Accueil » Test » Asus ZenFone 6 : on a testé le smartphone le plus autonome du marché

Asus ZenFone 6 : on a testé le smartphone le plus autonome du marché

Image 2 : Asus ZenFone 6 : on a testé le smartphone le plus autonome du marché
8,5/10

Asus ZenFone 6 (6 Go / 64 Go Noir)

499,99€ > Asus
On aime
  • La puissance du Snapdragon 855
  • Le capteur photo qui pivote
  • Le design et la prise en main
  • Son prix est canon
On n’aime pas
  • Les clichés en faible luminosité ne sont pas toujours à la hauteur
  • Capteur d'empreinte dorsal (on s'habitue vite au capteur sous l'écran, désormais)
  • Pas d'écran Oled
Verdict :

Le ZenFone 6 réunit de nombreux atouts pour qui souhaite disposer d’un smartphone puissant, sans encoche et classieux. Si le double capteur photo n’est pas exempt de quelques défauts, la plupart du temps, il remplit convenablement son office. On regrettera juste qu’Asus n’ait pas davantage optimisé la prise de vue en faible luminosité et n’ait pas poussé le vice jusqu’à proposer un écran Oled. Pour le reste, le ZenFone 6 est résolument un smartphone sur lequel il faut compter et capable de tenir la dragée haute aux ténors du genre.

plus

Si Asus s’est surtout fait remarquer ces derniers mois avec son Rog Phone, un smartphone destiné aux joueurs, surpuissant et bardé d’accessoires, le fabricant a aussi dans sa manche depuis 2014 un modèle de smartphone qui nous a rarement déçus : le ZenFone. Néanmoins, le marché des smartphones Android de milieu de gamme est désormais squatté par des marques comme Xiaomi, Huawei, OnePlus ou Google lui-même. Et il faut bien reconnaître que leurs smartphones disposent tous de qualités remarquables, que ce soit sur le plan de la photo (Pixel 3a et Pixel 3a XL), de la puissance (Xiaomi Mi 9) ou du design (Huawei P30)…

Image 3 : Asus ZenFone 6 : on a testé le smartphone le plus autonome du marché

On pouvait donc raisonnablement s’attendre à ce qu’Asus perde de sa superbe face à cette débauche d’offres. Quelle place peut-il bien réellement bien resté face à tous les autres ? On pouvait croire aussi que le Zenfone 6 ne serait finalement qu’une énième itération d’un modèle au concept éculé. Comment le constructeur peut-il encore innover ? Alors, faut-il craquer pour le ZenFone 6 d’Asus ? Nous l’avons longuement testé et vous disons tout ce qu’il faut savoir à son sujet.

Oui, pour son design peu commun

Arborant deux coloris au choix, Midnight Black ou Silver (en dégradé), l’appareil profite d’un dos classieux avec ses bords gauche et droite incurvés. On note la présence de de deux capteur photos, du logo Asus, ainsi que du capteur d’empreinte. Le fabricant a donc opté pour un capteur de déverrouillage dorsal, plutôt que placé sous l’écran comme cela se fait de plus en plus. Notez cependant qu’il est possible de déverrouiller l’appareil à l’aide de la caméra, qui basculera alors de l’arrière vers l’avant, puis reprendra sa position initiale.

Image 4 : Asus ZenFone 6 : on a testé le smartphone le plus autonome du marché

Mais quand on retourne l’appareil, ce qui surprend, c’est surtout l’absence de capteur photo frontal. Serait-il impossible de réaliser le moindre selfie sur ce modèle ? Pas du tout. Asus a pris le parti d’utiliser le même double capteur avant l’arrière comme à l’avant. Celui-ci, positionné par défaut au dos de l’appareil, bascule en 1,30 seconde à l’avant du smartphone, prêt à vous aider à capturer vos selfies. Un joli tour de passe-passe, qui permet de profiter d’une plus grande surface d’affichage que sur un smartphone classique pourvu d’une encoche ou d’une bande noire destinée à accueillir le capteur photo frontal. Parfait pour jouer et surtout regarder des vidéos sans avoir un « trou » dans l’écran ou des bandes noires sur les côtés.

