Accueil » Guide d'achat » Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

C’est aujourd’hui très complexe de choisir un téléviseur. Entre les technologies qui évoluent à vitesse grand V et les noms à rallonge de chaque modèle, comment décider quel modèle acheter ? Retrouvez tous nos conseils dans cet article pour faire un choix avisé. Nous vous proposons également notre sélection des meilleures offres pour la rentrée scolaire.

Il est de plus en plus difficile de choisir son téléviseur dans la jungle qu’est devenu le secteur. Pour les néophytes, la première difficulté, et pas des moindres, et de décrypter les références de modèles de chaque marque qui semblent tout droit sorties d’un livre d’énigmes. Le plus frustrant est que, la plupart du temps, rien ne justifie un nom aussi compliqué ! En prime, il faut aussi savoir faire le tri entre les vraies avancées technologiques (comme le Neo QLED de Samsung) et ce qui relève du discours marketing. 

Nous y sommes néanmoins parvenus, et grâce à ce guide, vous disposez de toutes les informations nécessaires, voire indispensables, pour choisir le téléviseur qui vous convient, en toute connaissance de cause. Cette fois encore, nous avons parcouru l’ensemble du marché et sélectionné tous les modèles qui nous semblaient présenter le meilleur rapport qualité/prix, au regard des caractéristiques annoncées.

La bonne nouvelle, c’est que les prix ne cessent de baisser, au point qu’on trouve désormais communément des TV 4K UHD à moins de 500 euros ! Un érosion qui s’explique notamment par l’arrivée sur le marché de nouveaux constructeurs chinois, TCL et Hisense notamment, ce denier faisant montre d’une politique tarifaire très agressive. Le choix étant de fait beaucoup trop vaste, nous avons passé plusieurs jours à parcourir tous les tests et toutes les mesures effectuées par les laboratoires de différentes rédactions du monde entier.

Image 1 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

Durant cette phase, les télévisions présentant des faiblesses techniques jugées disqualifiantes ont été écartées. Au final, nous avons retenu 14 téléviseurs. Même si les modèles de 55 pouces (140 cm) de diagonale sont aujourd’hui les plus appréciés des consommateurs, ils ne conviennent pas à tout le monde. Notamment parce que, bien que de plus en plus fins, ils s’avèrent malgré tout volumineux, et souvent trop grands pour une petite pièce à vivre, ou une chambre où ils serviront essentiellement à la pratique du jeu vidéo ou au visionnage de séries.

Pour cette raison, nous avons inclus dans cette nouvelle version du guide d’achat, six écrans 4K UHD de 43 à 50 pouces. En effet, contrairement à ce qu’on pourrait croire, un écran ultra haute définition se justifie d’autant plus que l’on dispose d’un faible recul pour le regarder. Dans ces conditions, on a tout intérêt à opter pour la plus grande définition possible, de manière à ne pas percevoir les pixels qui composent la dalle.

Smart TV : les dernières actus

Autre nouveauté à remarquer : la nouvelle gamme de Smart TV Neo QLED présentée par Samsung. La technologie, qui rend les LED 40 fois plus petites, permettra de meilleures zones d’éclairage et de couleur et ainsi de meilleurs contrastes.

En février 2021, le constructeur a également annoncé l’intégration de deux applications dans ses Smart TV : la plateforme de streaming française SALTO et l’application TikTok. Voilà qui va plaire aux parents comme à leurs enfants.

Des TV pas chères aux TV hors de prix

Pour ce dossier, nous avons délimité quatre gammes de prix. Nous avons placé la barre, pour la première tranche, à moins de 500€. La bonne nouvelle, c’est que l’on trouve désormais des TV 4K UHD à ces prix raisonnables, à condition d’opter pour de « petites » tailles d’écran. A l’opposée, les TV 8K restent encore très, voire trop chères. Certes, on trouve déjà des écrans de 55 pouces à moins de 2500 euros. Mais il est bien plus judicieux d’acheter un modèle 4K UHD dans cette taille, voire jusqu’à 65 pouces. Ce n’est qu’au-delà que la 8K UHD peut se justifier. En dessous, la différence de précision n’est pas perceptible, sauf à coller l’œil à l’écran.

Comme toujours, c’est d’abord la qualité d’image qui a motivé le choix des téléviseurs. Plus la TV est onéreuse, plus elle offre de raffinements destinés à sublimer l’affichage (images fluides, les plus précises possible, avec les plus belles couleurs et des noirs parfaits). La principale caractéristique mise en avant sur les fiches techniques, concerne la technologie d’imagerie (LED, QLED, LED Nanocell, OLED…). Les constructeurs ayant opté pour l’une ou l’autre de ces technologies s’efforçant de démontrer qu’il s’agit de la meilleure.

Image 2 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

Les dispositifs de compensation de mouvement (Motion Flow XR chez Sony, Clear Motion Rate chez Samsung, Motion Clarity Index pour LG, etc.), participent aussi à la qualité d’affichage. Mais au final, notre expérience montre que les performances globales ne dépendent pas seulement de la qualité de la dalle et des dispositifs d’amélioration de l’image. La puissance du processeur graphique et l’efficacité du logiciel de traitement du signal sont tout aussi importants. Invisibles, ces composants sont pourtant ceux qui permettent de faire la différence entre les téléviseurs de marques ou de constructeurs reconnus (Sony, Samsung, LG, Panasonic ou encore le chinois TCL, troisième fabricant de TV LCD au monde…), et les autres.

Bon point, au fil du temps, les constructeurs arrivent progressivement à intégrer ces technologies à leurs modèles de milieu de gamme puis d’entrée de gamme.

Les meilleures TV à moins de 500 €

Comme le montre la sélection que nous avons retenue, il est possible de se procurer, à moindre coût, un téléviseur offrant à la fois une qualité d’affichage satisfaisante et une panoplie complète de fonctions : portail d’applications connectées, lecture de fichiers multimédia, enregistrement des programmes TV sur des supports USB, input lag réduit pour les joueurs, connectique complète, etc.

