Accueil » Actualité » Les constructeurs automobiles veulent plus de stations à hydrogène

Les constructeurs automobiles veulent plus de stations à hydrogène

Les principaux acteurs du marché de l’Hydrogène demandent à l’Union européenne de financer le développement de stations à Hydrogène.

Image 1 : Les constructeurs automobiles veulent plus de stations à hydrogène

Aujourd’hui les différents pays européens doivent se contenter de 125 stations hydrogène sur tout le territoire. Un nombre clairement insuffisant d’après l’ACEA (Association des constructeurs européens d’automobiles), Hydrogene Europe (une fédération européenne qui rassemble les membres de la filière hydrogène) et l’Union internationale des transports routiers (IRU).

Les 3 organisations se sont associées pour interpeller l’Union européenne sur la nécessité de réaliser des investissements dans le domaine de l’hydrogène à l’occasion de la Conférence Hydrogen for Climate Action. Ils demandent également que la directive européenne sur les infrastructures pour carburants de substitution inclue des objectifs obligatoires pour l’hydrogène.

Dihydrogène : un combustible 100% propre

Ils estiment que les véhicules à piles à combustible qui utilisent du dihydrogène comme carburant représentent un potentiel important pour faciliter la transition vers une mobilité sans émission polluante. Un potentiel qui, d’après eux, ne pourra pas s’exprimer en l’absence d’un vrai réseau de ravitaillement dans toute l’Europe. La France, à elle seule, compte une vingtaine de stations hydrogène. Une trentaine sont en construction et une soixantaine sont encore au stade de projet. 

Il est vrai que l’hydrogène présente une alternative tentante. En plus de ne rejeter aucune émission polluante (sa combustion avec l’oxygène de l’air produit uniquement de l’eau), un plein s’effectue en quelques minutes contrairement aux véhicules 100% électriques qui demandent des temps de charge assez longs.

Véhicules à piles à combustible : des tarifs exorbitants

Mais les obstacles restent nombreux à surmonter. Tout d’abord les coûts. L’installation d’une station de distribution d’hydrogène se situe aux alentours du million d’euros. Quant au prix des véhicules à hydrogène, il reste encore prohibitif. Ainsi, les 2 seuls modèles disponibles auprès du grand public, la Toyota Mirai ou la Hyundai Nexo, dépassent allègrement les 75 000 euros à l’achat. Au total, le parc de véhicules dotés de piles à combustible ne dépasse pas les 10 000 unités dans le monde.

Image 2 : Les constructeurs automobiles veulent plus de stations à hydrogène
La toute nouvelle version de la Toyota Mirai qui devrait être commercialisée en 2020.

Mais de nombreux autres acteurs s’activent en coulisses et des constructeurs comme Mercedes, BMW ou Honda ont également annoncés de projets qui devraient bientôt aboutir.

Dans le domaine des transports routiers aussi les annonces se multiplient, Hyundai vient d’annoncer qu’il prévoit la mise en circulation de 1600 camions équipés de cette technologie enEurope d’ici 5 ans alors que le Nord-Pas-de-Calais a déjà ouvert la première ligne de bus à hydrogène.

Image 3 : Les constructeurs automobiles veulent plus de stations à hydrogène