Accueil » Test » [Test] Xiaomi Mi 9 : on a testé le premier smartphone équipé d’un Snapdragon 855

[Test] Xiaomi Mi 9 : on a testé le premier smartphone équipé d’un Snapdragon 855

Nous avons testé le Mi 9 de Xiaomi, le nouveau smartphone doté d’un Snapdragon 855 et d’un triple capteur photo à l’arrière.

Image 2 : [Test] Xiaomi Mi 9 : on a testé le premier smartphone équipé d'un Snapdragon 855
8/10

Xiaomi Mi 9 – 64 Go – noir piano

499€ > Fnac
On aime
  • Les performances du Snapdragon 855
  • Le prix, toujours aussi bas chez Xiaomi
  • La prise de vue en 48 MP
On n’aime pas
  • La batterie
  • MIUI, dont on ne sommes toujours pas adeptes
  • Le traitement de la photo (lissage), pas toujours très heureux
Verdict :

Avec le Mi 9, Xiaomi affirme sa volonté de produire des smartphones toujours plus performants, mais accessibles au plus grand nombre. Son prix est à lui seul un argument de taille, tout comme son design agréable, son capteur sous l’écran ou son capteur photo grand-angle. On regrettera cependant que la batterie ne soit pas plus performante et surtout que le capteur photo arrière ait tendance à lisser les clichés de jour.

plus

Neuf mois : c’est le temps très court qu’il aura fallu à Xiaomi pour accoucher du successeur du Mi 8. Ce smartphone, annoncé en mai 2018, mais commercialisé en France en août de la même année, avait plus d’un tour dans son sac, notamment en termes de puissance, de prix et de possibilités photographiques. Il avait tout pour faire de l’ombre au OnePlus 6 de l’époque, voire à des appareils se classant dans une gamme de prix supérieure, comme le S9 ou le P20. Mais depuis, l’appareil s’est fait rattraper, puisque OnePlus, Huawei, Samsung et consœurs ont sorti une pléthore de nouveaux modèles tous aussi performants les uns que les autres, histoire de ne pas se laisser distancer.

Image 3 : [Test] Xiaomi Mi 9 : on a testé le premier smartphone équipé d'un Snapdragon 855

Alors certes, il y a bien eu un Mi Mix 3 entre temps, mais son processeur ne variait pas et il ne comptait que 2 capteurs à l’arrière, là où la concurrence commence à en placer 3, 4 ou même 5. Il fallait que Xiaomi riposte et sorte à son tour un appareil capable de dépasser les meilleurs modèles de chaque marque. Et le géant chinois tente l’opération en commercialisant le premier smartphone équipé d’un Snapdragon 855. Cette élément suffit-il à faire du Mi 9 le smartphone incontournable du moment ? Nous l’avons testé sous toutes les coutures, et pas uniquement sous l’angle des performances du CPU, et vous livrons nos conclusions.

1 – Oui, pour son design réussi

En ouvrant la boîte qui renferme le Mi 9, on découvre un appareil au look séduisant : un dos brillant conçu à l’aide d’un verre Gorilla Glass 5, un pourtour d’aluminium et un écran Super Amoled Gorilla Glass 6 à l’avant. Unique petite ombre au tableau : on ne peut s’empêcher de remarquer la protubérance des trois capteurs photos à l’arrière et l’ajout de la coque livrée par Xiaomi ne change que très peu la donne. Pour le reste, il n’y a rien à redire : les bords arrondis de l’appareil le rendent gracieux et agréables à prendre en main. Niveau poids, le Mi 9 est dans la bonne moyenne : il pèse 173 grammes sans sa coque de protection fournie, et 16 grammes de plus une fois celle-ci mise en place.

Image 4 : [Test] Xiaomi Mi 9 : on a testé le premier smartphone équipé d'un Snapdragon 855

A l’arrière de l’appareil, on ne trouve nulle trace du capteur d’empreinte, alors qu’il est présent sur presque tous les téléphones de la marque. Mais alors, où est-il passé ? Xiaomi a repris le concept de son Xiaomi Mi 8 Explorer Edition et l’a logé en façade, sous l’écran. Côté réactivité, on y gagne légèrement, le smartphone se déverrouillant de manière instantanée. Notez qu’il est aussi possible de le déverrouiller à l’aide du capteur facial, celui-ci étant activable via les paramètres (Système et appareil > Paramètres supplémentaires > Région > Hong Kong).

