Accueil » Actualité » Le projet de l’Université d’Harvard pour refroidir l’atmosphère est mis en pause

Le projet de l’Université d’Harvard pour refroidir l’atmosphère est mis en pause

Des scientifiques d’Harvard veulent répandre des aérosols dans la stratosphère pour refroidir l’atmosphère et ralentir le réchauffement climatique. Ce projet ambitieux de géo-ingénierie a été suspendu face à différentes controverses.

L’activité humaine modifie le climat. Une partie de l’énergie solaire qui devrait être renvoyée dans l’espace grâce à la couche d’ozone est absorbée par l’atmosphère. Cela entraine une hausse des températures sur la planète. La géo-ingénierie cherche à manipuler le climat pour contrer ce phénomène. Le projet SCoPEx (Stratospheric Controlled Perturbation Experiment) de l’Université d’Harvard prévoit de répandre des aérosols de carbonate de calcium dans la stratosphère. Le but étant de refroidir l’atmosphère. Ces études sont basées sur les baisses de températures transitoires observées suite aux éruptions volcaniques.  Un ballon d’hélium piloté depuis le sol transporterait les aérosols jusque dans la stratosphère. Un premier vol testerait uniquement la maniabilité du ballon en conditions réelles. Un second vol évaluera la dispersion des aérosols. Le premier vol aurait pu avoir lieu l’année prochaine. Ce lancement a été annulé face aux nombreuses critiques.

Va-t-on pouvoir ralentir le réchauffement climatique? Crédit : NASA
Va-t-on pouvoir ralentir le réchauffement climatique? Crédit : NASA

Un projet controversé

Une des principales craintes face à ce projet est que les aérosols n’endommagent encore plus la couche d’ozone. Alors que la Terre évacue déjà deux fois moins de chaleur qu’il y a 15 ans. Cela pourrait entrainer des effets imprévisibles, comme de nouveaux changements climatiques. Ou encore un impact négatif sur les cultures qui pourraient recevoir moins de lumière.

Enfin, c’est l’activité humaine qui entraine le réchauffement climatique. Lizzie Burns, directrice générale du programme de recherche en géo-ingénierie solaire d’Harvard, le refroidissement artificiel de l’atmosphère est « comme un analgésique qui permet uniquement de retarder l’intervention chirurgicale inévitable ».

En d’autres termes, la seule solution durable contre le réchauffement climatique est de modifier les activités humaines.

Source: Space.com