Accueil » Actualité » Russie : Les Sims 3, pièce à conviction d’un complot ukrainien selon le FSB

Russie : Les Sims 3, pièce à conviction d’un complot ukrainien selon le FSB

En Russie, le FSB s’est vanté d’avoir déjoué un projet d’assassinat visant un présentateur, orchestré en sous-main par l’Ukraine. Et de révéler plusieurs pièces à conviction dont des armes, des objets nazis et… trois exemplaires du jeu Les Sims 3.

Image 1 : Russie : Les Sims 3, pièce à conviction d'un complot ukrainien selon le FSB
Mais que fait le jeu Les Sims 3 au milieu de ces « preuves » dévoilées par les services secrets russes ? – Crédit : FSB

Contre toute attente, les jeux vidéo s’immiscent dans la guerre en Ukraine. Après la parution d’un titre où les joueurs doivent récupérer des blindés russes avec un tracteur, Les Sims 3 se retrouvent au cœur d’un complot ukrainien dénoncé par le Kremlin. Le FSB a annoncé avoir arrêté plusieurs ressortissants russes qui appartiendraient à « un groupuscule néonazi ». D’après les services secrets, ils cherchaient à tuer le présentateur Vladimir Soloviev, grand ponte de la propagande poutinienne. Le FSB assure que cette tentative d’assassinat a été impulsée par l’Ukraine qui dément catégoriquement.

Tee-shirt croix gammée, brassards nazis, armes en pagaille, drogue, faux passeports ukrainiens… Les services secrets russes ont publié une vidéo de la perquisition où ils dévoilent plusieurs pièces à conviction. Mais l’une d’entre elles a attiré l’attention des observateurs. Trois exemplaires du jeu Les Sims 3 trônent au milieu des autres preuves. De quoi laisser perplexe…

À lire > FIFA 22 : EA supprime toutes les équipes russes de son jeu de foot

Les Sims 3 : une erreur d’un membre du FSB ?

Et pour cause : en quoi le jeu de simulation de vie d’Electronic Arts est-il une pièce à conviction pertinente dans une telle affaire de projet d’assassinat ? Selon plusieurs chercheurs, cela montrerait que l’opération n’est qu’une mise en scène visant à décrédibiliser l’Ukraine et Zelensky. Et Eliot Higgins, le fondateur du média d’enquête Bellingcat d’avancer une hypothèse saugrenue : un membre du FSB aurait été missionné pour se procurer trois cartes SIM. Sauf qu’il aurait mal compris les instructions et se serait procuré trois exemplaires des Sims 3.

Il sera toutefois difficile de faire la lumière sur cette affaire tant les opérations secrètes russes sont difficiles à percer au grand jour. De son côté, le présentateur « visé » affirme notamment que le président ukrainien avait brigué par le passé un poste sur sa chaîne, en vain. Ce qui l’aurait incité à fomenter un assassinat.