Accueil » Dossier » Geeks au cinéma : la foire aux clichés ?

Geeks au cinéma : la foire aux clichés ?

Image 1 : Geeks au cinéma : la foire aux clichés ?

Le geek est binoclard

  • Film : Cyprien (2008)
  • Personnage : Cyprien (Elie Semoun)

C’est probablement la pire caricature de geek de l’histoire du cinéma, et elle est française. En 2008, Elie Semoun incarnait à l’écran l’un de ses personnages de sketch, tiré des « Petites Annonces » : Cyprien. Binoclard, immature, obsédé par les femmes, laid et sans répartie, le personnage était ce qu’on peut imaginer de pire pour illustrer un geek. Une image qui n’est pas sans rappeler celle de certaines comédies américaines des années 80, comme Les Tronches.

Image 2 : Geeks au cinéma : la foire aux clichés ?

Le geek a du mal avec les filles

  • Film : 40 ans, Toujours Puceau (2005)
  • Personnage : Andy Stitzer (Steve Carell)

C’est tout l’enjeu de 40 ans Toujours Puceau. Dans ce film de Judd Apatow sorti en 2005, Steve Carell interprète Andy Stitzer, un quadragénaire amateur de jeux vidéo et de figurines de collection qui travaille dans une boutique spécialisée dans l’électronique. À 40 ans, il n’a cependant jamais eu de relation sexuelle parce qu’il est timide et a du mal à communiquer avec les femmes. C’est probablement l’une des images les plus éculées des geeks au cinéma : ils sont encore puceaux et n’ont pas de succès avec la gent féminine.

Image 3 : Geeks au cinéma : la foire aux clichés ?

Le geek vit surtout la nuit

  • Film : Matrix (1999)
  • Personnage : Thomas ‘Neo’ Anderson

Malgré l’horloge qui affiche trois heures du matin, une dernière partie s’impose. Ou encore quelques lignes de codes. Ou bien encore quelques pages web à visiter. Toutes les excuses sont bonnes pour les geeks qui vivent souvent autant la nuit que le jour. Au cinéma, cette vie noctambule peut être symbolisée par Neo, le personnage principal de la saga Matrix. Lorsqu’il vit encore dans la matrice, il mène une double vie : employé de bureau le jour et hacker la nuit. Il s’endort fréquemment devant son ordinateur et a le teint livide et fatigué. En tous cas, jusqu’à ce qu’il suive enfin le lapin blanc…

Image 4 : Geeks au cinéma : la foire aux clichés ?

Le geek aime les jeux vidéo

  • Film : Tron (1982)
  • Personnage : Kevin Flynn (Jeff Bridges)

Parmi les principales occupations des geeks, le jeu vidéo figure en très bonne place. C’est d’ailleurs ce loisir qui était mis à l’honneur dans le film Tron de Disney, en 1982. Connu pour être l’un des premiers films réalisés à l’aide d’effets spéciaux générés par ordinateur, Tron raconte l’histoire d’un développeur de jeu, Kevin Flynn. S’il est avant tout un programmeur surdoué, son expérience dans le jeu qu’il a créé, Tron, le transforme en un véritable gamer.

Image 5 : Geeks au cinéma : la foire aux clichés ?

Le geek parle bizarrement

  • Film : Retour vers le Futur (1985)
  • Personnage : Emmett ‘Doc’ Brown (Christopher Lloyd)

« Nom de Zeus ! », « 2,21 Gigowatts ! », « paradoxe temporel », autant d’expressions souvent utilisées par le Doc’ Brown de Retour vers le Futur. Comme lui, le geek utilise souvent un jargon qui n’est pas accessible pour les autres. Au cinéma, nombreuses sont ces représentations de chercheurs, inventeurs, scientifiques ou hackers qui utilisent des termes complexes. Mais au fond, il s’agit surtout pour les scénaristes de noyer le poisson sous couvert de vocabulaire pseudo scientifique. Au moins Emmett Brown est drôle, lui.

Image 6 : Geeks au cinéma : la foire aux clichés ?

Le geek est surdoué

  • Film : Wargames (1983)
  • Personnage : David Lightman (Matthew Broderick)

Malgré son jeune âge, le personnage de David Lightman dans Wargames est tellement doué qu’il est capable d’infiltrer le système informatique de l’armée américaine et de déclencher une guerre nucléaire. Rien que ça. Au cinéma, le jeune prodige d’informatique est un personnage récurent, particulièrement dans les années 80 avec Starfighter, ou en 1995 avec Hackers de Iaine Softley. Wargames est également l’une des premières représentations des hackers au cinéma, même si David Lightman est un hacker qui s’ignore.

