Accueil » Actualité » Finalement, le morceau de fusée qui va percuter la Lune ne provient pas de SpaceX

Finalement, le morceau de fusée qui va percuter la Lune ne provient pas de SpaceX

Il y a quelques semaines, nous apprenions que l’étage supérieur d’une Falcon 9 allait percuter la Lune le 4 mars prochain. Mais le chercheur à l’origine de la trouvaille vient d’admettre son erreur. Le débris qui s’écrasera sur notre satellite proviendrait plutôt d’une vieille fusée chinoise.

Image 1 : Finalement, le morceau de fusée qui va percuter la Lune ne provient pas de SpaceX
Lune – Crédit : wikimedia

L’astronome Bill Gray avait fait une découverte notable le mois dernier : un morceau de fusée sur le point de s’écraser sur la Lune. D’après ses calculs, confirmés par d’autres chercheurs, ce débris spatial percutera notre satellite le 4 mars prochain. Jusqu’alors, Gray pensait qu’il s’agissait du premier étage d’une fusée Falcon 9 envoyée dans l’espace le 11 février 2015 pour déployer le Deep Space Climate Observatory (DSCOVR). Celui-ci voguait dans l’espace depuis cette époque, n’étant pas parvenu à retourner sur Terre.

Problème, la prévision de l’astronome s’est finalement avérée inexacte. Au lieu d’une fusée SpaceX, c’est une fusée chinoise qui s’apprêterait à creuser un cratère sur la face cachée de la Lune. Le chercheur a reconnu l’erreur sur son site Project Pluto après avoir été contacté par l’ingénieur Jon Giorgini du Jet Propulsion Laboratory de la NASA.

Gray et d’autres observateurs avaient décelé un objet non-identifié qu’ils avait nommé provisoirement WE0913A. Luminosité, timing, orbite… Plusieurs indices les avaient poussés à croire qu’il s’agissait d’un fragment de Falcon 9 mobilisée pour le DSCOVR.

Un morceau de fusée chinoise va s’écraser sur la Lune

Après la médiatisation de l’affaire, Jon Giorgin a contacté Gray pour lui signaler que le DSCOVR et sa fusée ne se trouvaient pas près de la Lune, deux jours après le lancement. « Il serait plutôt bizarre que le second étage passe juste devant la Lune, alors que DSCOVR se baladait dans une autre partie du cosmos », reconnaît l’observateur. Après avoir écumé les archives, il a finalement identifié un lancement qui pourrait correspondre. Il s’agirait de la mission chinoise Chang’e 5-T1 propulsée par une fusée Longue Marche 3C. Lancée le 23 octobre 2014, celle-ci visait à préparer l’envoi de la sonde Chang’e 5 chargée de collecter des échantillons lunaires.

À lire > La Lune a suffisamment d’oxygène à sa surface pour maintenir des milliards de personnes en vie pendant 100 000 ans

Après avoir reconstitué l’orbite et la trajectoire probables de la mission, il a constaté que la fusée correspondait au profil du débris mystérieux qui avait tutoyé la Lune le 28 octobre 2014. « Je suis donc persuadé que l’objet sur le point de frapper la lune le 4 mars 2022 à 12h25 UTC est en réalité un étage de la fusée de la mission Chang’e 5-T1 », indique fermement Bill Gray.

Source : Project Pluto