Nous avons intégré trois écrans de 43 pouces dans cette gamme de prix. Malgré leur « petite » taille (109 cm tout de même), il profitent des innovations introduites dans les TV 4K UHD, ces deux dernières années. La bonne nouvelle, c’est que les fabricants ne semblent pas vouloir abandonner ce segment de marché. Non seulement on trouve davantage de modèles dans ce format que l’an passé, mais ils sont aussi mieux équipés. Conséquence, les prix des TV 43 pouces haut de gamme peuvent dépasser ceux des modèles de plus grande taille, moins avancés technologiquement. Cela dit, même les téléviseurs les moins chers offrent une bonne qualité d’image globale. Ils se révèlent adaptés à la pratique des jeux vidéo les plus exigeants.

ON AIME
✅ Son prix minuscule
✅ Techno Micro Dimming Pro
ON N’AIME PAS
❌ Son en retrait

Vendu moins de 400 euros dans la plupart des grandes enseignes, ce téléviseur 4K décliné en 5 tailles, de 43 (celui-ci) jusqu’à 75 pouces, dispose de la technologie TCL « Micro Dimming Pro » qui divise l’éclairage LED en une centaine de zones distinctes pour améliorer le contraste et la profondeur des noirs. L’appareil intègre la norme Dolby Audio mais malheureusement, le rendu sonore est en retrait, et justifie l’ajout d’une barre de son externe. La TV offre la compatibilité avec l’assistant Google bien sûr, mais aussi avec Amazon Alexa. Pas mal compte tenu de son prix très sage.

Image 4 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

Hisense 43AE7200F

369,99€ > Fnac

ON AIME
✅ Son prix minuscule
✅ Input lag imperceptible
ON N’AIME PAS
❌ Son en retrait

Les TV Hisense se distinguent par leurs tarifs très agressifs, et ce modèle ne déroge pas à la règle. Pour ce prix pourtant, les performances sont correctes et l’appareil propose des fonctions intéressantes, tel qu’un mode jeux, qui adapte les paramètres graphiques, notamment le HDR, tout en limitant l’input lag. La compatibilité Amazon Alexa est également de mise. La TV intègre aussi la technologie DTS Studio Sound qui optimise la restitution des effets surround. Mais force est de constater que la qualité audio, n’est pas au niveau de ce qu’offre une barre de son externe.

Image 4 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

LG 43NANO796NE

601,70€ > Darty

ON AIME
✅ Rendu des couleurs
✅ Petite taille mais haute technologie
ON N’AIME PAS
❌ Profondeur des noirs

Ça n’est pas parce qu’on manque de place que l’on ne peut bénéficier du top de la technologie d’affichage. En témoigne ce téléviseur LG de 43 pouces (109 cm de diagonale). Il intègre le dispositif nanocell (semblable au QLED), composé d’un filtre de nano-particules qui filtrent les lumières parasites produites par les LED, pour préserver la pureté des couleurs de base. Résultat, les images se révèlent plus contrastées, plus claquantes. En outre, cette technologie permet d’accroître l’angle de vision optimal.

Image 4 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

Sharp 50BL2EA

506,91€ > Darty

ON AIME
✅ Le prix minuscule
✅ Input lag réduit
ON N’AIME PAS
❌ Profondeur des noirs

Un écran de 50 pouces à moins de 500 euros, c’est aujourd’hui possible, et c’est à Sharp qu’on doit ce petit exploit. Pour ce prix, le téléviseur (la gamme est déclinée du 40 ou 65 pouces) s’offre même le luxe d’intégrer un système audio développé par Harman Kardon, connu notamment pour l’étonnant rapport taille/puissance de ses enceintes. Compatible Google Assistant, le téléviseur dispose d’un mode jeu qui réduit l’input lag, et de la technologie maison Active Motion qui calcule des images intermédiaire pour limiter le flou dans les scènes d’action.

Image 4 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

Hisense 50U7QF

599,99€ > Darty

ON AIME
✅ Prix canon
✅ Local diming
ON N’AIME PAS
❌ Rendu audio

Fraîchement arrivé en Europe, le chinois Hisense entend bien marquer les esprit grâce à des ses TV dotées des technologies d’affichage les plus en vogue, proposées à des prix imbattables. En témoigne ce modèle QLED de 50 pouces, vendu moins de 600 euros. De quoi donner des sueurs froides à la concurrence, d’autant que les caractéristiques sont alléchantes. Doté d’une dalle local dimming sur 32 zones, le téléviseur affiche des noirs profonds (pour un écran LED), mais aussi des couleurs particulièrement vives. Le mode jeu, la compatibilité Alexa et la technologie propriétaire MEMC, qui optimise la fluidité des mouvements rapides, sont aussi de la partie. Hisense frappe décidément très fort.

Les meilleures TV entre 500 et 1000 €

Pas moins de sept TV méritent de figurer dans cette gamme de prix, ce qui montre que si les tarifs baissent rapidement, ce n’est pas au détriment de la qualité. A noter, la présence d’un écran de 43 pouces, véritable concentré de technologies.

Image 4 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

Samsung QE50Q60T

667,06€ > Amazon

ON AIME
✅ Rendu des couleurs
✅ Input lag imperceptible
ON N’AIME PAS
❌ Rendu HDR perfectible

La technologie progresse, les prix régressent. Et les Quantum dots, réservées voilà encore deux ans aux modèles hauts de gamme de Samsung, équipent à présent des TV de 50 pouces vendues moins de 800 euros. Pour rappel, cette technologie permet d’obtenir un niveau de contraste et une richesse de couleurs quasiment identiques à ceux réservés jusqu’ici aux seuls écrans OLED. En outre, si le niveau de noir reste encore en retrait, il est sensiblement amélioré par l’intégration du dispositif « Supreme UHD Dimming », qui commande l’éclairage des LED par petits groupes, de manière à éteindre totalement celles qui ne sont pas nécessaires à l’affichage des images.

Image 4 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

Samsung Crystal UHD 55TU8075

699,95€ > Materiel.net

ON AIME
✅ Son petit prix
✅ Input lag imperceptible
ON N’AIME PAS
❌ Profondeur des noirs

Contrairement à ce que laissent croire les références, toujours aussi absconses, la 55TU8075 ne diffère de la Samsung Crystal 43TU7125, présentée plus haut, que par la dimension de la dalle, qui atteint ici 55 pouces, ainsi que par le design, légèrement différent. Le choix dépend donc uniquement de la taille que vous souhaitez consacrer au téléviseur, ou de l’espace dont vous disposez pour l’installer.

