Accueil » Actualité » Des scientifiques développent un exosuit qui fait économiser de l’énergie

Des scientifiques développent un exosuit qui fait économiser de l’énergie

Une équipe de l’Université d’Harvard est en train de créer un exosuit souple qui pourrait améliorer les performances physiques. Cette invention permettrait notamment de marcher et courir plus longtemps.

Image 1 : Des scientifiques développent un exosuit qui fait économiser de l’énergie

Les exosuits n’existent pas que dans les films de super-héros. Ce short développé par des scientifiques d’Harvard permet d’augmenter son endurance. Un atout pour la pratique du sport, mais pas seulement.

« Un muscle artificiel à l’extérieur du corps humain »

Ce short est fabriqué à partir d’éléments en tissu auxquels sont attachés des fils et des gadgets électroniques au niveau de la taille jusqu’aux cuisses. Il ressemble un peu à un short de cyclisme mais est équipé d’un ordinateur capable de détecter les changements de mouvements de son porteur.

Bien que ce prototype en soit encore à ses débuts, il a déjà des applications pratiques prometteuses. Celui qui porte le short aura un avantage considérable dans la plupart des activités physiques ou sportives telles que la course à pied. Il fonctionne en étendant l’articulation de la hanche, ce qui fournit un niveau de support qui réduit considérablement la quantité d’énergie et d’effort nécessaire à la réalisation de tâches physiques.

Le professeur Conor Walsh, l’un des ingénieurs de l’équipe explique : « Nous avons en quelque sorte recréé un muscle artificiel à l’extérieur du corps humain qui travaille en parallèle avec le muscle biologique. ». Les scientifiques estiment qu’en portant cet exosuit, l’utilisateur économise environ 9,3% d’énergie en marchant et 4% en courant.

Outre les applications pratiques évidentes que cette technologie pourrait avoir dans notre vie quotidienne, Walsh pense que cette combinaison pourrait également aider les soldats à transporter leur lourd équipement sur de longues distances. Elle pourrait aussi être utilisée à des fins médicales, en particulier pour les personnes atteintes de sclérose en plaques ou de la maladie de Parkinson.