Image 7 : Geeks au cinéma : la foire aux clichés ?

Le geek a la tête dans les nuages

  • Film : Chéri j’ai Rétréci les Gosses (1989)
  • Personnage : Wayne Szalinski (Rick Moranis)

Bien évidemment, lorsqu’on pense aux geeks, l’un des principaux accessoires qui viennent à l’esprit reste les lunettes. Pour Wayne Szalinski, le papa inventeur de Chéri j’ai rétréci les Gosses, les lunettes rouges à la Mac Lesggy sont un véritable élément différenciant. Un peu foufou et maladroit, le père a la fâcheuse tendance à laisser ses inventions sans surveillance, tout comme ses enfants, et de provoquer des accidents pour toute sa progéniture.

Image 8 : Geeks au cinéma : la foire aux clichés ?

Le geek s’habille mal

  • Film :The Social Network (2010)
  • Personnage : Mark Zuckerberg (Jesse Eisenberg)

Dans le film de David Fincher, le personnage de Mark Zuckerberg aurait pu être la représentation du geek asocial. C’était sans compter sur le magazine GQ qui a remis au fondateur de Facebook, le vrai, la distinction de l’homme le plus mal habillé de la Silicon Valley en 2011. Dans le film, Mark Zuckerberg est en effet souvent représenté en jean et pull à capuche, mais aussi avec des tongs portées par-dessus des chaussettes, et même en pyjama lors d’un rendez-vous professionnel.

Image 9 : Geeks au cinéma : la foire aux clichés ?

La geek vit en dehors de la société

  • Film : Millenium (2009)
  • Personnage : Lisbeth Salander (Noomi Rapace)

Plus que des geeks classiques, le cinéma, américain ou non, représente aussi des hackers. Si certains se battent pour une cause particulière, d’autres sont en roue libre, n’obéissant qu’à leur propre intérêt, qu’il soit financier ou non. C’est notamment le cas de Lisbeth Salander, l’un des personnages principaux de la saga Millenium. Après une enfance traumatisante, elle se découvre une passion pour l’informatique et les mathématiques. Elle met ses compétences au profit d’une entreprise qui cherche à obtenir des informations sur certaines personnalités, mais également à des fins personnelles. À noter que le personnage a également été interprété par l’actrice Rooney Mara dans le remake américain réalisé par David Fincher.

Image 10 : Geeks au cinéma : la foire aux clichés ?

Le geek a le melon

  • Film : Iron Man (2008)
  • Personnage : Tony Stark (Robert Downey Jr)

Tony Stark est certes un super-héros, lorsqu’il enfile son armure d’Iron Man, mais c’est avant tout un chercheur, un inventeur et un geek. C’est grâce à ses connaissances techniques et scientifiques qu’il est capable de créer son électro-aimant. Grâce à sa technique également qu’il arrive à construire ses différentes armures, toujours avec style. Tony Stark est également plein aux as, se croit le roi du monde avec sa tour en plein cœur de Manhattan. C’est peu dire qu’il symbolise bien le geek mégalo au cinéma.

Image 11 : Geeks au cinéma : la foire aux clichés ?

Le geek est parano

  • Film : Ennemi d’État (1998)
  • Personnage : Edward ‘Brill’ Lyle (Gene Hackman)

Il y a les geeks, et les geeks travaillant avec l’armée ou les agences de renseignement gouvernementales. Conscients de ce dont sont capables les services de renseignement, les derniers virent rapidement à la paranoïa, à l’image d’Edward Lyle dans Ennemi d’État. Incarné par Gene Hackman, le personnage est un ancien agent de la NSA vivant dans la peur du gouvernement et la prudence à chaque instant. Il est également passionné d’informatique, notamment pour connaitre tous les trucs et astuces de la NSA afin d’accéder à vos communications.

Image 12 : Geeks au cinéma : la foire aux clichés ?

Le geek est sexy

  • Film : Hacker (2015)
  • Personnage : Nicholas Hathaway (Chris Hemsworth)

Rarement, le geek peut être présenté de manière sexy au cinéma. Ce n’est pas encore la majorité, mais c’est une véritable tendance depuis quelques années. Une tendance qui devrait être à son comble avec le film Hackerde Michael Mann, prévu pour mars prochain. Le personnage principal, un pirate informatique libéré de prison afin d’aider le gouvernement américain, sera incarné par Chris Hemsworth (Thor), élu homme le plus sexy du monde par le magazine People l’an dernier. Une tendance qui, espérons-le, devrait se prolonger à l’avenir.