Accueil » Dossier » Quels sont les meilleurs navigateurs Internet en 2021 ?

Quels sont les meilleurs navigateurs Internet en 2021 ?

En matière de navigateur les attentes des internautes sont parfois très différentes. Alors faut-il choisir Chrome pour son incroyable catalogue d’extensions ou Brave pour un plus grand respect de la vie privée et la possibilité d’être rémunéré pour regarder des pubs ? Voici un tour d’horizon des principaux navigateurs Internet à votre disposition.

comparatif navigateur

Certes, il y a peu de nouveaux entrants, mais l’offre en matière de navigateur Internet se renouvelle régulièrement au gré des mises à jour proposées par les principaux acteurs de ce marché. Et même si vous avez quelques habitudes, changer de navigateur ou en utiliser un 2e (voir un 3e) en fonction de votre usage peut se révéler intéressant.

En effet, certains se distinguent pour le grand nombre d’extensions qu’ils proposent, d’autres pour un meilleur respect de la vie privée, à moins que vous ne soyez à la recherche d’un navigateur particulièrement léger qui ne plombe pas les performances de votre machine. Nous avons répertorié ici les principaux navigateurs du marché et mis en avant leurs principaux points forts et points faibles pour vous aider à trouver celui (ou ceux) qu’il vous faut.  

Chrome, le plus riche en extensions

Image 1 : Quels sont les meilleurs navigateurs Internet en 2021 ?
  • Les plus
  • Grande stabilité
  • Large compatibilité
  • Rapide
  • Les extensions
  • Les moins
  • Peu de respect de la vie privée
  • Sa consommation en RAM et CPU

Avec près de 60% de part de marché, Chrome est le navigateur le plus utilisé. Et il a de quoi séduire : simple, rapide et efficace. Aujourd’hui les concepteurs de sites se focalisent en premier sur Chrome pour la compatibilité, et en raison de son quasi-monopole c’est souvent lui qui dicte les standards d’internet (comme la mort de Flash). Donc contrairement à d’autres, Google Chrome aura très peu de problèmes de chargement de page, de compatibilité de plugin ou autre. Il dispose également d’un large éventail d’extensions. Parmi les 200 000 proposées, vous devriez trouver votre bonheur.

Mais même avec tout cela, Chrome n’est pas parfait, loin de là. On pourra déjà lui reprocher son manque de respect envers la vie privée, un classique pour un produit Google. Le problème qui revient également régulièrement, c’est sa consommation. Chrome peut consommer jusqu’à 10 fois plus de ressource processeur et de RAM que d’autres navigateurs, pourtant basés sur Chromium. Dans un test comparatif, avec les mêmes onglets d’ouverts Brave affichait moins de 1% de ressource processeur et 47 Mo de RAM, alors que Chrome se stabilisait à 10% et plus de 470 Mo de RAM. Une différence flagrante. Donc à surveiller en cas de ressources limitées. Surtout que parfois sa consommation peut monter soudainement en flèche à plus de 40 ou 50% d’utilisation processeur sans raison, comme le montre la capture d’écran (avec seulement 3 onglets d’ouverts).

Qu’est-ce que Chromium ?

Nous en avons brièvement parlé dans le paragraphe précédent, et nous allons le mentionner encore plusieurs fois au sein de cet article. Mais qu’est-ce que Chromium ? Pour faire court et sans rentrer dans les détails, Chromium est la base Open Source de Chrome qui peut être utilisée librement par n’importe quel autre navigateur. Il est un peu au navigateur ce qu’est l’Android Open Source Project à Android. De fait, tous les navigateurs se basant sur Chromium auront accès au magasin d’extensions Chrome Web Store (comme le Play Store sur Android). Le fait de partager une base commune les rend aussi plus fiables, plus stables et plus légers. Puisqu’ils utilisent le même moteur de rendu, le contenu s’affiche généralement de la même manière sur chacun de ces navigateurs.

