrondies pour son pied et au dos de l’écran. Cela lui apporte un aspect plus futuriste, un peu à la façon du vaisseau Enterprise de Star Trek (lire notre test du Samsung Neo G9 G95NC).

De face, l’Evnia 49M2C8900 pourrait donc être pris pour un moniteur bureautique. A un détail près toutefois ! En effet, il a un point commun avec le moniteur de Samsung : son pied en V, que l’on retrouve d’ailleurs sur la plupart des très grands moniteurs destinés aux joueurs, et qui occupe une place certaine sur un bureau (plus qu’un socle rond ou rectangulaire). D’ailleurs, l’Evnia mesure 119,5 x 54,4 x 35,9 cm, pour un poids de 14 kg.

De dos, le moniteur est un peu moins discret ! En effet, à l’instar de tous les moniteurs, et plus généralement de tous les autres périphériques qui tentent de séduire les joueurs, l’Evnia 49M2C8900 délivre des effets lumineux RGB. En l’occurrence, Philips a doté son écran de trois rangées de LEDs, qui illuminent le dos de la dalle. Ce faisant, le constructeur tente de reproduire l’effet whaou engendré par la technologie Ambilight présente depuis de nombreuses années sur les TV Philips.

Ce dispositif, appelé Ambiglow, a donc pour vocation d’entourer le moniteur d’un halo de lumière, qui illumine le mur auquel il est adossé avec des effets lumineux pré définis, ou – comme le dispositif Ambilight – qui varie en temps réel en fonction des couleurs affichées à l’écran.

Il y a toutefois plusieurs petits soucis. Tout d’abord, ces effets lumineux passent totalement inaperçus si le moniteur ne tourne pas le dos à un mur (blanc de préférence !). Or, cela peut arriver, à la différence d’une TV qui est le plus souvent adossée à un mur. Bien sûr, ce détail pratique est commun à tous les moniteurs gamer dotés d’un système d’éclairage LED arrière, plus ou moins sophistiqué.

Moniteur Gaming Philips 49 pouces incurvé
Image 2 : Test Philips Evnia : un moniteur gamer 49 pouces QD-OLED parfait ?
  • Cdiscount
    1270€
  • Rakuten
    1,289.16€
  • RueDuCommerce
    1,507.80€
Philips Evnia 42M2N8900, le petit frère
Image 9 : Test Philips Evnia : un moniteur gamer 49 pouces QD-OLED parfait ?
  • Rakuten
    1,190.07€
  • Amazon
    1,304.44€
  • RueDuCommerce
    1,371.40€
  • Darty
    1,375.31€
  • Fnac
    1,379.20€

D’autre part, entre le pied imposant et la dalle incurvée (alors que les TV sont aujourd’hui exclusivement dotées de dalles plates), les LEDs se retrouvent finalement assez loin du mur (18 cm dans le meilleur des cas, c’est-à-dire pour les LEDs centrales, et 27 cm pour celles placées sur les bords latéraux, ce qui amoindri leur impact visuel.

D’ailleurs, LG a mis en place une petite solution alternative, pour compenser le fait que les deux rangées de LEDs latérales de son moniteur 45GR95QE-B, que nous avons testé l’été dernier, soit assez peu visibles, de face : des LEDs éclaire également son pied. De son côté, Samsung a réussi à placer des petites bandes LCD dans les coins inférieurs gauche et droite de son Neo G9 G95NC (en plus d’un dispositif circulaire, plus imposant, à l’arrière).

Comme on peut le constater, sur les photos ci-dessous, même adossé à un mur et dans une pièce plongée dans l’obscurité, le système Ambiglow ne s’avère pas aussi spectaculaire que l’Ambilight d’un téléviseur Philips.

Au final, la technologie Ambiglow du moniteur s’avère d’autant moins efficace que l’Ambilight des TV Philips que l’Evnia 49M2C8900 embarque beaucoup moins de LEDs qu’une TV de 65 pouces du constructeur. Par exemple, sur la Philips 65OLED908, on dénombre 28 trios de LEDs sur la longueur et 9 LEDs en hauteur, sur les deux côtés. Le moniteur en compte pour sa part 18 sur la longueur et 3 en hauteur. De plus, ces dernières s’avèrent beaucoup moins puissantes que les LEDs du téléviseur, qui est placé sur la photo ci-dessous à environ 40 cm du mur. Et, malgré cela, la technologie Ambilight s’avère dans ces conditions très efficace !

