[Test] Mi Projector Laser 150 : le chef d’oeuvre de Xiaomi ?

8/10

Xiaomi Mi Projector Laser 150

1899€
On aime
  • Facile à installer et à utiliser
  • Android 8.0
  • Qualité audio
On n’aime pas
  • Fidélité des couleurs
  • Réglages limités
Verdict :

A 1900€, le Mi Projector Laser 150 ne propose pas la meilleure qualité d’image de sa gamme. Certes, mais pour tout le reste il fait mieux, plus facilement et sans « encombrer » le salon. Pas besoin d’installation spécifique, pas de consommables à changer et surtout une facilité d’utilisation sans commune mesure. Surtout, en le dotant d’Android 8.0, Xiaomi étend véritablement ses possibilités et le rend plus facile à utiliser au quotidien. Et c’est là que ce vidéo projecteur justifie son prix. Alors qu’un modèle classique n’est utilisé qu’occasionnellement pour la séance de cinéma à la maison, celui de Xiaomi est tellement simple à faire tourner qu’il nous a servi quasi quotidiennement pendant les deux semaines qu’a duré ce test.

plus

Très connu et apprécié d’un petit nombre d’initiés, le Xiaomi Mi Projector Laser a, depuis quelques semaines, un successeur, le Mi Projector 150. A la différence de son ainé, ce-dernier a été pensé pour le marché international. Plus besoin de le commander sur un site chinois, de doubler son achat avec un adaptateur pour la prise ou de naviguer dans des menus à moitié traduis. 

Pour autant, les légères modifications apportées au modèle 150 valent-elles les 500€ supplémentaires sur la facture ? Pour y répondre, nous avons décidé de le tester. 

Oui – Pour son design et sa qualité de fabrication

Le Mi Projector 150 reprend trait pour trait le design de son prédécesseur pour se présenter sous une forme assez compacte avec un bon niveau de finition. Un ensemble blanc qui s’intègre bien dans un salon et qui n’est perturbé que par la grille noire en façade qui abrite les haut-parleurs du projecteur. 

Le positionnement optimal pour ce vidéoprojecteur est à une vingtaine de centimètres du mur, idéalement sur un meuble bas. Il peut également être suspendu mais ce serait alors se priver de son principal avantage qui est de pouvoir s’intégrer dans un salon sans être trop visible. Sachez aussi que s’il a tendance à chauffer légèrement, le Mi Projector est relativement silencieux, ce qui confirme l’attention que Xiaomi a portée à sa fabrication. Celle-ci se voit également dans les détails et notamment le « coupe-circuit » de sécurité. En effet, dès que le vidéoprojecteur détecte le passage de quelqu’un (un enfant ou un animal par exemple) le laser se coupe automatiquement. Il doit ensuite être réactivé par n’importe quelle manipulation de la télécommande. 

La télécommande du Mi Projector 150, justement, est elle aussi un modèle de simplicité. Un bouton d’allumage, un autre pour activer la commande vocale, un pad directionnel pour la navigation et le réglage du volume sur la partie inférieur, voilà pour l’essentiel. Les touches « retour » et « menu » complètent un ensemble qui s’affiche dans le même design que le vidéoprojecteur. 

Oui – Parce que son installation est simplissime

La difficulté d’installation et d’utilisation peut constituer un frein lors de l’achat d’un vidéo-projecteur. Ce qui peut être un souci chez d’autres est une avantage sur le Mi Projector 150. La projection laser à ça de magique qu’il n’y a pas besoin de plusieurs heures de réglage, d’une suspension au plafond ou de matériel supplémentaire pour avoir l’impression de transformer son salon en salle de ciné. Posé à quelques 50 cm de notre mur, le projecteur de Xiaomi affiche une impressionnante image de 3,80m au maximum. Et ce, seulement 10 minutes après l’avoir sorti de son carton. 

Car son installation est basique. Il suffit de le positionner (un meuble bas standard convient), le brancher la prise d’alimentation et… c’est presque tout. Bien sûr, un rapide détour par les options, le temps de corriger le trapèze, s’impose, mais une fois ce seul réglage fignolé, la séance peut débuter. 

Focale ultra-courte = mur lisse obligatoire

Une petite précision s’impose tout de même. La contrainte principale d’un vidéo-projecteur à focale ultra-courte, pas seulement notre Xiaomi, c’est la nécessité d’avoir une surface de projection parfaitement lisse. Si vous avez un mur en crépis, en laine de verre ou toute surface accidentée, sachez que l’image sera au mieux bruité, mais le plus souvent déformée. Deux solutions s’imposent : une toile parfaitement tendue ou un mur lisse blanc ou peu teinté. 

Oui – Parce qu’Android le rend très polyvalent

La bonne surprise de ce Mi Projector, c’est qu’il embarque un OS bien connu par chez nous puisqu’il s’agit d’Android 8.0. Deux avantages à cela : 

  • La compatibilité et la facilité d’utilisation avec les appareils existants 

Il est par exemple très facile de synchroniser son smartphone avec le vidéoprojecteur, et de projeter photos, vidéos ou même ses jeux en screencast. Car c’est l’autre bonne surprise, le projecteur laser de Xiaomi renferme un chromecast, ce qui rend le partage d’écran depuis son smartphone ou son PC portable simple comme deux clicks. 

