Accueil » Actualité » Un radiotélescope de 500 mètres de diamètre mis en service en Chine

Un radiotélescope de 500 mètres de diamètre mis en service en Chine

La Chine met en service son radiotélescope géant de 500 m de diamètre qui devient ainsi le plus grand de sa catégorie. Son lancement officiel marque également son ouverture aux astronomes et aux astrophysiciens du monde entier qui peuvent désormais profiter de son exceptionnelle précision.

Image 1 : Un radiotélescope de 500 mètres de diamètre mis en service en Chine

Après une phase de test qui s’est étalé sur 3 ans, la Chine annonce officiellement la mise en service de son radiotélescope géant FAST (Five hundred meter Aperture Spherical Radio Telescope). Baptisé « Tianyan » (œil du ciel en chinois) pour le grand public, le géant mesure 500 mètres de diamètre, et devient ainsi le plus grand radiotélescope à un seul appareil, et le second plus grand radiotélescope mondial après le RATAN-600 en Russie.

ISS : Lego lance un set de la station spatiale internationale

La Chine découvre une matière inconnue sur la face cachée de la Lune

Le radiotélescope géant chinois s’ouvre aux astronomes du monde entier

La Chine aura tout mis en œuvre pour mener à bien son projet. Situé dans la province rurale de Guizhou, le géant se niche dans une cuvette entre trois collines karstiques. Bien que la zone soit relativement reculée, les autorités chinoises n’ont pas hésité à déplacer 10 000 personnes dans un rayon de 5 km pour limiter au maximum les interférences. En seulement 5 ans et 1,2 milliard de yuans (156 millions d’euros), la Chine a largement battu le record de taille détenu par Arecibo, le radiotélescope américain de 305 mètres.

Durant sa phase de test, seuls les scientifiques chinois ont pu profiter de son exceptionnelle précision. Selon eux, le dispositif est deux fois plus puissant que son homologue américain, et multiplie par quatre l’étendue des zones accessibles à l’exploration à distance. Il a ainsi déjà découvert 102 nouvelles étoiles à neutrons, et capté des ondes gravitationnelles de l’ordre du nanohertz, une première dans l’astronomie. Avec sa mise en service officielle, la Chine partage désormais l’accès à son instrument avec les astronomes du monde entier. Son extrême précision leur permettra sans doute de mieux comprendre les nombreux mystères qui entourent encore les pulsars, les ondes gravitationnelles ou les sursauts radio rapides. 

La NASA vise un astéroïde qui rendrait chaque humain milliardaire

Source : Digital Trends