Enfin, force est de constater que l’option Suivre de la vidéo, qui est censée reproduite l’effet Ambilight des TV Philips, en étendant les couleurs affichées à l’écran sur les bords du moniteur, s’avère très approximative et peu réactive. Bref, cette technologie s’avère – en l’état – assez inutile.

Une qualité d’affichage idéale pour le multimédia et la bureautique

Le moniteur Philips 49M2C8900 exploite une dalle QD-OLED (une technologie signée Samsung) qui allie la technologie OLED (pixels émettant leur propre luminosité lorsqu’ils sont soumis à un courant électrique, ce qui permet d’obtenir des noirs parfaits lorsqu’aucun courant ne les parcourt) et la technologie Samsung Quantum dots, qui favorise la production de superbes couleurs.

La dalle présente un rayon de courbure de 1800R. Cela signifie que la courbure est peu prononcée. En tout cas moins prononcée que sur d’autres modèles qui sont munis d’une dalle dont le rayon de courbure est de 800R, comme le LG 45GR95QE-B, ou 1000R, comme le LG 49GR85DC, que nous avons testé en novembre dernier. Toutefois, compte tenu du format et de la diagonale de l’écran, le phénomène d’immersion est bien présent lorsqu’on joue, si on trouve à environ 60 / 70 cm de l’image.

Le moniteur affiche des images dans une définition QHD, étendue au format 32:9, soit 5120 x 1440 pixels. C’est le mode graphique proposé par quasiment tous les moniteurs très grand format, comme le LG 49GR85DC. A l’heure actuelle, seul Samsung ose proposer un moniteur, le Neo G9 au format 57 pouces en l’occurrence, pouvant afficher – en 240 Hz – des images en Dual 4K, soit 7680 x 2160 pixels. Le mode graphique 5120 x 1440 pixels offre selon nous un bon (le meilleur ?) compromis entre la précision de l’affichage, la fluidité des animations et la puissance nécessaire pour en tirer le meilleur parti.

Sans surprise, la fréquence de rafraichissement maximale du 49M2C8900 est plafonnée à 240 Hz. De plus, le moniteur a l’avantage de supporter toutes les technologies VRR, qui permettent d’empêcher tout effet de déchirement d’image. Il s’agit du G-Sync de Nvidia, du Freesync Premium Pro d’AMD et de l’Adaptative Sync de VESA.

Inutile de proposer une fréquence supérieure si on est obligé de réduire la qualité graphique des jeux au minium pour en profiter, sauf si on est un joueur professionnel ! Et encore, dans ce cas, on exploitera plutôt un moniteur affichant une définition plus modeste afin d’obtenir une fluidité extrême.

Dans l’état actuel des technologie, il semble superflu de proposer une plus haute définition ou un fréquence supérieure. A moins, bien sûr, d’être certain de conserver le moniteur plusieurs années, et d’espérer que Nvidia et AMD lanceront rapidement des nouvelles puces graphiques hyper performantes, capables de faire fonctionner des jeux 3D très sophistiqués dans le meilleur mode graphique, en 5120 x 1440 pixels et avec 240 d’images par seconde…

Les différents jeux que nous avons utilisés pour ce test ont été lancés depuis un PC portable gamer haut de gamme (Asus Zephyrus M16 en l’occurrence, que nous avons testé en mars 2023), doté du processeur Intel Core i9-13900H et de la puce graphique Nvidia GeForce RTX 4090. Avec le jeu Fortnite, cette configuration nous a permis d’obtenir des animations contenant entre 190 et 230 images par seconde, si on se place dans le mode graphique Moyen. Si on utilise le plus beau mode graphique (qualité Epique), les animations ne comportent plus – en moyenne – qu’une trentaine d’images par seconde.