  • L’accès à Google Play et à une grande partie de ses applications

Pas la peine de chercher Netflix dans le PlayStore du Mi Projector, vous risquez d’être déçus (nous avons tout de même pu accéder à Netflix via une PS4 et en Chromecast, donc cette absence n’est pas rédhibitoire). En revanche, l’accès à des centaines de jeux ou à des applications très utiles telles que « Kodi » ou « Plex » est le bienvenue.

Ce qu’Android offre également, c’est la possibilité de personnaliser son écran d’accueil en réorganisant l’affichage ou en créant des raccourcis vers ses applications préférées. 

Non – Parce qu’il n’est fait pour les jeux vidéos

Les séances de cinéma à la maison ne sont pas la seule promesse de ce Mi Projector. Les gamers de tout poil y voient aussi la possibilité de passer leur jeu en version XXL. Plusieurs possibilités s’offrent à l’utilisateur.

La plus simple est d’aller chercher son bonheur sur le Google Play Store et d’y dénicher un Asphalt 8, par exemple. Dans ce cas il faudra accepter de se contenter du petit processeur quadricore cadencé à 1,5 GHz, de 2 Go de mémoire et d’une faible partie graphique qui repose sur un Mali MP-450. On vous l’accorde, ça fait léger et si dans les faits la plupart des jeux sont jouables, quelques ralentissements sont à déplorer sur les plus gourmands.

La solution la plus évidente consiste alors à faire confiance à sa console de salon. PS4 ou Xbox One se connectent en un tournemain. Ici, les possibilités sont nettement plus nombreuses et le résultat vraiment satisfaisant. Mais en matière de jeux-vidéo, le Mi Projector souffre du même mal que la grande majorité des autres vidéoprojecteurs du marché, à savoir un input lag très supérieur aux TV. Ce temps de réponse un peu long aura plus d’impact dans une partie de Fortnite que sur Red Dead Redemption 2, comprendre qu’il s’en sort en jeu solo, mais est à éviter pour des parties multijoueurs en ligne.

Oui et Non – Parce que c’est un peu léger sur la qualité d’image

Sans être un point faible, la qualité d’image n’est pas le fort de ce Mi Projector 150. Celui-ci utilise une technologie DLP, basée sur une puce Texas Instrument composée de 2,1 millions de miroirs. Celle-ci offre une une qualité d’image plutôt correcte bien que tirant légèrement sur le rouge. La colorimétrie n’est donc pas vraiment respectée, mais surtout elle ne peut pas vraiment être modifiée dans les paramètres, ce qui est problématique. 

Xiaomi ne fait pas de miracles non plus sur la profondeur des noirs. Ici le vidéo projecteur souffre de la comparaison avec les TV OLED. Ce qui n’est pas le cas sur le contraste ou la luminosité où Xiaomi s’en sort avec les honneurs. 

Sur ce point aussi la technologie laser fait étalage de ses avantages. En effet, sur un vidéo projecteur classique, il faut prendre en compte le changement de lampe (recommandé toutes les 2000 heures). Dans le cas du Mi Projector Laser 150, la durée de vie de la lentille est estimée à 25 000 heures. Concrètement, cela équivaut à un film de 2h chaque jours pendant 34 ans…

Enfin pour en finir avec la qualité d’image, sachez que le projecteur de Xiaomi n’est pas 4K, mais il ne se cantonne pas non plus au Full HD. En effet, Xiaomi propose un « upscaling » d’un niveau assez correct et compatible HDR de surcroît.

Pour ce qui est de la partie son, Xiaomi a fait du très bon boulot. Si l’association avec un système audio est à recommander lorsqu’on investi dans un vidéoprojecteur, ce n’est pas un crime auditif que de se contenter de l’équipement de base fourni par Xiaomi. Annoncé à 15 Watts RMS, la partie audio du Mi Projector, qui est en réalité une petite barre de son, semble suffisamment puissante pour couvrir une pièce de 30m2.  

Alors, on craque ou pas ?

A 1800€, le Mi Projector Laser 150 ne propose pas la meilleure qualité d’image de sa gamme. Certes, mais pour tout le reste il fait mieux, plus facilement et sans « encombrer » le salon. Pas besoin d’installation spécifique, pas de consommables à changer et surtout une facilité d’utilisation sans commune mesure. Surtout, en le dotant d’Android 8.0, Xiaomi étend véritablement ses possibilités et le rend plus facile à utiliser au quotidien. Et c’est là que ce vidéo projecteur justifie son prix. Alors qu’un modèle classique n’est utilisé qu’occasionnellement pour la séance de cinéma à la maison, celui de Xiaomi est tellement simple à faire tourner qu’il nous a servi quasi quotidiennement pendant les deux semaines qu’a duré ce test. 

On aime :

Facile à installer et à utiliser

Android 8.0

Bonne partie audio

On aime pas :

Fidélité des couleurs

Réglages limités