Accueil » Guide d'achat » Robot-cuiseur : quels sont les meilleurs modèles de 2019 ?

Robot-cuiseur : quels sont les meilleurs modèles de 2019 ?

Thermomix, Cooking Chef, Monsieur Cuisine, les robots-cuiseur se multiplient. Avec leur démocratisation, les prix dégringolent. A quoi servent-ils ? Comment fonctionnent-ils ? et Est-il toujours intéressant de payer plus de 1000 € pour ces commis de cuisine ?

Image 1 : Robot-cuiseur : quels sont les meilleurs modèles de 2019 ?

Polyvalent et pratique, le robot-cuiseur devient une vedette dans nos cuisines, ses ventes bénéficiant d’une croissance soutenue depuis quelques années (+7% en 2018/2017 selon GfK). De nombreux modèles existent aujourd’hui, mais l’écart de prix est parfois gigantesque – de 300 à 1400 € ! Voici toutes les questions à se poser avant de choisir.

Un robot-cuiseur, à quoi ça sert ?

Ca rissole, ça mijote, ça pétrit, ça broie, ça émulsionne, ça cuit à la vapeur parfois sur plusieurs étages – le panier, le Varoma et le plateau vapeur se superposent sur le Thermomix… Ces robots-cuiseurs ne sont pas multi-fonctions pour rien, donc. Mais certains le sont un peu plus que d’autres : le KCook Multi Smart de Kenwood permet en sus d’émincer, de râper ou de saisir un steak au fond de la cuve, une fois les couteaux retirés. Le Thermomix TM6 se distingue par ses modes de cuisson lente, sous vide, etc.

Les températures maximales sont de l’ordre de 120/130°C, le Thermomix TM6 pouvant atteindre 160°C, uniquement à partir d’une recette guidée, par sécurité. Le KCook Multi Smart de Kenwood va même jusqu’180°C pour les fritures. On peut également peser les ingrédients directement sur le robot (Thermomix, Monsieur Cuisine) ou à partir d’une balance externe (KCook Multi Smart), un système moins pratique.

De façon générale, la polyvalence est un critère prioritaire, fonction des affinités culinaires de chacun. Un robot-cuiseur n’est pas le produit-miracle pour autant : il a besoin au moins d’un four à ses côtés pour bien des recettes, comme les pâtisseries et les gratins.

Image 8 : Robot-cuiseur : quels sont les meilleurs modèles de 2019 ?
Le KCook Multi Smart CCL445SI est capable d’émincer des légumes. Une possibilité qui n’est pas si répandue pour un robot-cuiseur.

Quelle capacité faut-il ?

La contenance de la cuve varie d’environ 2 litres à plus de 4 litres pour les modèles les plus généreux. De quoi nourrir quatre à six personnes avec un seul repas, selon les appétits. Attention, la valeur nominale est à nuancer. Par exemple, Kenwood indique une capacité de 4,5 litres, limitée à 2,6 litres pour la cuisson. Sinon, ça pourrait déborder.

Comment s’en sert-on ?

 Certains modèles récents disposent d’un écran tactile de bonne taille (7 pouces) couplé à quelques boutons ou à une molette. Pourpeu que l’on soit coutumier des tablettes tactiles, la navigation parmi les recettes et la sélection des fonctions manuelles – minuterie, vitesse de rotation, température, pesée, etc – ou des modes programmés ne pose guère de difficulté.

Ce n’est plus un équipement réservé aux robots haut de gamme, puisque le Monsieur Cuisine Connect de Lidl, est pareillement outillé, malgré son prix plus doux. Son micro suggère d’autre part l’arrivée prochaine de la commande vocale. Un petit afficheur accompagné de quelques touches mécaniques est une option plus basique, choisie par Kenwood pour le KCook Multi Smart.

Image 9 : Robot-cuiseur : quels sont les meilleurs modèles de 2019 ?
Un écran tactile et une molette-poussoir : le Monsieur Cuisine Connect de Lidl adopte des commandes comparables à celles du Thermomix TM6. Un système qui se révèle intuitif.

A quoi sert la connexion Internet ?

Disponible sur certains robots, elle n’est pas indispensable, mais apporte quelques bénéfices pratiques. Connecté au Wifi, le Thermomix TM6 donne accès à la plateforme Cookidoo (service payant à 36 €/an) et à son catalogue riche de plusieurs dizaines de milliers de recettes. Le site web de Thermomix est en quelque sorte dupliqué sur la tablette du robot-cuiseur.

Le Monsieur Cuisine Connect reprend peu ou prou le même principe. Idem pour le KCook Multi Smart – des centaines de recettes décrites pas-à-pas – si ce n’est que l’interface s’affiche sur le smartphone de l’utilisateur. A signaler : le Wifi permet de maintenir à jour le logiciel du robot-cuiseur.

Comment ça se nettoie ?

Une fonction d’auto-nettoyage est parfois disponible : le robot se met en route quelques minutes pour dégraisser la cuve, partiellement remplie d’eau et de liquide vaisselle. Suffisant quand le plat cuisiné au préalable n’était pas trop salissant (soupe…). La pâte à pain risque de coller davantage et réclame de l’huile de coude. Sinon, la plupart des éléments et accessoires passent au lave-vaisselle, mais une vaisselle manuelle est conseillée pour préserver la tenue des plastiques notamment.

Image 10 : Robot-cuiseur : quels sont les meilleurs modèles de 2019 ?
Certains robots bénéficient d’un pré-nettoyage automatique de la cuve. La plupart des accessoires passent au lave-vaisselle, mais un lavage dans l’évier est conseillé.

C’est bruyant ?

Dès qu’une recette commence, les couteaux entrent en rotation au fond de la cuve inox, dont la constitution métallique favorise la propagation du son. Le bruit est supportable pendant le mijotage d’un plat (mais peut finir par taper sur le système si on reste à proximité), intense pendant le hachage à plein régime d’un ingrédient, opération rapide heureusement. Le Thermomix est réputé bruyant, le robot de Kenwood se fait plus discret.

C’est encombrant ?

Un robot-cuiseur est charpenté – environ 30 cm de large – et pèse pas loin d’une dizaine de kilos. Il faut donc lui prévoir de l’espace sur le plan de travail de la cuisine. Et non loin d’une prise électrique, cela va de soi.

Robot-cuiseur : n’est-ce pas trop cher ?

A en juger par le prix d’un Thermomix TM6 – 1300 € – il est difficile de le nier. L’arrivée récente et percutante de Lidl, spécialiste des petits prix, devrait toutefois contribuer à démocratiser ce type de produit, assez élitiste.

Signalons que le Thermomix TM5 n’est plus fabriqué mais se négocie moitié moins cher que son successeur sur le marché de l’occasion. Une bonne affaire. Les clés-recettes sont toujours disponibles, même si les collections ne sont plus renouvelées.