Moniteur Philips Evnia 49 pouces incurvé
Image 2 : Test Philips Evnia : un moniteur gamer 49 pouces QD-OLED parfait ?
  • Moniteur Philips Evnia 49 pouces...
    1270€
  • Cdiscount
    1270€
  • Rakuten
    1,289.16€
  • RueDuCommerce
    1,507.80€

Avec le jeu de course DIRT 5, si on utilise la meilleure qualité graphique (mode Ultra), la fluidité des animation est excellente (77 images par seconde en moyenne), mais on est assez loin de ce que peut supporter le Evnia 49M2C8900. Si on passe en qualité Intermédiaire, on atteint 166 images par seconde en moyenne. Et il faut basculer en qualité Faible pour obtenir une moyenne de 200 images par seconde.

Bien sûr, si on utilise un PC de bureau, équipé d’une véritable carte graphique avec la puce GeForce RTX 4090, les performances seront encore meilleures. D’autre part, nous avons parfois constaté un problème d’affichage pour certains jeux, qui ne savent pas encore gérer l’affichage au format 32:9. Mais, dans l’ensemble, les jeux que nous avons l’habitude d’utiliser pour réaliser nos tests se sont adaptés à la définition du 49M2C8900 sans problème.

Bon point, la dalle QD-OLED du 49M2C8900 est mate ! C’est appréciable lorsqu’on regarde des films ou des séries, car aucun reflet de vient parasiter l’affichage, comme on peut le voir sur les deux photos ci-dessus. On note également que le moniteur assure une gestion des couleurs sur 10 bits, et qu’il est compatible avec les normes HDR10 et True Black 400, qui garantit une luminosité de 400 nits.

Nous avons mis à contribution notre sonde X-Rite i1Display Pro Plus pour mesurer les performances de la dalle QD-OLED. Signalons que Philips annonce un Delta E inférieur à 2 et une luminosité de 250 nits en SDR, 450 nits en HDR, avec un pic à 1000 nits.

En pratique, on constate que ces promesses sont respectées. En effet, tout d’abord, en mode SDR et avec le profil d’affichage Standard, nous avons mesuré une luminosité de 248 nits, avec une température moyenne des couleurs de 6290 K et un Delta E moyen de 1,5.

La fidélité des couleurs est donc assurée, avec une colorimétrie plutôt neutre. Ce mode peut être utilisé dans un cadre professionnel, en particulier si on évolue dans les arts graphiques (montage vidéo, retouche photo, PAO, etc.).

Si on bascule en mode HDR, la luminosité fait une bond en avant, en atteignant 502 nits ! En revanche, la fidélité des couleurs dévisse, puisque le Delta E moyen passe à 8.5. Ce mode peut donc être réservé à une utilisation ludique et – à la rigueur – au visionnage des vidéos. Les couleurs, très boostées, vont alors apparaître plus vives et ainsi flatter la rétine de l’utilisateur (mais elles ne seront plus très réalistes !).

Une ergonomie sans faille

Comme tous les moniteurs de grande taille, le pied de l’Evnia 49M2C8900 permet d’ajuster l’orientation de la dalle précisément, en la faisant pivoter sur les deux axes (inclinaison et rotation) ou en ajustant sa position en hauteur (sur +-12 cm).

La connectique du moniteur est très complète. Ainsi, on dénombre trois entrées vidéo (2 HDMI 2.1 et 1 DisplayPort 1.4), voire quatre si on compte aussi le port USB C, qui peut lui aussi faire office de connexion DisplayPort (et plus de sa fonction de charge). Elles sont complétées par une prise casque et un hub USB 3.1 à 4 ports, dont deux pouvant être utilisés pour recharger des appareils mobiles (smartphones, enceinte, montres, etc.) ou alimenter un disque dur externe (charge rapide BC1.2), avec une puissance maximale de 90 W. On trouve également un port USB B (USB Up).

Le moniteur est bien entendu fourni avec tous les câbles. Il est même équipé d’un emplacement pour un câble de sécurité Kensington ! Pourquoi pas ? Si on désire l’attacher le moniteur au meuble qui le supporte.

Un menu de paramétrage très complet

Comme le LG 45GR95QE-B, le Philips Evnia 49M2C8900 se pilote par l’intermédiaire d’une télécommande très simple à utiliser. Elle permet d’agir directement sur les paramètres suivants :

  • Sélection directe de la source vidéo
  • Sélection du mode SmartImage (profils d’affichage selon le type d’utilisation ou de type de jeu).
  • Modification du volume sonore
  • Modification de la luminosité
  • Accès au menu OSD complet de paramétrage

Et – comme le moniteur LG – le Philips Evnia 49M2C8900 est également doté d’un bouton multidirectionnel, qui permet d’accéder à l’OSD et de se déplacer parmi les nombreux paramètres. Placé derrière l’écran (un peu moins facile d’accès que sur le LG 45GR95QE-B, mais il est bien la !), il s’utilise de façon intuitive et peut s’avérer pratique en cas de perte de la télécommande ou si sa pile est totalement déchargée.

