Accueil » Actualité » COVID-19 : un nouveau syndrome inquiétant affecte les populations déjà infectées

COVID-19 : un nouveau syndrome inquiétant affecte les populations déjà infectées

Des médecins ont identifié le syndrome de tachycardie orthostatique posturale (POTS) comme une séquelle de longue durée après avoir guéri du COVID-19.

Alors qu’ils semblaient se remettre de leur infection initiale au COVID-19, plusieurs patients semblent toujours souffrir de POTS. C’est ce que tend à mettre en lumière le rapport alarmant de plusieurs médecins. Ce trouble se manifeste par différents symptômes : douleurs abdominales, crampes et fatigue chronique sévère. Alors que les vaccins doivent arriver dans les prochains jours, ce nouveau phénomène inquiète le corps médical. Car cette séquelle peut devenir un véritable enfer à supporter au quotidien.

Une nouvelle séquelle du coronavirus inquiète
Une nouvelle séquelle du coronavirus inquiète / Crédit : Santé Publique France

Plusieurs témoignages inquiétants ont été rapporté par le New York Times. Car la situation des patients concernés ne semble pas s’améliorer avec le temps, malgré plusieurs traitements.

Ce qu’il faut savoir du POTS

Le POTS empêche de rester debout plus de quelques minutes seulement. Les dommages autonomes empêchent les vaisseaux sanguins des membres inférieurs de renvoyer correctement le sang vers le cœur et le cerveau contre la gravité. La fréquence cardiaque peut doubler ou tripler en position debout. Le manque d’oxygène dans le cerveau et le haut du corps entraîne de nombreux symptômes observés chez les patients POTS : essoufflement, douleur thoracique, brouillard cérébral.

Si un patient POTS reste en station verticale, il ressent rapidement une fatigue massive. Ce dernier devient également très sensible à la lumière et aux sons externes. S’en suivent également des troubles gastriques importants. Même si cet état ne met pas en danger la vie des patients, il peut avoir un impact lourd pour mener une vie normale.

Le POTS a pu être clairement identifié comme syndrome de longue durée lié au COVID-19. Car les symptômes doivent persister plus de six mois après une infection. Hors le virus s’est propagé massivement depuis mars dernier. Il est donc logique le POTS ait attiré l’attention des chercheurs et médecins. Ce nouveau syndrome vient donc de s’ajouter officiellement à une liste déjà longue. Aujourd’hui encore, un nombre croissant de patients reste hospitalisé pour des troubles de mémoire ou de fatigue chronique.

Seuls outils efficaces à ce jour pour lutter durablement contre ce syndrome : amélioration de l’hygiène du sommeil, musculation et thérapie cognitivo-comportementale. Il est conseillé aux patients d’éviter les changements brusques de posture. Une consommation accrue de liquides (de préférence sans caféine) et de sel est généralement utile.

Alors que les experts de la santé tentent toujours d’élargir leur compréhension du coronavirus, il faudra peut-être des années avant que nous ne saisissions pleinement l’impact à long terme du COVID-19 sur certains malades en rémission.

Source : BGR

COVID-19 : Quels sont les risques de transmission en intérieur ?