Image 4 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

LG 49NANO866

679,95€ > LDLC

ON AIME
✅ Rendu des couleurs
✅ Dalle 100 Hz
ON N’AIME PAS
❌ Profondeur des noirs

Une bonne nouvelle pour tous ceux qui recherchent un écran de taille raisonnable, doté des meilleures technologies d’affichage. Comme le modèle de 43 pouces présenté plus haut, cette TV de 49 pouces (124 cm) intègre le dispositif nanocell. Mais elle ajoute certains raffinements bienvenus, à commencer par une dalle de 100 Hz apportant un surcroît de fluidité aux images, notamment dans les scènes d’action ou les retransmissions sportives. Ce modèle dispose en plus de la technologie Freesync, ce qui le rend particulièrement adapté à l’affichage des jeux vidéo.

ON AIME
✅ Rendu des couleurs
✅ barre de son intégrée
ON N’AIME PAS
❌ Profondeur des noirs

TCL s’est associé à Onkyo pour développer ce téléviseur 4K UHD, qui intègre une barre de son 2.1 compatible Dolby Atmos. Bénéficiant de la technologie QLED, il dispose aussi du Motion Clarity Pro, qui limite le flou de mouvement, notamment dans les scènes d’action rapide ou le sport. On apprécie aussi le design minimaliste, et la quasi absence de bordure. A noter, le téléviseur peut être piloté à la voix, grâce aux deux microphones intégrés. Un bouton physique, situé derrière l’appareil, permet de couper ces derniers, qui ne sont d’ailleurs pas activés par défaut.

Image 4 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

Samsung Crystal UHD 75TU7125

999€ > Auchan

ON AIME
✅ Rapport prix/taille
✅ Input lag imperceptible
ON N’AIME PAS
❌ Profondeur des noirs

Samsung démocratise un peu plus l’accès aux écrans géants, avec cette TV connectée 4K UHD de 190 centimètres (75 pouces), proposée à moins de 1000 euros. Certes, pas encore de QLED à ce tarif, mais le Crystal Processor 4K est présent, tout comme la technologie Game Enhancer+ qui optimise l’affichage des jeux vidéos.

Image 4 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

LG 55NANO91

849,95€ > LDLC

ON AIME
✅ Dalle Full LED local dimming
✅ Input lag imperceptible
ON N’AIME PAS
❌ Profondeur des noirs

Doté de la technologie Nanocell, cette TV connectée reprend toutes les caractéristiques du LG 49NANO866, auxquelles elle ajoute une dalle Full LED local dimming, pour un contraste accru, comparé à un téléviseur edge LED, ainsi que WebOS 5.0, la dernière version du système d’exploitation LG.

Les meilleures TV entre 1000 et 1500 €

On trouve dans cette gamme de prix les premiers écrans OLED, tandis que les modèles LCD dépassent fréquemment les 55 pouces. Le prix élevé s’explique aussi par l’intégration de technologies novatrices. Par exemple les algorithmes de deep learning qui « apprennent » à reconnaître chaque image d’une séquence, pour lui appliquer le traitement le mieux adapté, ou pour optimiser la mise à l’échelle depuis une définition inférieure.

TCL 65C815

TCL 65C815

1199€ > Fnac

ON AIME
✅ Rendu des couleurs
✅ barre de son intégrée
ON N’AIME PAS
Profondeur des noirs

Identique en tous points au TCL 55C815 présenté plus haut, ce modèle se distingue par sa vaste dalle de 65 pouces. Là encore, le rapport qualité/prix est excellent, d’autant que comme toutes les TV de la série C81, celle-ci intègre une barre de son Onkyo adaptée à la taille de l’écran.

ON AIME
✅ Rendu des couleurs
✅ Profondeur des noirs
ON N’AIME PAS
Le design du pied ? (on chipote)

LG, qui s’est spécialisé dans la conception de dalles OLED propose ici un modèle de 55 pouces doté d’un formidable rapport qualité/prix. Les cinéphiles, à la recherche des noirs les plus intenses seront évidemment comblés, mais ils apprécieront tout autant le formidable rendu HDR et la latence quasi-imperceptible. Technologie OLED oblige, l’angle de vision est largement étendu, ce qui permet de profiter de la même qualité d’image, que l’on soit en face de l’écran ou décalé sur le côté. Difficile de trouver le moindre défaut à ce modèle, compte tenu de son prix très sage.

Image 4 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

Samsung The Frame QE55LS03T

1199€ > Fnac

ON AIME
✅ Design
✅ algorithme de deep learning
ON N’AIME PAS
❌ HDR perfectible

La série QLED The Frame, de Samsung a été pensée pour donner au téléviseur l’apparence d’un tableau. Et il faut admettre que c’est assez réussi, d’autant qu’il est possible de choisir la couleur de l’élégant cadre de bois. Comme la technologie QLED permet d’afficher une image fixe sans risque de marquage, au contraire d’un écran OLED, on peut donc y projeter une peinture ou une photo quand on ne l’utilise pas. Bonne idée : le capteur de mouvement peut être activé, pour que l’écran ne s’allume que lorsque la pièce est occupée. A noter, ce téléviseur, ici en version 55 pouces, intègre le Quantum Processor 4K, le plus récent processeur de Samsung. Il utilise un algorithme de deep learning (régulièrement mis à jour) pour identifier en temps réel le contenu des images affichées dans une définition inférieure à la 4K, de manière à optimiser l’upscaling.

Image 4 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

Sony KE65XH9005

1190€ > Boulanger

ON AIME
✅ Rendu des couleurs
✅ Qualité audio
ON N’AIME PAS
❌ Profondeur des noirs

Disponible en quatre tailles, de 123 à 215 cm (ici 165 cm), la série XH90 regroupe les modèles 4K UHD haut de gamme de Sony. Elle se distingue par l’intégration d’un système de rétroéclairage Full Led Local dimming couplé au processeur X1 Ultimate, le même que celui employé dans les TV 8K. Ce dernier analyse l’image en temps réel, et ajuste les paramètres d’affichage pour produire le meilleur résultat possible, quelles que soient les conditions d’éclairage de la pièce. L’écran intègre également deux tweeters supplémentaires sur les bords supérieurs de l’écran, qui améliorent la restitution des sons aiguës. Ajoutons que le XH90 est certifié « Ready for PlayStation 5 ». Un label qui démontre le travail conjoint de Sony et de PlayStation dans l’élaboration de ce téléviseur. Nous avons d’ailleurs pu éprouver les capacités du XH90 lors de test de la PS5.