Le panneau de configuration qui s’affiche à l’écran s’avère clair, intuitif et particulièrement complet. Il regroupe les sections suivantes :

  • SmartImage : sélection d’un des modes d’affichage prédéfinis (FPS, Racing, RTS, HDR Game, HDR Movie, etc.).
  • Game mode : activation/désactivation du mode Adaptive Sync, affichage d’une mire de visée, mode StarkShadowBoost (éclaircissement des zones sombres dans les jeux), fonction SmartFrame ou encore le mode SmartSnipper, qui ouvre un cadre au centre de l’écran (où on vise généralement dans les jeux de types FPS) dans laquelle l’image est zoomée. Même s’il n’est pas évident de jouer dans ces conditions, certains utilisateurs pourraient apprécier cette fonction dans certains jeux.
  • Choix du mode de fonctionnement du dispositif Ambiglow.
  • Sélection de l’entrée vidéo.
  • Paramètres audio, avec cinq modes de rendu audio prédéfinis et égaliseur à 5 bandes !
  • Options système : Picture in Picture, Picture by Picture, KVM, position de la fenêtre OSD, etc.
  • Setup : intensité de la LED de fonctionnement, options d’entretien de la dalle OLED.

Compte tenu de son format, équivalent à deux moniteurs juxtaposés, il est possible d’afficher simultanément les images provenant de deux sources vidéo. Elles peuvent alors figurer l’une à côté de l’autre (Picture by Picture) ou l’une dans l’autre (Picture in Picture).

Et pour faciliter les choses, un seul duo clavier / souris peut être connecté au moniteur, puis utilisé avec l’une ou l’autre des deux sources vidéo, grâce à un KVM.

Ce dernier s’avère très simple à mettre en œuvre, surtout à l’aide de la documentation téléchargeable sur le site de Philips. Ainsi, après avoir branché son clavier et sa souris aux ports USB du moniteur, il suffit de connecter les deux ordinateurs via un lien vidéo (HDMI, DisplayPort ou USB C) et un lien USB, par l’intermédiaire des ports USB B et USB C du moniteur.

Rappelons que le Samsung Odyssey Neo G9 que nous avons récemment testé utilisait pour sa part deux ports USB B pour faire fonctionner le mode KVM, puisqu’il est dépourvu de port USB C.

Une fois les connexions établies, on peut passer d’une source à une autre et toujours utiliser le même duo clavier / souris. Il n’y a rien à faire si l’option KVM Auto est sélectionnée dans le menu Système de la fenêtre de paramétrage du moniteur.

Le KVM fonctionne également en mode Picture by Picture, mais il faut alors se rendre dans le menu est sélectionner manuellement la source (USB B ou USB C).

Enfin, l’Evnia 49M2C8900 intègre trois dispositifs qui visent à rassurer toutes les personnes intéressées par l’achat d’un moniteur exploitant la technologie OLED et qui redoutent un possible marquage des pixels (pixel burning). Pour éviter ce phénomène, le moniteur propose trois fonctions :

  • Screen Saver : la luminosité de l’affichage baisse automatiquement après un certains temps d’inactivité.
  • Pixel Orbiting, qui déplace l’image, régulièrement et automatiquement, de quelques pixels.
  • Pixel Refresh. Il s’agit d’une procédure de nettoyage – recommandée au bout de 4 heures, 8 heures, 12 heures et 16 heures d’utilisation – qui prend entre 6 et 15 minutes, pendant lesquelles le moniteur passe en veille. Des rappels réguliers s’affichent à l’écran. Et si on ne le fait pas tout de suite. Au bout de 16 heures de fonctionnement, la procédure débute automatiquement.

Des haut-parleurs efficaces !