Firefox, respectueux de la vie privée

logo firefox
  • Les plus
  • Vie privée (en désactivant la télémétrie)
  • Open source
  • Les extensions
  • Simple à utiliser
  • Les moins
  • Télémétrie par défaut

L’autre navigateur incontournable n’est autre que Firefox. Publié depuis 2003 et développé par la fondation Mozilla Corporation depuis 2005, Firefox est l’un des plus vieux navigateurs. Ayant connu le duel Firefox/Internet Explorer puis Firefox/Chrome, le petit panda roux (et non un renard) en a vu passer. En 2010 il fut même le navigateur le plus utilisé au monde, avec 1,2 milliard de téléchargements, avant de se faire distancer peu de temps après. L’un des gros avantages de Mozilla Firefox est d’être libre, avec un accent mis sur le respect de la vie privée. Aujourd’hui l’une des particularités de Firefox, est de ne pas utiliser Chromium. C’est l’un des seuls à utiliser sa propre plateforme indépendante. Mais cela ne pose pas de problème puisqu’il est régulièrement mis à jour, et côté extension, aucun problème non plus car il a été le premier à inaugurer cette nouveauté. Puisqu’il est l’un des géants historiques d’internet, la plupart des extensions sont trouvables dans son magasin. En revanche certaines critiques ont été émises ces derniers temps en raison d’installation de systèmes de télémétrie par défaut. Cette technique permet de récolter des données pour étudier le comportement des utilisateurs et permettre, par exemple, de connaitre les fonctionnalités qui ne sont pas utilisées. Même si ces données sont anonymisées, vous avez la possibilité de les désactiver dans les paramètres.     

Edge Chromium, le plus intégré à Windows

Image 2 : Quels sont les meilleurs navigateurs Internet en 2021 ?
  • Les plus
  • Les extensions
  • Son intègrement à l’écosystème Microsoft/Windows
  • Les moins
  • Installation forcée par Microsoft

Après une entrée totalement ratée en 2015 par manque d’extension, de réglages et de fonctionnalité, Microsoft Edge fait peau neuve en 2020 avec Microsoft Edge Chromium. Comme son nom l’indique, le remplaçant d’Internet Explorer adopte Chromium. À la clé, des extensions (enfin !), une plus grande compatibilité et de meilleures performances. Microsoft a fait table rase de la version de 2015 utilisant EdgeHTML, et les performances se retrouvent être enfin dans la moyenne.

Son avantage sera d’être directement intégré à Windows et à l’environnement Microsoft. Ce qui nous fait arriver à son principal défaut : l’insistance de Microsoft pour que nous l’adoptions. Navigateur installé et réglé par défaut au détour d’une mise à jour, sans rien demander. On peut parfois se retrouver à devoir le configurer de force, sans avoir la possibilité de fermer la fenêtre ou de passer l’étape. Avec sa technique de révolver sur la tempe Microsoft rend son navigateur détestable, surtout en installant Bing (que personne ne veut) comme moteur de recherche par défaut. Donc des défauts qui ne sont pas intrinsèques à Edge Chromium, mais à la politique de Microsoft vis-à-vis de son adoption. 

Opera, pour son VPN gratuit

Image 3 : Quels sont les meilleurs navigateurs Internet en 2021 ?
  • Les plus
  • Bonnes performances globales
  • VPN gratuit inclus
  • Les moins
  • Stabilité du VPN
  • Quelques problèmes d’affichage

Opera est probablement le navigateur le plus ancien de cette liste, puisqu’il a débarqué en 1995. Depuis, il a continué à exister et à évoluer, jusqu’à passer sous Chromium en 2013. Cependant, il affiche parfois des problèmes de compatibilité et certains sites ont du mal à s’afficher ou à se lancer. En revanche, ces dernières années s’il a fait parler de lui c’est pour une tout autre raison. En effet depuis 2016 Opera intègre un VPN directement dans son navigateur. Totalement gratuit, il permet de faire passer son flux par 3 régions au choix, ce qui peut être pratique pour accéder à certains sites. En revanche le service n’est pas très stable et ne peut pas vraiment être utilisé tout le temps à cause de ses nombreux bugs. Et pour ce qui est de la sécurité, aux vues du rachat par un groupe chinois, on peut émettre quelques réserves. Mais cela reste toujours bienvenu vu la gratuité de l’option. Bien qu’utilisant Chromium, Opera n’utilise pas le Chrome Web Store par défaut, mais on peut cependant y accéder et installer les extensions Chrome.

