Accueil » Actualité » Autopilot : Volkswagen reconnaît la supériorité de Tesla dans une note confidentielle

Autopilot : Volkswagen reconnaît la supériorité de Tesla dans une note confidentielle

Tesla est parvenu à rendre son Autopilot tellement performant que même la concurrence est forcée de l’admettre. C’est dans une note interne confidentielle que le PDG de Volkswagen s’inquiète de cette avance.

Image 1 : Autopilot : Volkswagen reconnaît la supériorité de Tesla dans une note confidentielle
Crédits : Volkswagen

La plus grande différence entre Tesla et un constructeur automobile traditionnel ne vient pas de ses véhicules ou de la technologie déployée, mais de l’approche qu’a insufflée Elon Musk en apportant la façon de penser du monde informatique et principalement de celui des startups à l’univers automobile. Les données recueillies et les mises à jour régulières sont l’essence du succès de Tesla.

« Un long chemin à parcourir » pour rattraper l’Autopilot

La fuite d’une note de communication interne nous renseigne sur la position d’Hubert Diess concernant l’Autopilot des Tesla. C’est en réalité l’ensemble de l’environnement informatique présent au cœur des véhicules californiens qui impressionne le PDG de Volkswagen. Dans la note il se dit inquiet de l’avance dont dispose Tesla avec son Autopilot non pas au niveau de ses capacités actuelles, mais de ses progrès à venir.

« Ce qui m’inquiète le plus ce sont les capacités des systèmes d’assistance. 500 000 Tesla fonctionnent comme un réseau neuronal qui collecte en continu des données et fournit aux clients une nouvelle expérience de conduite tous les 14 jours avec des améliorations. Aucun autre constructeur automobile ne peut faire cela aujourd’hui » a ainsi déclaré Hubert Diess. En effet, contrairement à bon nombre de constructeurs traditionnels, Tesla ne s’appuie pas sur une flotte de véhicules de test pour entraîner l’intelligence artificielle de son Autopilot, mais sur les données recueillies auprès des véhicules de ses clients.

Grâce au million de véhicules déjà mis sur le marché, le constructeur a pu obtenir près de 5 milliards de kilomètres d’information, une manne pour l’algorithme d’apprentissage profond qu’utilise Tesla. À l’inverse, Volkswagen s’embourbe dans les soucis avec son ordinateur de bord. Ainsi la ID.3, que nous avions prise en mains, a subi quelques déboires à son lancement. Les 20 000 premières avaient dû rester sur les parkings de l’usine les fonctions OTA de mise à jour à distance n’étant pas prêtes. Volkswagen doit mettre au point un plan stratégique pour rattraper son retard, mais son PDG sait que « le chemin est encore long » avant d’y parvenir.

Source : Electrek