Image 5 : Asus ZenFone 6 : on a testé le smartphone le plus autonome du marché

Le poids s’en ressent légèrement par rapport à un appareil plus classique et sans capteur amovible. L’appareil pèse en effet 190 grammes, là où un smartphone traditionnel oscille aux alentours des 170 grammes (voire moins de 160 grammes pour les plus légers comme le Galaxy S10). Néanmoins, l’appareil s’en sort plutôt bien sur ce point, dès lors qu’il faut prendre en considération le mécanisme de l’appareil photo. Pour mémoire, le Mi Mi 3 de Xiaomi, qui dispose d’un capteur photo rétractable, pèse quant à lui 218 grammes.

Image 6 : Asus ZenFone 6 : on a testé le smartphone le plus autonome du marché

Quid de la prise en main du ZenFone 6, donc ? A l’usage, celle-ci se révèle très bonne, et l’on n’a pas réellement l’impression de manipuler un téléphone de 6,4″ (et c’est pourtant le cas). Unique petit reproche : Asus fournit avec l’appareil une petite coque de protection transparente. C’est plutôt un bon point en général, si ce n’est qu’ici la protection alourdit l’appareil, tandis que sa texture le fait un peu trop glisser entre les mains. Mais ce n’est qu’un détail finalement puisqu’une coque plus légère et plus rugueuse coûte à peine une dizaine d’euros sur n’importe quel site en ligne.

Oui, pour sa puissance et surtout son autonomie

Asus a choisi de faire confiance au tout dernier processeur de Qualcomm pour faire battre le cœur de son smartphone. Le Zenfone 6 est donc équipé d’un Snapdragon 855 qui est, rappelons-le, le processeur le plus puissant du moment (voir nos tests ici). L’appareil dispose par ailleurs d’un mode permettant de booster momentanément les performances de l’appareil. Pas de quoi changer radicalement la donne, mais on obtient malgré tout des résultats légèrement supérieures quand ce mode est activé, sous 3DMark notamment. Celui-ci affiche un score de 5542 sous Sling Shot Extreme OpenGL ES, et de 4755 sous Sling Shot Extreme Vulkan. En activant le mode boost, on obtient des résultats de 5580 dans un cas, et de 4879 dans l’autre.

Image 7 : Asus ZenFone 6 : on a testé le smartphone le plus autonome du marché

Quoi qu’il en soit, le Snapdragon 855, qui équipe également le OnePlus 7 et le Xiaomi Mi 9, reste incontestablement le processeur le plus puissant à l’heure actuelle. Le ZenFone 6 profite à fond de cette puissance, que ce soit dans les jeux les plus gourmands, mais aussi au quotidien, dans toutes ces petites applications que nous lançons en continu et qui mettent parfois 3 ou 4 secondes à s’ouvrir. Ici, leur lancement, tout comme leur installation depuis le Google Store, il convient de le mentionner, s’effectue instantanément.

Mais c’est surtout par son autonomie que l’appareil brille face à la concurrence. Doté d’une impressionnante batterie de 5000 mAh, l’appareil arrive sur la première marche du podium. Nous l’avons soumis à notre batterie de tests habituels : du Web à outrance, 1 heure/jour de téléphonie par jour, 1 heure/jour de streaming vidéo, 1 heure/jour de streaming audio, 1 heure/jour d’utilisation de GPS… Bref, nous ne l’avons pas ménagé, comme nous le faisons systématiquement pour tous les autres smartphones. Résultat ? L’appareil tient allégrement les deux jours, et les dépasse même. En utilisation plus « classique », sans faire appel au GPS ni streamer de vidéo donc, le téléphone a crié famine au bout de 3 jours.