Vivaldi, le plus personnalisable

Image 4 : Quels sont les meilleurs navigateurs Internet en 2021 ?
  • Les plus
  • Ultra personnalisation
  • Les extensions
  • Les moins
  • Pour les utilisateurs avancés
  • Un peu lourd

Déçus de perdre des fonctionnalités au passage d’Opera 15, et de la direction que prenait le projet, des utilisateurs et le cofondateur/ex-PDG d’Opera ont donc lancé Vivaldi en 2015. L’idée de base était de retrouver des fonctionnalités perdues d’Opera 12, et de les compléter. Le navigateur vise les utilisateurs avancés et les technophiles en raison de ses capacités de personnalisations. Côté performance il se tient dans la moyenne, sans plus, et de nombreux utilisateurs lui reprochent sa lourdeur et sa forte utilisation des ressources due à son moteur de rendu. Mais n’oublions pas qu’il est encore jeune et qu’il a encore le temps de s’améliorer. N’oublions pas de préciser qu’il est également sur une base Chromium.

Brave, le plus rémunérateur

Image 5 : Quels sont les meilleurs navigateurs Internet en 2021 ?
  • Les plus
  • Open Source
  • Possibilité d’utiliser le réseau Tor
  • Respect de la vie privée
  • Le plus rapide
  • Les moins       
  • Stabilité sous Windows 10

Brave est, lui aussi, un petit nouveau dans la famille des navigateurs. Il a débarqué en 2016 en faisant du bruit pour plusieurs raisons, son ambition de respect de la vie privée, sa possibilité d’utiliser le réseau Tor (permettant d’anonymiser l’origine de connexions) et son système de token (en l’occurrence des BAT pour Basic Attention Token). Cela vise à rémunérer sous forme de tokens l’utilisateur qui visualise des publicités et à garantir aux annonceurs de pouvoir diffuser des pubs ciblées et de réduire les pertes dues à la fraude. Les tokens amassés par les internautes peuvent être échangés sur les plates-formes d’échange de cryptomonnaies. Le montant varie selon le cours du BAT.

À l’heure actuelle Brave est l’un des navigateurs le plus rapides, tout en étant assez économique en ressource. Son respect de la vie privée le classe en tête du peloton. Coté compatibilité, Brave utilise lui aussi Chromium, donc peu de surprise de ce côté-là : tout s’affiche correctement, de manière stable et avec toutes les extensions qui vont bien. Brave à toutes les qualités, c’est pourquoi on le retrouve souvent en numéro un des classements des navigateurs.

Toutefois Brave n’est pas exempt de reproches. Le 25 mars 2020, un ajout automatique de lien d’affiliation vers certains sites de cryptomonnaies est apparu. Un couac très gênant pour un site qui mise sur le respect de la vie privée et une visualisation de publicité consentie. Le PDG s’est cependant rapidement excusé et a fait marche arrière dès que cette affaire a été éventée par un internaute. Mais Brave souffre également de la présence de bugs notamment sous Windows 10. Cependant, malgré ces quelques soucis, si nous ne devions en recommander qu’un, ce serait celui-là. De plus il est Open Source et disponible sur toutes les plateformes.

Safari, pour le synchronisation multi-appareil (réservé au monde Apple)

Image 6 : Quels sont les meilleurs navigateurs Internet en 2021 ?
  • Les plus
  • Le plus rapide sur Mac
  • Protection contre les cookies et les trackers
  • Intégration des signets et favoris
  • Les moins
  • Les extensions

Safari est le navigateur officiel et par défaut de MacOS, il est donc celui qui aura la meilleure intégration au sein de l’univers Apple. Il propose des fonctionnalités qui seront bien propres à ce dernier, comme la synchronisation des signets et des favoris qui l’on retrouve directement au sein de son navigateur quel que soit l’appareil utilisé. Comme le fait Apple depuis un moment sur les iPhone et iPad, Safari vous protège contre les cookies et trackers et pourra vous fournir un rapport de la situation.

En revanche sa gestion des extensions laisse à désirer. Moins nombreux que dans l’univers Chrome, leurs recherches et organisations sont pour le moins chaotique. Bien qu’ayant une forte fanbase, Apple a du mal à rassembler une communauté. Et la majorité des extensions se trouve alors avec peu de votes et de commentaires pour pouvoir se faire un avis. À noter aussi que certaines d’entre elles sont payantes, là où Google a interdit cette pratique (peu répandue) dans son écosystème en 2020.