A l’avant et comme sur le Mi 8, on bénéficie d’une encoche destinée à accueillir le capteur à selfie. Sauf que celle-ci n’est plus aussi large que sur le Mi 8 et adopte la forme d’une petite goutte d’eau ultra discrète. D’ailleurs, peut-on encore réellement parler d’encoche ?

Image 5 : [Test] Xiaomi Mi 9 : on a testé le premier smartphone équipé d'un Snapdragon 855

2 – Oui pour ses performances, mais bof pour sa batterie

En matière de performances, nous n’avons pas été déçus, comme évoqué dans notre face à face entre le Snapdragon 855, le Snapdragon 845 et le Kirin 980. L’appareil livre actuellement les meilleures performances qui soient pour un smartphone Android, quelle que soit l’application de bench utilisé. (3DMark, Geekbench, PCMark, etc.). Nous lui avons également soumis une bonne dizaine de jeux parmi les plus gourmands en termes de calculs et de rendus, et n’avons jamais éprouvé le moindre ralentissement. Jouer à Fortnite est un pure bonheur sur ce genre d’appareil, pour peu bien évidemment que l’on soit un inconditionnel de ce jeu vidéo. Notez cependant que, dans un usage plus classique (du Web, de la vidéo, etc.), nous n’avons pas constaté de différences sensibles entre un 845 et un 855.

Image 6 : [Test] Xiaomi Mi 9 : on a testé le premier smartphone équipé d'un Snapdragon 855

En revanche, le choix de la batterie de 3300 mAh de la part de Xiaomi est plus discutable. Nous l’avons utilisé de manière assez intense, mais pas extrême non plus. Nous l’avons employé comme à notre habitude dans diverses situations : du Web, de la vidéo streamée, de la téléphonie, etc. Et nous avons même fait appel au GPS pendant une petite heure. Au final, l’appareil a tenu un tout petit plus d’une journée. À titre de comparaison, dans une situation identique, le Mi 8 n’a pas eu besoin d’être rechargé avant une journée et demie, tandis que le Pocophone F1 du même constructeur a été capable de tenir près de deux jours.

Dans une utilisation plus classique (juste du Web, de la téléphonie et un peu d’écoute musicale), l’appareil tient cependant nettement plus longtemps. Comptez presque deux jours, dans ce cas précis. Mais c’est un peu dommage, car Xiaomi nous avait habitué à produire des appareils qui tiennent nettement plus longtemps.

Enfin, Xiaomi promet aussi une recharge sans fils « Ultra Rapide » à l’aide d’un appareil de 20 W, lequel permet en théorie de doper la batterie à 70% en 30 minutes. Notez que, si le chargeur filaire est bien inclus dans la boîte, le chargeur sans fil est quant à lui absent. Il nous a donc été impossible (pour l’instant) de tester la véracité de cette affirmation, mais nous ne manquerons pas de mettre à jour ce test dès que l’occasion nous en sera donnée.

Xiaomi Mi 9 Xiaomi Mi 8
Taille 6,39” 6,21″
Pourcentage surface d’affichage 85,20% 83,80%
Ratio  19,5:9 18,7:9
Dimensions 15,77 x 7,48 X 0,8 cm 15,49 x 7,48 x 0,76 cm
Poids 173 grammes 175 grammes
Définition 1080 x 2340 pixels 1080 x 2248 pixels
Processeur Snapdragon 855 Snapdragon 845
RAM / Stockage 6 Go 6 Go
Stockage 64 / 128 Go 64 / 128 / 256 Go
Capteurs photo arrière 48 MP (f/1.8) + 16 MP (f/2.2) + 12 MP (f/2.2)
12 MP (f/1.8) + 12 MP (f/2.4)
Capteurs photo avant 12MP 20 MP (f/2.0)
Batterie 3300 mAh 3400 mAh

3 – Oui et non pour la prise de vue

L’autre grosse nouveauté de ce Mi 9, en dehors de son processeur, est sans nul doute son triple capteur photo à l’arrière. Face au Mi 8 sorti l’année dernière, l’appareil gagne un capteur ultra grand angle, ainsi qu’une prise de vue en 48 MP. En théorie, l’appareil a toutes les chances pour rivaliser avec le P20 de Huawei, le View20 de Honor, le Pixel 3 de Google ou le OnePlus 6T. En pratique, ça donne quoi ?

