Accueil » Actualité » Pompéi : des restes de nourriture découverts dans un fast-food antique vieux de 2 000 ans

Pompéi : des restes de nourriture découverts dans un fast-food antique vieux de 2 000 ans

À Pompéi, la célèbre ville antique romaine ensevelie sous les cendres, les archéologues ont découvert des restes de nourriture d’un fast-food vieux de 2 000 ans. Cette découverte exceptionnelle témoigne d’une cité riche et vibrante d’activités.

La cité antique de Pompéi continue à nous révéler ses secrets après avoir été ensevelie sous les cendres de l’éruption du Vésuve il y a près de 2 000 ans. Les archéologues découvrent progressivement des restes de la ville où la vie s’est malheureusement soudainement arrêtée. Avant le désastre, Pompéi était une cité très active avec une forte économie agricole qui regorgeait de vie. En effet, les archéologues ont découvert un thermopolium en excellent état, témoin du bon appétit des habitants de Pompéi. Un thermopolium désigne un établissement de restauration rapide, ce qui correspond à nos fast-foods modernes.

Le thermopolium vieux de 2 000 ans découvert à Pompéi
Le thermopolium vieux de 2 000 ans découvert à Pompéi – Crédit : Parco Archeologico di Pompei (AP)

Les archéologues ont découvert ce thermopolium situé au croisement des rues Vicolo delle Nozze d’Argento et Vicolo dei Balconi pour la première fois en 2019. Néanmoins, ils viennent tout juste de finir d’exhumer la structure dans son intégralité. Cette découverte est exceptionnelle puisque le fast-food est en excellent état. Les fresques qui décorent le mur de son comptoir sont parfaitement conservées. Nous connaissons même la nourriture servie aux clients affamés du thermopolium. D’ailleurs, la ville de Pompéi a été reconstituée en 3D il y a quelques années. Avant cela, un professionnel certifié de LEGO a réussi le défi de reconstruire la ville en petites briques colorées.

Ce fast-food offrait un menu varié à base de canard, de porc, de chèvre et de poisson

Outre les nombreuses amphores et les pots qui servaient à stocker les boissons et la nourriture, des restes de canard, de porc, de chèvre, de poisson et d’escargot terrestre ont été découverts. Des résidus de haricots ont également été conservés pendant 2 000 ans au fond d’un dolium. C’est un gigantesque vase pouvant contenir 1 200 litres.

Le fast-food de Pompéi servait donc un menu très varié, principalement composé d’ingrédients d’origine animale. De plus, l’historienne et archéologue Virginia Campbell de l’Open Université en Angleterre a expliqué que : « les restes de denrées alimentaires, y compris les os d’animaux, correspondent à certaines des peintures sur le comptoir ». En effet, les fresques du poulet et des deux canards à l’envers représentaient sûrement le menu du thermopolium.

Le thermopolium était bien gardé

Ensuite, la fresque du chien noir attaché avec une laisse servait certainement à prévenir les voleurs que le lieu était bien gardé. D’ailleurs, les os d’un chien ont été exhumés à proximité. Selon le parc archéologique de Pompéi, il s’agissait d’un chien adulte de petite taille (25,4 centimètres à l’épaule). Cela laisse donc suggérer que les habitants de Pompéi sélectionnaient déjà des petites races pour en faire des animaux de compagnie. Ce chien n’était sûrement pas le molosse représenté par la fresque censé faire peur aux voleurs. La fresque du chien comporte également un graffiti gravé par quelqu’un qui en avait après le restaurateur. L’insulte en question est « nicia cinaede cacator » et elle s’adresse à un certain Nicias qui était peut-être un affranchi grec.

Enfin, des os humains ont aussi été exhumés sur le site du thermopolium. Un homme d’une cinquantaine d’années était allongé sur un lit à l’intérieur du fast-food au moment de l’éruption en l’an 79 après J.-C. D’autres os humains ont été découverts à l’intérieur d’un dolium. Les experts pensent qu’il s’agit de l’œuvre des pilleurs au 17e siècle. Sur le thème de l’archéologie, un artéfact de l’Égypte ancienne vient d’être retrouvé par hasard dans une boite de cigares d’un musée.

Source : Gizmodo