Contrairement aux moniteurs gamers LG et Samsung que nous avons testés en 2023, le Philips Evnia 49M2C8900 est équipé de quatre haut-parleurs, 2 tweeters et 2 woofers, pour une restitution de type 2.2. Ils délivrent une puissance totale de 30 W (4 x 7,5 W).

Dans le menu de configuration, on dispose de 5 modes audio prédéfinis : Film, Musique, Sport, RPG/Aventure, Action. Et, si aucun d’entre eux ne vous procure entière satisfaction auditive, un égaliseur à cinq bandes permet d’ajuster le rendu audio assez précisément.

La bonne surprise provient du fait que – si les haut-parleurs intégrés aux moniteurs s’avèrent souvent de qualité très médiocre – ceux de cet Evnia dispensent une qualité audio très satisfaisante. Ainsi, lorsqu’il s’agit de jouer, les divers effets sonores, comme le bruit des moteurs dans DIRT 5 ou les coups de feu dans tous les FPS, sont très bien rendus.

Et même si on désire regarder un film, regarder des vidéos sur Youtube ou écouter de la musique sans casque avec Spotify, la qualité s’avère très appréciable, avec une assez bonne précision, aussi bien dans les aigus que dans les basses ! D’autre part, on bénéficie d’une bonne réserve de puissance et d’un son assez bien spatialisé. En effet, la scène audio s’avère plus large qu’avec une enceinte Bluetooth.

La concurrence

Parmi les très grands moniteurs gamer que nous avons testé, on peut citer les trois modèles suivants :

Le LG 45GR95QE-B exploite une dalle OLED de 45 pouces, au format 21:9. Sa définition est de 3440 x 1440 pixels, avec une fréquence maximale de 240 Hz. On le trouve actuellement à 1199 €.

Son grand frère, le LG 49GR85DC est doté pour sa part d’une dalle équivalente à celle de l’Evnia 49M2C8900 : 49 pouces au format 32:9, avec une définition de 5120 x 1440 pixels et une fréquence maximale de 240 Hz. La différence réside dans l’utilisation d’une dalle LCD dotée d’un rétro éclairage miniLED. Il est proposé à partir de 1000 €.

Enfin, le Samsung Odyssey Neo G9 G95NC fait office de géant, avec son affichage de 57 pouces, au format 32:9. Il affiche l’équivalent de deux images 4K, soit une définition 7680 c 2160 pixels. Et, comme le LG 49GR95DC, il exploite une dalle LCD avec un rétro éclairage mini LED (2500 €).

Notre verdict

Image 41 : Test Philips Evnia : un moniteur gamer 49 pouces QD-OLED parfait ?
9,5/10

Philips Evnia 49M2C8900

  • Ecran PC Philips 49M2C8900/00
    1270€
  • 1270€
    Voir l’offre
  • 1,289.16€
    Voir l’offre
  • 1,507.80€
    Voir l’offre
On aime
  • Excellente qualité d'affichage
  • Haute luminosité
  • Définition QHD au format 32:9
  • Télécommande
  • Port USB C
  • Quatre entrées vidéo
  • KVM intégré
  • Haut-parleurs intégrés efficaces
  • Compatibilité G-Sync et FreeSync
  • Quatre ports USB
  • Deux ports USB 90 W
  • Dalle mate
On n’aime pas
  • Mode Ambiglow moins efficace que l'Ambilight des TV Philips
Verdict :

Difficile de faire plus complet à l’heure actuelle en matière de moniteur gamer ! Le Philips Evnia cumule les bons points. Ainsi, outre l’excellente qualité d’affichage de sa dalle QD-OLED, sa connectique offre une grande polyvalence, avec une ou deux sources vidéo connectées. L’ergonomie n’est pas en reste, grâce à sa télécommande et son KVM. Et même ses haut-parleurs constituent plus qu’une simple solution d’appoint ! Au final, et c’est un comble pour un constructeur qui est souvent apprécié pour le système Ambilight de ses TV, seul le dispositif Ambiglow s’avère plutôt inutile. C’est dommage, mais n’est vraiment pas un critère essentiel pour un moniteur, même gamer !

👉 Vous utilisez Google News ? Ajoutez Tom's Guide sur Google News et sur Whatsapp pour ne rater aucune actualité importante de notre site.

Votre Newsletter Tom's Guide

📣 Souscrivez à notre newsletter pour recevoir par email nos dernières actualités !