Image 8 : Asus ZenFone 6 : on a testé le smartphone le plus autonome du marché

Oui pour la photo, mais sur tous les plans

Comme évoqué précédemment, l’appareil d’un double capteur photo qui pivote. En clair, c’est le même module qui vient prendre vos photos à l’avant comme l’arrière. On bénéficie pour cela d’un capteur de 48 Mpx et d’un autre de 13 Mpx. En conséquence, on obtient la même qualité d’image, que ce soit en frontal comme en dorsal, ce qui est plutôt une bonne chose. Mieux même : il est parfaitement envisageable de contrôler l’inclinaison du capteur. Vous pouvez le faire soit à l’aide du bouton virtuel positionné en bas à droite de l’écran, soit à l’aide des boutons de volume. Ces derniers se révèlent d’ailleurs le plus précis. Enfin, cerise sur le gâteau : le capteur se déploie automatiquement dès lors que l’on souhaite réaliser une photo panoramique. Une fonction vraiment bien pensée.

Mais alors, que pouvons-nous attendre de ce double capteur en pleine luminosité ? Force est de constater que les clichés sont dans 95 % des cas très réussis. Certains les trouveront peut-être trop colorés : l’appareil apprécie particulièrement le rouge, au risque parfois de saturer cette couleur (une photo d’un étalage de cerises ou de fraises en est la parfaite illustration). Mais de manière générale, l’appareil s’en sort assez bien, délivrant même parfois des clichés plus « authentiques » qu’un Huawei P30 Pro.

Dans les 5% restants, nous avons noté un problème de grain. Sans aucune raison apparente, par temps clair et ensoleillé, l’image fait les frais d’un bruit assez poussé dans les quelques zones sombres qui peuvent se présenter. Un peu comme si le capteur ne parvenait plus à faire la distinction entre des conditions nocturnes et la pleine journée. La 2e photo du diaporama ci-dessous en est un exemple.

L’appareil propose différents modes de capture photo, comme un mode panoramique qui prend un cliché tout seul, sans que l’on ait à tourner l’appareil. On profite également d’un module simulant un effet de profondeur et qui isole un sujet. Comme le montre la capture ci-dessous, il est possible de régler cet effet de f/22 à f/0.95. Un très bon atout que l’on ne trouve pas souvent sur un smartphone.

Image 20 : Asus ZenFone 6 : on a testé le smartphone le plus autonome du marché
L’appareil dispose d’une petite option permettant de régler la profondeur du mode portrait.

En faible luminosité, l’appareil remplit son office, sans réellement faire des merveilles. Quoi qu’il en soit, il lui faut quand même une source lumineuse. Faute de quoi, le cliché restera dans la pénombre quasi totale. Et même le mode nuit ne pourra pallier cette carence, contrairement au P30 Pro (encore lui) qui s’en tire magistralement bien à ce sujet. On notera dans tous les cas de figure une image trop bruitée, même si elle ne manque pas de détails.

Oui, parce que son prix est finalement très raisonnable

 D’autres petits manquements sont finalement à signaler. Si l’appareil est capable d’afficher une image en 2340 x 1080 pixels (Full HD+), il ne dispose d’aucune dalle OLED, Asus ayant préféré se tourner d’une classique dalle IPS LCD. Autre phénomène étrange : si l’on dispose d’une version d’Android très épurée, l’application Google Photos, pourtant dans sa dernière itération, l’est tout autant. Comprenez par là qu’il lui manque bon nombre d’options, à commencer par une synchronisation automatique sur Google Drive.

Vendu 499 euros dans sa version équipée de 6 Go de RAM et de 64 Go d’espace de stockage, l’appareil reste malgré tout une excellente affaire au regard de ses nombreuses qualités. Si vous cherchez un smartphone réellement irréprochable en matière de photo, tournez-vous du côté d’un Pixel 3, Pixel 3a ou d’un P30 Pro. Mais si vous privilégiez la puissance et l’innovation technologique, alors ce ZenFone 6 n’a vraiment pas à rougir face à un OnePlus 7 ou un Galaxy S10.

Image 23 : Asus ZenFone 6 : on a testé le smartphone le plus autonome du marché
Un panorama réalisé automatiquement à l’aide de la caméra rotative.