Accueil » Actualité » Microsoft rachète Activision Blizzard : les joueurs portent plainte pour pratiques anti-concurrentielles

Microsoft rachète Activision Blizzard : les joueurs portent plainte pour pratiques anti-concurrentielles

Le rachat d’Activision-Blizzard par Microsoft est de plus en plus menacé. Après une plainte déposée par le gouvernement fédéral américain, c’est au tour des joueurs d’avoir déposé une plainte au tribunal de San Francisco. Ils accusent Microsoft de comportement anticoncurrentiel.

Microsoft rachète Activision-Blizzard © Hakan Nural, Anadolu Agency, Getty Images
Microsoft rachète Activision-Blizzard © Hakan Nural, Anadolu Agency, Getty Images

Le Clayton Antitrust Act donne aux Américains le droit de poursuivre les entreprises en justice pour comportement anticoncurrentiel. Un fait que de nombreux joueurs autoproclamés ont utilisé pour poursuivre Microsoft en justice, dans le but d’empêcher l’acquisition d’Activision par la société.

Microsoft accusée de non-respect du droit à la concurrence

Les plaignants craignent que la fusion de Microsoft et d’Activision puisse « réduire considérablement la concurrence ou avoir tendance à créer un monopole ». Cette fusion, indique la plainte, serait spécifiquement en violation de l’article 7 de la loi Clayton, qui stipule que les acquisitions qui diminuent la concurrence sont interdites par la loi antitrust américaine. Rappelons que le gouvernement fédéral américain, par le biais de la FTC, a d’ores et déjà porté plainte contre Microsoft pour les mêmes raisons.

La plainte juge l’ampleur et la portée de la fusion Activision et Microsoft comme problématique, mais ce n’est pas tout. Les joueurs pointent également Microsoft du doigt pour son rachat de Mojang en 2014 ou de Rare, en 2002.

À lire : Microsoft et Activision-Blizzard : voici ce qui peut bloquer le rachat

La poursuite attire l’attention sur le nombre de grandes franchises qui tomberont sous l’égide de Microsoft si la fusion venait à concrétiser. Call of Duty, World of Warcraft, Minecraft, Doom, Microsoft Flight Simulator, Halo et The Elder Scrolls ne sont que quelques-uns des exemples cités. Les plaignants soutiennent qu’actuellement, Microsoft et Activision sont en concurrence directe et que la fusion briserait cette dynamique concurrentielle.

Si la fusion venait à se concrétiser, Microsoft détiendrait « un pouvoir de marché démesuré et la capacité d’interdire les apports clés à ses rivaux et de nuire davantage à la concurrence ». Les plaignants évoquent aussi le fait que Microsoft centraliserait trop de talents (la main-d’œuvre) au sein de son entreprise.

Source : Bloomberg Law