Image 7 : [Test] Xiaomi Mi 9 : on a testé le premier smartphone équipé d'un Snapdragon 855

Les différents clichés que nous avons réalisés offrent des couleurs respectueuses de la réalité, même si le capteur du Mi 9 (dont la fabrication a été confié à Sony) a tendance à un peu forcer sur le contraste. Les zones sombres sont légèrement trop sombres, mais le résultat final est satisfaisant… A un détail près : le traitement opéré sur la photo la rend parfois trop lisse. Sur la photo ci-dessus, les nuages paraissent presque irréels, comme paints à la main, à cause justement du traitement réalisé par l’appareil. Il existe cependant une solution pour palier le problème : faire appel au capteur 48 MP dans toute les situations. Dès lors, la photo retrouve son piqué et l’effet « smoothie » disparaît presque complètement. Cela augmente considérablement la taille des fichiers, mais si Xiaomi a pris l’initiative d’intégrer un tel capteur sur son appareil, autant ne pas s’en priver.

Image 8 : [Test] Xiaomi Mi 9 : on a testé le premier smartphone équipé d'un Snapdragon 855

En basse luminosité, le même traitement est également présent. On perd ainsi en niveaux de détails et, quand on zoome sur une partie de l’image, on remarque l’absence de bruit, que l’on constate pourtant sur l’immense majorité des smartphones. Preuve en est que l’appareil traite l’image quoiqu’il arrive. Enfin, gare aux sources lumineuses : l’appareil a tendance à les mettre beaucoup trop en évidence, affichant alors des rayons et des halos sur tout ou partie du cliché.

Enfin, Xiaomi semble avoir réglé un problème que nous avons souvent rapporté concernant la vidéo : des saccades sur les travellings. Nous avons effectué différents tests et il en résulte que le Mi 9, malgré quelques très légers à-coups (inévitables sur ce genre d’appareil) s’avère désormais capable de filmer un travelling en stabilisant de manière logicielle la captation.

Image 9 : [Test] Xiaomi Mi 9 : on a testé le premier smartphone équipé d'un Snapdragon 855
Photo prise un jour de pluie sur les Champs-Élysées.

4 – Un petit bof pour MIUI, la surcouche Xiaomi

En plus d’Android, ici présent dans sa neuvième édition (Android Pie), on bénéficie également de la surcouche constructeur MIUI 10.2. Nous l’avons déjà mentionné par le passé : cette surcouche se bonifie avec l’âge et propose quelques fonctionnalités supplémentaires intéressantes, tout en ne s’éloignant pas trop des fondements d’Android. Mais il y a des petites choses qui risquent de faire grincer des dents bon nombre d’utilisateurs, comme le système de notification beaucoup trop discret (les premiers temps, vous en raterez la plupart, c’est quasi certain) ou le fait qu’il faille décocher l’option « Rotation » pour en réalité l’activer (est-ce bien logique ?). On regrette également que Xiaomi se soit senti obligé d’installer des applications tierces, parmi lesquelles on trouve Booking.com, un navigateur maison, Opera, etc. La bonne nouvelle, c’est qu’il est toujours possible de les désinstaller définitivement, et de remplacer le lanceur d’applications par Nova Launcher, ou un autre.

Lire aussi : 10 launchers pour personnaliser Android

5 – Oui pour son prix attractif

A moins de 500 euros et malgré quelques petits défauts, le Mi 9 est certainement l’une des meilleures affaires de 2019, notamment parce qu’il profite d’un triple capteur arrière et du processeur le plus puissant du moment. Remarquez par ailleurs que l’appareil dans sa version en 6 / 64 Go est actuellement vendu 469 € au lieu de 499 €. Il existe par ailleurs une édition en 6 / 128 Go à 499 € (au lieu de 529 €), qui représente elle aussi une offre intéressante. Nul doute que l’on ne trouvera pas chez la concurrence de smartphone aussi bien équipé et à ce prix avant plusieurs mois.

Image 10 : [Test] Xiaomi Mi 9 : on a testé le premier smartphone équipé d'un Snapdragon 855