Les meilleures TV à plus de 1500 € 

Au-delà de 1500 euros, on entre dans le domaine des grandes tailles d’écran, qui reprennent les caractéristiques des modèles que nous avons sélectionnés dans les gammes de prix précédentes. Plus ils sont grands, plus ils sont chers, toutes choses égales par ailleurs. On note l’arrivé de Samsung sur le secteur des TV Mini-LED, mais le ticket d’entrée nous parait encore bien élevé. Et que dire des écrans 8K dont nous présentons ici un exemple, avec le Sony KD-75ZH8 : Exceptionnel en tous points certes, mais tellement cher !

Image 4 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

SAMSUNG QE55QN95A

1999€ > Darty

ON AIME
✅ Luminosité et contraste
✅ Technologies haut de gamme
ON N’AIME PAS
❌ Prix élevé

Troisième constructeur à s’engager dans la voie de la mini-led (voir plus bas pour le descriptif de la technologie), Samsung vise d’emblée le haut de gamme, et les prix s’en ressentent. Le modèle de 55 pouces Neo QLED présenté ici coûte près de 2300 euros ! Evidemment, pour ce tarif, on a le droit au grand jeu. Ce modèle intègre la nouvelle puce Quantum HDR 2000 qui applique en temps réel un traitement à chaque image pour en optimiser le rendu. La dalle affiche en outre une luminosité de 1500 nits, ce qui, couplé à la techno mini-led, garantit des noirs d’une profondeur inouïe pour un écran LED. Un filtre anti-reflet est également présent. Et pour une fluidité accrue, notamment dans les jeux, l’écran dispose de la fonction 4K 120Hz. Niveau son, on retrouve la techno Q-Symphonie, assez bluffante avouons-le, qui associe les haut-parleurs internes à ceux d’une barre de son externe, pour améliorer la restitution des effets audio.

Image 4 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

LG OLED65BX6LB

1699€ > Darty

ON AIME
✅ Rendu des couleurs
✅ algorithme de deep learning
ON N’AIME PAS
❌ Prix élevé

C’est la dernière innovation marquante dans le domaine de la TV connectée. A l’instar de Samsung et Philips, LG introduit progressivement des algorithmes d’apprentissage profond (deep learning) dans ses processeurs. Les images sont analysées en temps réel, et comparées à des échantillons stockées dans la base de données, de manière à optimiser les réglages de contraste, luminosité ou netteté. Les algorithmes sont remis à jour en permanence, ce qui, en théorie, permet d’améliorer sans cesse le rendu. Cet écran OLED, compatible Dolby Vision et Dolby Atmos, est également adapté aux jeux vidéo, grâce à l’intégration de Freesync mais également de G-Sync, la technologie d’affichage de Nvidia.

ON AIME
✅ profondeur des noirs
✅ barre de son intégrée
ON N’AIME PAS
❌ Prix élevé

Un téléviseur LED pourrait-il offrir des noirs aussi profonds qu’un écran OLED ? Eh bien on en est très proche, grâce à la technologie mini LED développée par TCL. Le X10 intègre un record de 15360 LED de moins d’un millimètre de diamètre, réparties en 768 zones de dimming, soit 20 LED par zone. Résultat, le niveau de contraste entre les zones claires et sombres de l’image atteint un niveau jamais vu sur un écran QLED. La luminosité est évidemment très supérieure à celle d’un écran OLED notamment grâce au Quantum dots, quant aux couleurs, elles couvrent 100% du DCI-P3, l’espace colorimétrique du cinéma numérique. Dernier atout, le X10 intègre une barre de son Onkyo.

Image 4 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

Sony KD-75ZH8

3999€ > Darty

ON AIME
✅ Rendu visuel époustouflant
✅ profondeur des noirs
ON N’AIME PAS
❌ Prix exorbitant

Conscient que la 8K ne se justifie que sur des écrans de très grande taille, Sony ne décline la série ZH8 qu’en 189 et 215 centimètres (75 et 85 pouces). Les prix restent encore stratosphériques même si le rendu est absolument époustouflant, comme nous l’avons constaté lors de notre test. Tout le savoir-faire du fabricant japonais est concentré dans ces téléviseurs. Le processeur Sony X1 Ultimate notamment, a été spécialement développé pour gérer la conversion de flux vidéos HD et 4K vers la 8K UHD. Heureusement car pour le moment, le contenu dans cette nouvelle définition record est rarissime.


Distance TV / spectateur : quelle taille choisir ?

Vous avez sans doute déjà entendu ou lu cette règle qui préconise de se placer à une distance équivalant 2.5 X la diagonale de l’écran, pour en profiter au mieux. Selon cette préconisation, il conviendrait de disposer une TV de 55 pouces (146 cm) à 365 cm du canapé. Eh bien cette règle est complètement obsolète. Et pour cause, elle remonte à l’époque des écrans cathodiques ! Aujourd’hui, avec les écrans haute définition, on peut s’approcher bien davantage sans ressentir la moindre gène. Et surtout, sans percevoir les pixels de la dalle. Ainsi, l’organisme THX préconise de se placer au minimum à 1.5 mètre d’un écran 4K UHD de 55 pouces (146 cm), et à 1.7 mètre environ d’un écran Full HD de même taille ! Le tableau ci-dessous vous renseignera sur les distances recommandées, en fonction de la taille et la définition de l’écran qui vous intéresse.

Image 37 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?
Distances optimales recommandées en fonction de la taille de l’écran
PoucesCentimètres
3281,3
40101,6
46116,8
50127
55139,7
60152,4
65165,1
70177,8
75190,5
85203,2
90215,9
Tailles d’écran en pouces et centimètres

Quelle dalle pour ma TV : LCD ou OLED ?

Du point de vue du consommateur, les choses sont assez simples finalement. Le Plasma a été abandonné, au grand regret des puristes, car les meilleurs modèles, signés Panasonic et Samsung, avaient une qualité d’image incroyable, que les TV LCD arrivent encore aujourd’hui rarement à approcher.

