Accueil » Actualité » Cartes graphiques d’occasion : faut-il se laisser tenter ?

Cartes graphiques d’occasion : faut-il se laisser tenter ?

Vous souhaitez changer de carte graphique mais vous vous heurtez à la pénurie de composants qui touche actuellement le milieu ? Le marché de l’occasion vous ouvre ses bras mais faites tout de même attention aux trop bonnes affaires.

Pénurie de composants
Crédit : Galaxie Media / Yannick Guerrini

La flambée des prix causée par la pénurie actuelle de composants, en particulier les processeurs et cartes graphiques de dernière génération, frustre énormément les joueurs qui ne peuvent pas renouveler leur matériel. La situation n’est pas prête de s’arranger ; pire encore, des hausses de prix seraient à prévoir concernant les produits les plus récents. Le marché de l’occasion reste une solution alternative, mais est-ce pour autant une bonne idée ? Prend-on des risques à acheter une NVIDIA GeForce ou une Radeon d’AMD qui a déjà été utilisé ? Voici quelques pièges à éviter et les points à vérifier pour minimiser les risques liés à l’achat d’une carte graphique d’occasion.

Cartes graphiques d’occasion : les points à vérifier

L’un des premiers réflexes à avoir lorsque l’on désire acquérir une carte graphique d’occasion est de demander la facture d’achat au vendeur. Outre le fait de clarifier la provenance du matériel, elle est indispensable pour faire marcher la garantie en cas de besoin, sous réserve bien entendu que la période légale de garantie commerciale (2 ans) n’est pas expirée.

Notez toutefois que les périodes de garantie étendue proposées par certains fabricants de cartes graphiques ne sont pas forcément transférables. Par exemple, l’extension de garantie proposée par Zotac (3 ans sur enregistrement) ou EVGA (5 à 10 ans, payante) ne pourra pas être transférée à un tiers.

Image 1 : Cartes graphiques d'occasion : faut-il se laisser tenter  ?
Une « vieille » GeForce GTX 1070

Si vous passez par un forum en ligne pour acquérir une carte graphique d’occasion, vérifier la réputation du vendeur permet de minimiser les risques. N’hésitez pas à questionner ce dernier concernant le passé de la carte d’occasion, en particulier en matière d’overclocking, surtout s’il s’agit d’un modèle d’ancienne génération (GeForce 10 Series ou Radeon 500 Series par exemple). Plus le modèle est récent, moins les joueurs auront « besoin » d’overlocker leur matériel pour atteindre des performances acceptables.

A l’inverse, prenez également garde aux modèles de GeForce et de Radeon tout juste lancés sur le marché (Radeon 6800XT ou GeForce RTX 3080 par exemple) et qui se retrouvent sur le marché de l’occasion, à des prix parfois exorbitants : demandez simplement au vendeur pourquoi il se sépare de sa carte graphique quasi neuve.

Si possible, nous vous conseillons de faire (ou faire réaliser s’il s’agit d’une vente à distance) un test de la pièce d’occasion afin de confirmer son bon fonctionnement. De nombreux logiciels tel que Furmark permettent de vérifier la stabilité d’une carte graphique et l’absence d’artefacts visuels, tout en monitorant les températures et la vitesse de rotation des ventilateurs. La moindre anomalie détectée lors d’un test de diagnostic est rédhibitoire et doit vous mener à abandonner la transaction. Gardez tout de même en tête qu’il n’existe pas de méthode infaillible permettant de détecter une carte graphique d’occasion qui a souffert par le passé.

Les pièges à éviter lors de l’achat d’une carte graphique d’occasion

Évitez les modèles connus pour avoir un bon ratio performance par watt, typiquement les modèles de milieu de gamme chez AMD et NVIDIA : ces derniers sont particulièrement utilisés pour le minage de cryptomonnaies, une activité qui stresse et use prématurément les différents composants d’une carte graphique (en particulier l’étage d’alimentation et la partie ventilation). Ce conseil est particulièrement valable pour les cartes graphiques reprenant le design de référence, vendues moins chères que les modèles « custom » des constructeurs : les mineurs cherchant à minimiser la durée de retour sur investissement, ils se tourneront forcément vers les modèles de bases plutôt que vers ceux personnalisés à grand renfort de RGB, vendus plus chers…

Image 2 : Cartes graphiques d'occasion : faut-il se laisser tenter  ?
Une Radeon RX 580 de chez Gigabyte

Ne craquez pas sur les « trop bonnes affaires » : si le prix de vente de la carte graphique d’occasion est clairement en dessous du marché, il y a de forte chance que cela cache une mauvaise surprise (composant défectueux, problème de surchauffe,…).

Pensez enfin à demander si le vendeur possède toujours le bundle d’origine (carton et accessoires) : même si c’est loin d’être impératif lors de l’achat d’un composant d’occasion, on peut supposer que le vendeur aura pris soin de son matériel s’il a conservé tous les accessoires (qu’il faudra exiger lors de la vente) ainsi que le carton d’origine.