Accueil » Actualité » Tesla : un énorme accident à 220 km/h filmé par une Teslacam

Tesla : un énorme accident à 220 km/h filmé par une Teslacam

Une Teslacam a filmé un crash impressionnant, qui relance les questions sur la fiabilité de l’autopilot et de son utilisation par le grand public.

La Teslacam permet d’avoir des retours directs sur ce que vivent les utilisateurs de Tesla sur la route. De nombreuses séquences capturées par les caméras des Tesla sont aujourd’hui accessibles sur le net. La Teslacam permet d’avoir des retours directs sur ce que vivent les utilisateurs de Tesla sur la route.

La Honda a été retrouvée après l'accident. Crédits : Twitter/@greentheonly
La Honda a été retrouvée après l’accident. Crédits : Twitter/@greentheonly

De nombreuses séquences capturées par les caméras des Tesla sont aujourd’hui accessibles sur le net. Elles donnent parfois de précieuses informations sur l’usage des véhicules de la firme d’Elon Musk, mais témoignent aussi parfois de faits dramatiques. C’est ce qui est malheureusement arrivé dans cet accident qui a été relayé sur Twitter par le compte @greentheonly. Comme il le rapporte dans un tweet, ce dernier a récupéré les données grâce à une unité HW 2.5 que lui a envoyé une fourrière.

Dans la vidéo qu’il en a tiré, filmée par la caméra frontale d’une Tesla, on voit la voiture en mode autopilot rouler sur la California State Route 24, à hauteur de Lafayette. On compte environ cinq voies, et peu de traffic. Une situation où il est plutôt facile de détecter les objets aux alentours. Les voies sont dégagées, bordées de larges lignes blanches facilement identitfiables.

Pourtant, la vidéo montre la voiture accélérant progressivement, jusqu’à atteindre la vitesse d’environ 220 km/h. C’est à cette vitesse que la Tesla a percuté une Honda qui roulait devant elle. Le choc, bien visible dans la vidéo, est d’une violence extrême.

L’Autopilot de Tesla hors d’état de cause, le conducteur en faute, mais des optimisations possibles

La responsabilité de cet accident incombe quoi qu’il arrive au conducteur, comme il se doit. Il semble légitime, en revanche, de s’interroger sur le rôle joué par l’Autopilot dans ce genre de cas. D’après la vidéo, et comme précisé par @thegreenonly, l’Autopilot s’est automatiquement désactivé environ 40 secondes avant l’impact. Le manuel de Tesla est clair, « La vitesse de croisière maximale est de 150 km/h. Le conducteur doit toujours rouler à une vitesse raisonnable en fonction de l’état de la route et des limites de vitesse en vigueur. »

Cependant, on voit nettement sur la vidéo que le véhicule continue de prendre de la vitesse. Pourtant, l’Autopilot est désactivé et le FCW (Front Collision Warning) s’est mis en branle en affichant un avertissement sur le tableau de bord et en faisant retentir une alarme dans l’habitacle priant le conducteur de reprendre en main le volant.

C’est Insideevs, via @greentheonly qui apporte un élément de réponse en précisant que « si le volant n’est pas touché et que la pédale d’accélérateur est toujours enfoncée, le système continuera de diriger la voiture dans la même voie tout en continuant de demander au conducteur de prendre le contrôle jusqu’à ce que cela se produise, ou qu’un accident mette fin au voyage. »

Une hypothèse possible serait donc que le chauffeur se soit endormi avec l’Autopilot, en ayant le pied sur l’accélérateur. Passé la vitesse de 150 km/h, l’Autopilot se serait bien désactivé. Par contre, il aurait continué de suivre la route automatiquement par sécurité, face à l’inaction du chauffeur.

Impossible, donc, d’incriminer directement l’Autopilot de Tesla dans cet accident. Au pire peut-on relever qu’il laisse trop de latitude au conducteur. Mais on verse alors dans l’assistanat. Il est surtout important de rappeler que quoi qu’il arrive, le conducteur reste responsable à 100% de sa conduite, Autopilot ou non.

Malgré les avertissements de Tesla, de nombreux automobilistes surestiment son efficacité et se permettent de réduire leur vigilance. Un comportement aux conséquences parfois dramatiques. De nombreux accidents sont en effet indirectement liés à l’autopilot, qui malgré ses progrès reste une technologie nouvelle et imparfaite, et entraîne parfois la négligence de certains conducteurs.

Tesla rappelle que ses véhicules sont sûrs

De son côté, Tesla déclare que ses véhicules sont conçus pour être les plus sécurisés du monde. Au troisième trimestre 2020, Tesla rapporte que sur 7,39 millions de kilomètres parcourus par ses voitures, un seul accident a eu lieu avec l’Autopilot activé. Juste avec les fonctions de sécurité activées, on passe à un accident sur 3,9 millions de kilomètres. Et toutes options éteintes, on tombe à un accident sur 2,9 millions de kilomètres. Des données que Tesla met en parallèle avec celles de la sécurité routière américaine qui évoque un accident chaque 770 000 kilomètres.

La Teslacam montre l’arrière de la Honda, détruit par l’impact

D’après les analyses de @greentheonly, la Honda percutée roulait à 120 km/h au moment de l’impact. Après coup, @greentheonly a posté des photos de l’arrière de la Honda qui a été percutée par la Tesla. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’état de la voiture n’est pas beau à voir. L’arrière du véhicule est en effet complètement détruit. Un tel impact peut évidemment compromettre l’intégrité physique des passagers du véhicule.

Si l’Autopilot n’est pas directement impliqué dans cet accident, on peut se demander pourquoi le conducteur n’a pas réagi. Et pourquoi aurait-il continué à accélérer à l’approche de la Honda, pourtant bien visible malgré l’heure nocturne ? Difficile de trancher. Distraction, endormissement, rien n’explique pourtant qu’il n’ait pas vu et entendu les avertissement du Front Collision Warning.

Tesla : en Full Self Driving, une Model 3 évite un accident grâce à son conducteur

Source : Insideevs