La technologie OLED s’impose aujourd’hui, car elle permet d’obtenir des noirs parfaits. Toutefois, elle est coûteuse à produire et seul LG s’est impliqué pleinement dans cette technologie (le constructeur fut un pionnier dans ce domaine avec plusieurs modèles Full HD lancés dès 2014).
Aujourd’hui, cette technologie a été adoptée par tous les autres grands constructeurs (Panasonic, Philips, Sony), en utilisant les dalles du coréen, ce qui permet de tirer les prix vers le bas.

Les téléviseurs LCD sont toutefois toujours une alternative intéressante, car moins onéreuse. Ainsi, Samsung persiste à n’exploiter que sa technologie QLED, qui utilise des Quantum dots (et un rétro éclairage LED). LG, de son côté, propose désormais une technologie très similaire, baptisée Nanocell. De plus, comme le montre notre sélection, les autres constructeurs, comme Sony, n’abandonnent pas la technologie LCD, qui délivre une luminosité maximale supérieure à l’OLED, ce qui permet de profiter des contenus HDR dans les meilleures conditions.

Cet avantage apporte également une plus grande flexibilité d’utilisation, dans la mesure où un téléviseur LCD très lumineux offre belle image quel que soit l’éclairage de la pièce, alors que le plein potentiel d’un téléviseur OLED est plutôt obtenu dans l’obscurité, pour regarder un film par exemple.

OLED burn in, la grande menace

Malgré tous les efforts effectués par les constructeurs pour ne pas parler du sujet, les utilisateurs avertis sont conscients que les téléviseurs OLED sont susceptibles de souffrir d’un mal spécifique à cette technologie, appelé « burn in » ou « effet de marquage ».

Ce phénomène se traduit par le fait que certains éléments d’une image restent « plus ou moins » visibles (en particulier dans les zones claires de l’image) même quand ils ne devraient plus l’être, ce qui dégrade sensiblement la qualité d’affichage et donc la satisfaction de l’utilisateur. Cet effet indésirable peut d’ailleurs également être visible sur les smartphones équipés d’un écran OLED.

Les constructeurs imputent ce phénomène à de « mauvaises habitudes » d’utilisation, très spécifiques, correspondant principalement à de longues périodes d’utilisation de jeux ou de programmes TV. Encore faudrait-il définir précisément à quoi correspondent ces « longues périodes ». Est ce deux heures, quatre heures, huit heures ? Toujours est-il qu’à long terme, les logos des chaînes TV ou les interfaces des jeux ne disparaissent plus vraiment de l’image.

Pourtant, un téléviseur devrait pouvoir répondre à tous les besoins, ou alors il faudrait que les constructeurs signalent clairement cette éventualité, afin d’éviter les mauvaises surprises. D’autant qu’on ne trouve aucune référence à ce problème dans les garanties des constructeurs.

Il suffit d’effectuer quelques recherches sur les moteurs de recherche, dans les forums ou sur Youtube pour voir que les risques liés au marquage OLED fait réfléchir un bon nombre d’utilisateurs. Sans oublier les tests de certains sites américains, qui enfoncent le clou, en simulant des conditions extrêmes d’utilisation et en faisant apparaître un fort marquage assez rapidement…

Comment l’éviter ?

Pour éviter le marquage, ou repousser au maximum son éventuelle arrivée, plusieurs réflexes d’utilisation doivent être adoptés. Bien sur, tout d’abord, il faut éviter dans la mesure du possible ces longues périodes d’utilisation très spécifiques (varier les programmes régulièrement).

Ensuite, il faut éteindre la TV à l’aide de la télécommande (pas avec une prise connectée qui coupe le courant) car les constructeurs ont fait en sorte que des procédures de « nettoyage des pixels » soient automatiquement déclenchées lors de l’extinction des téléviseurs OLED.

Enfin, il faut veiller à ne pas pousser la luminosité de la dalle à son maximum, car ce sont précisément les pixels qui restent très lumineux pendant de longues durées, qui peuvent « marquer ». Ce dernier point est délicat, quand on sait que la luminosité maximale constitue le principal point faible des dalles OLED face aux dalles LCD…

Au final, cette épée de Damocles menace les possesseurs de télévision OLED et doit sans doute peser quelque peu sur les ventes, car tout le monde ne peut pas remplacer son téléviseur d’une valeur de 1500 à 2500 € tous les deux ou trois ans, si ce syndrome fait son apparition. En revanche, rien à craindre, à priori, si vous n’utilisez votre téléviseur OLED que quelques heures le soir, pour regarder différents programmes et des films.

Les Mini-LED, pour des noirs plus profonds

Comment améliorer le contraste d’un écran LED et obtenir les noirs les plus profonds possibles ? Eh bien en rajoutant des LED, encore et encore. C’est tout l’intérêt des mini-LED. Ces ampoules qui mesurent moins d’un millimètre de diamètre compensent leur luminosité relative par leur nombre.

Alors qu’un écran classique doté du rétroéclairage Full LED (ou Direct LED) intègre en moyenne entre 250 et 400 LED, une TV mini-LED en affiche jusqu’ à 70 fois plus ! Ainsi, la dalle du TCL X10, le premier téléviseur mini-LED vendu en France, dispose de 15360 LED. Mais au-delà de leur nombre, ce qui en fait l’intérêt, c’est qu’elles peuvent être regroupées en zones bien plus compactes que sur une TV LED classique.

Le X10 affiche ainsi 768 zones de dimming, qui s’allument et s’éteignent à toute vitesse afin d’améliorer localement le contraste et surtout la profondeur des noirs. Philips et Samsung font encore mieux, en portant à 1024 le nombre de zones de dimming.

Sans atteindre le contraste d’un écran OLED, cette technologie permet néanmoins de s’en approcher très sérieusement, tout en bénéficiant des avantages du LED ou QLED. A commencer par une luminosité maximale plus élevée, et un rapport taille/prix généralement plus favorable.

Le Full HD, c’est terminé !

Désormais incontournables, les TV Ultra HD (3840 x 2160 pixels), aussi appelées 4K par abus de langage, affichent des images très précises (plus que celles de la TNT ou des Blu-ray, et à fortiori des DVD).

