Accueil » Actualité » Le SETI va utiliser 28 radiotélescopes pour chercher de la vie extraterrestre

Le SETI va utiliser 28 radiotélescopes pour chercher de la vie extraterrestre

Le SETI lance un nouveau projet en collaboration avec l’observatoire Very Large Array. L’institut va ainsi pouvoir disposer de toutes les données d’observation des 28 radiotélescopes du site, sans pour autant interférer avec les missions de l’observatoire.

Le SETI disposera bientôt de nouveaux moyens pour écouter l’univers à la recherche d’un signe de vie extraterrestre. L’institut vient en effet de lancer un nouveau projet en collaboration avec l’observatoire Very Large Array du Nouveau-Mexique. Les chercheurs du SETI vont pouvoir disposer de toutes les données recueillies par les 28 radiotélescopes du site en temps réel, sans pour autant compromettre les missions d’observation du VLA. Une aubaine pour le SETI, qui dispose ainsi d’un volume considérable de données pour mener ses recherches d’une vie extraterrestre intelligente.

Image 1 : Le SETI va utiliser 28 radiotélescopes pour chercher de la vie extraterrestre
L’observatoire Very Large Array – CGP Grey / CC BY

Le SETI est un organisme privé à but non lucratif qui dispose d’un budget limité. Les premiers travaux d’infrastructure pour se raccorder à l’observatoire ont été financés par John Giannandrea, cadre supérieur d’Apple et administrateur de l’Institut SETI, et Carol Giannandrea. Cependant, l’institution ne manque pas d’ambition, et compte désormais disposer de son propre radiotélescope.

Une molécule toxique pour détecter la vie extraterrestre

Le SETI souhaite lancer un télescope dédié à la détection de la vie extraterrestre

Depuis les années 2000, le SETI n’a pu observer qu’environ 10 000 étoiles et enregistrer leurs émissions radio seulement pendant 5 à 10 minutes chacune. Pour gagner en efficacité, l’institut a lancé le projet PANOSETI (Panoramic Optical SETI). Il s’agit d’un radiotélescope d’observation conçu en collaboration avec les universités de Californie, de San Diego, de Berkeley et d’Harvard. Son prototype est en cours de réalisation, et s’il est entièrement financé, il comprendra deux dômes géodésiques recouverts de lentilles de 50 cm de diamètre. Il aura ainsi la capacité d’observer simultanément une vaste étendue du ciel, et de détecter des ondes de très courte durée.

Espace : le mystérieux signal radio répétitif pourrait être d’origine artificielle

Source : The Guardian