Accueil » Actualité » Première photo de Mercure par la mission BepiColombo, trois ans après son départ

Première photo de Mercure par la mission BepiColombo, trois ans après son départ

La mission BepiColombo a pris des photos spectaculaires de la surface de la première planète du système solaire – qui est également la moins explorée des huit.

Photo de la surface de Mercure prise par la mission BepiColombo (Crédits image : ESA/BepiColombo/MTM)
Photo de la surface de Mercure prise par la mission BepiColombo (Crédits image : ESA/BepiColombo/MTM)

BepiColombo, une mission conjointe de l’Agence spatiale européenne (ESA) et de l’Agence japonaise d’exploration aérospatiale (JAXA) a été lancée depuis la base spatiale européenne de Kourou (Guyane) en 2018. Cette mission d’exploration inclut deux engins spatiaux, le Mercury Planetary Orbiter et le Mercury Magnetospheric Orbiter. Les deux sondes devraient atteindre l’orbite de Mercure d’ici 2025, à l’issue de huit années de voyage. La Nasa prévoit de son côté d’envoyer ce mois-ci sa sonde d’exploration Lucy vers Jupiter.

Mercure, une planète malmenée par des impacts géants et la chaleur du Soleil

BepiColombo a pour mission de recueillir davantage d’informations sur la planète Mercure et sa composition, ainsi que sur la façon dont elle a évolué si près de notre Soleil. En effet, les températures sur Mercure peuvent aisément dépasser les 350 degrés, ce qui a nécessairement un impact sur la géologie de la planète. Les premières photos prises par l’expédition montrent une surface criblée de cratères qui ressemble beaucoup à celle de la Lune.

Suite à ces photos, l’agence spatiale européenne a expliqué d’où provenaient ces cratères et comment ils ont pu se former à la surface de la planète. « Une théorie veut que Mercure ait commencé comme un corps plus grand qui a ensuite été dépouillé de la plupart de ses roches par un impact géant », explique le communiqué de l’ESA. « Il ne lui restait alors qu’un noyau de fer assez important, celui qui génère son champ magnétique, ainsi qu’une fine enveloppe rocheuse extérieure. »

À lire aussi > La NASA va explorer l’astéroïde le plus cher de la galaxie avec un véhicule électrique peu commun

La sonde BepiColombo rapportera bientôt des clichés de Mercure en haute définition

Les astronomes de l’Esa ont poursuivi l’examen des premiers clichés de la mission BepiColombo. Ils ont découvert ainsi que malgré sa similitude visuelle avec la Lune, Mercure n’a pas été formée de la même façon. « Sa surface est sombre presque partout, et de vastes coulées de lave l’ont parcourue il y a des milliards d’années. Ce n’est pas l’équivalent des anciens hauts plateaux lunaires », poursuit le communiqué. « Ces coulées de lave portent les cicatrices des cratères formés par les astéroïdes et les comètes qui se sont écrasés sur la surface à plusieurs dizaines de kilomètres-heure. »

Contrairement à la Lune, où un robot ira prochainement dénicher de l’eau en prévision de l’arrivée d’astronautes, Mercure a été tourmentée par une activité géologique très intense par le passé. « Le fond de certains des plus anciens et des plus grands cratères a été inondé par des coulées de lave récentes », explique l’ESA. Les astronomes ont également identifié grâce aux clichés de la mission plus d’une centaine de sites où des explosions volcaniques ont rompu la surface par en-dessous.

À mesure que la double sonde BepiColombo se rapprochera de Mercure jusqu’à son arrivée en 2025, elle sera capable de prendre des images en plus haute résolution. C’est pourquoi d’autres photos seront disponibles dans les prochains jours, a confirmé l’ESA. BepiColombo porte le nom du scientifique italien Giuseppe « Bepi » Colombo, qui a contribué à la mise au point de Mariner 10, la première sonde envoyée vers Mercure par la Nasa en 1974.

Source : European Spatial Agency