Ces télévisions sont équipées de connecteurs HDMI 2.0 (indispensable pour véhiculer les grandes quantités de données liées à la très haute définition), ce qui garantit la possibilité d’y connecter les platines Blu-ray Ultra HD. Elles doivent également être compatibles avec le codec HEVC (High Efficiency Video Codec ou H.265), qui succède au H.264/MPeg4 AVC, afin de décoder directement des flux 4K.

Image 38 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

Les services de vidéo en ligne, comme Netflix ou Amazon Prime, directement accessibles depuis certaines télévisions 4K, diffusent un large panel de séries en ultra haute définition. Toutefois, cela requiert une connexion Internet à 25 Mbit/s minimum, ce qui limite drastiquement le nombre de personnes pouvant y accéder.

Les platines Blu-ray Ultra HD constituent la deuxième source de vidéos en 4K. Ces derniers, comme les platines UHD Blu-ray de salon, ont un prix élevé. Enfin, les consoles de jeu de dernière génération – comme la Sony Playstation 4 Pro et la Microsoft Xbox One X – sont elles aussi capables d’envoyer des images 4K vers les téléviseurs.

Les téléviseurs Ultra HD offrent la plupart du temps un excellent système de mise à l’échelle des vidéos Blu-ray en Full HD vers la 4K. En revanche, ils sont plus ou moins doués pour bien afficher les images en basse définition des DVD.

Les TV 8K sont déjà là, mais à quel prix !

Image 39 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?
Samsung QE75Q900E

Ce sera la prochaine marotte des constructeurs. La 8K remplacera à (très long) terme la 4K, qui elle-même a signé le glas de la définition Full HD. Pour référence, un téléviseur 8K affiche une définition de 7680 x 4320 pixels, soit quatre fois plus qu’un téléviseur Ultra HD et seize fois plus qu’un téléviseur Full HD. Si l’on trouve déjà des téléviseurs de 8K de 55 pouces à moins de 3000 euros, force est de constater qu’une taille aussi modeste n’a guère d’intérêt. Sony, qui ne jurait que pour les dalles de 85 pouces, reconnait désormais que 75 pouces pourraient suffire. Mais pas moins !

Seul problème, à l’heure actuelle, aucune source ne permet d’envoyer des contenus compatibles vers ce type de téléviseur. Il va sans doute falloir attendre « un certain temps », avant de pouvoir télécharger des contenus en 8K sur Youtube ou Netflix. Sans oublier la bande passante qui sera nécessaire ! Il est fort probable que le contenu sera compressé, et donc altéré, pour éviter l’engorgement du réseau.

Image 40 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?
Sony 85ZG9

Pour l’avoir vu en action, aussi bien avec des fichiers de démonstration 8K, des Blu-ray 4K ou une console de jeux, on peut affirmer que le téléviseur Sony 85ZG9, sorti en 2019, délivre une qualité d’affichage incroyable, avec des images hyper lumineuses qui mettent en valeur les effets visuels liés à la technologie HDR. Les premiers tests mettent en évidence une luminosité maximale approchant les 4 000 cd/m2 !

Pour près de 7000€ chez Sony, vous pouvez aussi vous procurer la TV 8K Sony 75ZH8. Très performante, nous avons eu l’occasion de l’essayer et de la valider dans ce test Sony KD-75ZH8.

Qu’est-ce que le HDR ?

Alors que les constructeurs commercialisent des téléviseurs 4K depuis plusieurs années et que les choses semblaient assez simples (on utilise une dalle quatre fois plus précise, on décode le HEVC et on utilise des connecteurs HDMI 2.0), une nouvelle technologie – « acronymée » HDR (pour High Dynamic range) – est arrivée, un peu dans le désordre général.

Présentée début 2015, sa vocation est d’apporter des images bénéficiant d’un impact visuel plus grand que celui lié la simple augmentation du nombre de pixels liée au mode 4K. La technologie HDR permet en théorie d’obtenir des images toujours plus fidèles à la réalité (pour peu que la source vidéo soit optimisée dans ce sens), en faisant ressortir les détails – jusqu’alors invisibles – aussi bien dans les zones sombres que dans les portions très éclairées d’une image.

Image 41 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

1. Des pixels codés sur 30 bits

Seul problème, les télévisions doivent respecter certains critères techniques pour afficher correctement les films HDR (la nouvelle technologie fait partie du cahier des charges des Blu-ray Ultra HD). Tout d’abord, elles doivent gérer un plus grand nombre de couleurs. Pour cela, elle doivent manipuler des pixels codées sur 30 bits (10 bits par couleur primaire), afin de pouvoir afficher un milliard de teintes, au lieu des 16 millions de couleurs des télés de base, en 8 bits par couleur. Or, on se rend compte que certains téléviseurs d’entrée ou de milieu de gamme sont dits HDR alors qu’ils ne gèrent les couleurs qu’en 8 bits…

2. Respecter l’espace colorimétrique

Ensuite, les téléviseurs doivent être en mesure d’afficher réellement ce spectre étendu de couleurs (le Gamut). Les nombreux tests réalisés dans les laboratoires des rédaction montrent que si les téléviseurs 4K haut de gamme récents sont en mesure d’afficher plus de couleurs que les modèles Full HD « classiques », ils sont parfois encore loin de respecter pleinement les spécifications officielles du Blu-ray Ultra HD et du HDR. 

En effet, alors que l’espace colorimétrique étendu devrait couvrir le standard Rec.2020, certains téléviseurs n’arrivent – au mieux – qu’à afficher 90 % du standard DCI-P3 (celui utilisé par les acteurs de l’industrie cinématographique), qui est plus « limité » que le Rec.2020 tout en étant plus large que l’actuel standard Rec.709 (utilisé par les Blu-ray Full HD et toutes les vidéos non HDR).

Image 42 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

3. Une forte luminosité

Enfin, pour que le mode HDR soit convaincant, les télévisions LCD doivent pouvoir afficher simultanément des zones très sombres (niveau de noir inférieur à 0,05 cd/m2) et très lumineuses (luminosité supérieure 1 000 cd/m2). Or, les tests montrent que le niveau maximal de luminosité de la dalle LCD est souvent fonction du prix du téléviseur, et qu’il faut mettre environ 1 200 € (pour un modèle 55 pouces) pour que le mode HDR soit bien restitué.

Pour les modèles OLED, ces valeurs limite sont de 540 cd/m2 pour la luminosité et 0,0005 cd/m2 pour les noirs. Actuellement, les derniers modèles OLED délivrent une luminosité maximale supérieure à ce niveau (environ 800 cd/m2) et offrent donc une expérience HDR aussi satisfaisante que les meilleures TV LCD.

Enfin, pour compliquer un peu les choses auprès des consommateurs, les standards HDR sont multiples : HDR10, HDR10+, HLG et Dolby Vision. Les plus exigeants sont le HDR+ et le Dolby Vision.

Faut-il absolument acheter une TV de grande marque ?

Comme vous pouvez constater en boutique ou sur Internet, une poignée de grandes marques trustent la quasi-totalité de l’offre : Samsung, Sony, Panasonic, LG, Philips, Toshiba, Sharp… On trouve toutefois quelques modèles de constructeurs moins connus (tout du moins dans le domaine des TV), comme Hisense, Brandt, Listo ou Grundig. Le souci est que ces TV sont font rarement l’objet de tests sur les sites spécialisés. Et quand c’est le cas, les notes n’atteignent presque jamais les sommets.

Image 43 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

Parmi les “grandes marques”, seuls les TV de Samsung, Sony, Philips, Panasonic et LG font régulièrement l’objet de tests. Les notes qu’elles obtiennent sont alors le plus souvent bonnes, voire excellentes. Dans le doute, il est donc plus sage d’opter pour une de ces quatre grandes marques.

Quel son pour ma TV ?

Même si la qualité audio des téléviseurs s’est nettement améliorée en une dizaine d’années, on reste bien loin de ce que peut offrir une barre de son (comme la Sonos Playbar, plébiscitée par toutes les rédactions qui l’ont testée et vendue 799 € chez Amazon), ou même deux “simples” enceintes Hi-Fi complétées d’un caisson de basses. Si le son est un critère déterminant, n’oubliez donc pas de prendre en compte cet équipement complémentaire. Comme la plupart des téléviseurs sont désormais équipés d’une sortie audio numérique optique, l’installation d’un système audio externe est un jeu d’enfant.

Conscients que le son constitue le talon d’Achille des téléviseurs, plusieurs constructeurs, et notamment TCL, intègrent désormais une barre de son, voire un caisson de basse à la TV. Une solution intéressante si l’on ne dispose pas de barre de son, ou d’un vrai système audio multi-enceintes.

La TV 3D, c’est du passé

Certains apprécient, d’autres non. Que la technologie employée soit “active” ou “passive”, il est impératif de voir la TV en action avec un film Blu-ray 3D pour savoir si le relief est rendu sans un désagréable effet de diaphonie, ou crosstalk (images gauche et droite superposées plus ou moins superposées). D’où l’importance des avis des utilisateurs (consommateurs ou journalistes).

Image 44 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?
3D avec et sans crosstalk

Il y a encore quelques années, rares étaient les téléviseurs utilisant la technologie active qui offraient une qualité 3D parfaite (sans crosstalk). Les meilleurs résultats étaient obtenus avec la technologie passive, qui avait de plus l’avantage de fonctionner avec des lunettes légères et sans batterie. Son défaut : la résolution verticale des images perçue par chaque œil est divisée par deux, soit 1920 x 540 pixels. D’où un léger manque de finesse et de précision dans l’affichage.

C’est sans doute pourquoi cette technologie a lentement été abandonnée par les fabricants de téléviseurs, au point qu’il n’en reste plus aucune aujourd’hui, au grand regret des fans de cette technologie. L’excuse officielle est que l’interface HDMI 2.0 n’est pas assez rapide pour transférer 120 images (60 pour chaque œil) de 3840 x 2160 pixels, afin d’obtenir de la 3D 4K active.

Pourquoi ne pas avoir démocratisé la technologie 3D passive, moins difficile à mettre en œuvre ? C’est d’autant plus regrettable pour les amateurs de 3D que les films au format Blu-ray 4K commencent à être vendus avec un Blu-Ray « normal » en 3D (pour les films tournés en 3D). La seule solution – si vous appréciez cette technologie – consiste donc à investir dans un vidéoprojecteur…

Quelle TV connectée ?

Présenté comme une avancée majeure pour les téléviseurs récents, l’accès au Web et à certains services connectés n’est en fait pas si satisfaisant que ça. Souvent difficile à utiliser pour les néophytes, en raison d’une interface confuse et lente, il regroupe de nombreux services dont certains ont un intérêt très discutable (parfois non traduits).

Image 45 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

Les TV les plus évoluées sont désormais équipées de processeur à quatre ou huit cœurs censés accélérer les opérations.De plus, il n’y a pas ou peu de suivi de la part des constructeurs (ajout de nouveaux services connectés, débogage, etc.), car ils se focalisent sur leur prochaine génération de TV et n’ont pas les moyens d’assurer des mises à jour pour les TV des années précédentes.

Enfin, la saisie de texte (ne serait-ce que le nom d’utilisateur et le mot de passe nécessaires pour s’enregistrer aux services) est plus ou moins laborieuse et la sélection des services à la télécommande pas très intuitive.

La solution adoptée par certains constructeurs consiste à fournir une seconde télécommande. Equipée d’un mini clavier ou d’un pavé tactile, elle permet de déplacer le curseur du bout du doigt, comme sur un ordinateur portable dont vous pouvez retrouver notre comparatif ici. Certaines sont aussi munies d’un micro afin de capter des commandes vocales. On a aussi la possibilité de brancher un clavier ou une souris en USB ou mieux, en Bluetooth.

Image 46 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

Heureusement, et même si tout est loin d’être parfait, les dernières versions des portails connectés des grands constructeurs montrent que de sérieux efforts sont faits. Ainsi, LG exploite une interface interface, appelée WebOS, qui s’avère aujourd’hui réactive, complète et facile à utiliser. D’autres constructeurs, comme Sony ou encore Philips font appel au système Android TV. 

Les utilisateurs ont ainsi potentiellement accès aux nombreuses applications développées pour Android. Sans oublier Samsung, et son système Tizen, qui s’avère complet, intuitif et rapide. Seule l’interface exploitée par Panasonic (My Home Screen) n’offre pas un catalogue d’une aussi grande richesse…

Image 47 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

TV : de quelle connectique ai-je besoin ?

USB, HDMI, Ethernet/Wi-Fi, Bluetooth, MHL, sorties audio & entrées vidéo, etc. Comme le montre notre sélection, les constructeurs ont actuellement tendance à doter leurs téléviseurs de 4 connecteurs HDMI et 3 ports USB. Certains modèles d’entrée de gamme peuvent être moins bien lotis en la matière, avec par exemple seulement deux ports HDMI, ce qui peut s’avérer rapidement insuffisant et peu pratique (il faudra brancher et débrancher les appareils en fonction des besoins).

Les ports USB servent, quant à eux, à brancher un clé ou un disque dur externe, afin d’afficher sur la TV des photos ou des vidéos, ou pour écouter de la musique. Ces supports peuvent aussi être utilisés pour enregistrer les programmes TV (ou pour mettre un programme en pause avec la fonction TimeShift).

La prise Ethernet ou le Wi-Fi sont bien sur indispensables pour se relier à sa box et accéder directement depuis sa TV à des sites, comme YouTube ou Dailymotion, ou des services de VOD (Netflix, CanalPlay, Sony Unlimited, etc.). L’accès au réseau permet aussi de lire les fichiers stockés sur son PC (plus besoin de clé USB). Enfin, les téléviseurs sont de plus en plus souvent compatibles Bluetooth, ce qui est pratique pour utiliser facilement certains périphériques (casques, enceintes, clavier, souris, etc.). Pour en savoir plus sur ce sujet, rendez-vous sur notre article dédié aux secrets de la connectique TV.

Quelle TV pour les consoles de nouvelle génération, PS5 et Xbox Series X ?

Lancées en novembre dernier, les consoles de jeu PS5 de Sony et Xbox Series X de Microsoft promettent un affichage parfaitement fluide des contenus diffusés en 4K UHD. Rien d’étonnant, puisque les PS4 Pro et Xbox One X, affichent déjà respectivement 30 fps et 60 fps (Xbox One X) dans cette définition.

HDMI 2.1, l’arme des PS5 et Xbox Series S/X

Mais les consoles Next Gen vont plus loin, puisque les futurs jeux pourront être affichés en 4K UDH jusqu’à une fréquence de 120 images par seconde (120 Hz) ! A condition toutefois de disposer d’un téléviseur compatible, c’est à dire doté d’une interface HDMI 2.1. (Un câble HMDI 2.1 est également requis).

Les fabricants ont bien entendu anticipé ce besoin, et les nouveaux modèles intègrent ce format. C’est par exemple le cas des LG OLED 65CX3 et Sony KD65XH9096 qui font partie de notre sélection. La norme HDMI 2.1, en plus d’offrir une bande passante largement supérieure à celle du HDMI 2.0 (48 Gbps contre 18 Gbps), et donc un framerate supérieur, intègre deux technologies spécialement destinées aux jeux vidéo, le VRR et l’ALLM. Elles sont notamment conçues pour limiter « l’Input Lag », le cauchemar des amateurs de jeux d’action 3D.

VRR pour une fluidité maximale

Le VRR, pour Variable Refresh rate, adapte la fréquence d’affichage des images à celle du processeur de la console. Ainsi, les scènes les plus complexes, nécessitant des temps de calculs longs, sont transmises à un rythme moins rapide que les plus légères. Sans exagération bien sûr, pour conserver une bonne fluidité. Ce procédé supprime les saccades ou déchirements d’images (tearing), qui altèrent la précision du rendu. Notez que si le VRR n’est disponible que sur les TV équipées en HDMI 2.1, des technologies similaires sont compatibles avec la norme HDMI 2.0. C’est le cas du Freesync d’AMD et du G-Sync de Nvidia, présents sur plusieurs modèles de notre sélection. Le LG OLED55CXG supporte même les deux formats.

ALLM pour gommer les fioritures et se concentrer sur le jeu

L’ALLM, pour Auto Low latency Mode permet à la console d’envoyer un message vers le téléviseur, pour lui indiquer d’activer le « mode jeu ». Dans cette configuration en effet, tous les filtres et traitements qui ne sont pas indispensables à l’affichage, sont désactivés, de manière à soulager le processeur de tous les calculs inutiles. Couplée au VRR, cette technologie améliore considérablement la fluidité, au point de supprimer totalement l’input lag. A l’extinction de la console, le système rebascule vers les paramètres précédents.

Autre paramètre important sur lequel il faut s’attarder : l’input lag ou temps de réponse. Il s’agit du décalage que l’on constate sur toutes les TV entre le moment où les données arrivent à la prise (HDMI, le plus souvent) et celui où l’image est affichée. Ce retard d’affichage est plus ou moins important, en fonction des différents procédés d’amélioration des images (traitement des couleurs, mise à l’échelle de la définition, augmentation de la fluidité, etc.) appliqués par les TV.

C’est donc pour minimiser ce phénomène que les constructeurs proposent un réglage “Jeux”, dans lequel ils désactivent certaines de ces fonctions. Et cela fonctionne ! Dans ce mode, l’input lag mesuré par les laboratoires de tests est jusqu’à trois fois plus petit que dans les autres modes (cinéma, sport, etc.).

Image 48 : Comparatif TV : Ultra HD (4K), Led, Oled ? Comment choisir ? Laquelle acheter ?

Les mesures sont effectuées à l’aide d’une sonde spécialisée, qui relève une mesure en millisecondes (ms). Plus le résultat est élevé, moins vous aurez de chance d’abattre vos ennemis dans les jeux d’action multijoueurs comme Star Wars Battlefront, Battlefield, Destiny ou Street Fighter, car vous croirez tirer sur des cibles alors que celles-ci auront déjà bougé.

Aussi, si vous voulez jouer comme un pro et mettre toutes les chances de votre côté, l’input lag est un facteur à prendre en compte. Une valeur inférieure à 30 ms est très bonne. Entre 30 et 50 ms, c’est acceptable. Au-delà, la télévision n’est pas recommandée (tout du moins pour certains jeu).

Force est de constater que le constructeur le plus efficace dans ce domaine est Samsung, puisque ses téléviseurs ont régulièrement un Input Lag d’environ 15 ms. Du côté de Sony, le XH90, taillé pour les consoles, descend jusqu’à 7 ms, ce qui est excellent.