Accueil » Test » Test : HyperX Cloud Flight S, que vaut ce casque sans fil à recharge par induction ?

Test : HyperX Cloud Flight S, que vaut ce casque sans fil à recharge par induction ?

Confinement oblige, les casques audio font partie des périphériques nécessaires et utiles en ce moment, que soit pour télétravailler ou pour streamer en ligne. C’est donc l’occasion parfaite pour tester le Cloud Flight S de HyperX, un modèle initialement prévu pour les joueurs mais qui ne rechignera pas à servir lors des conférences audio ou des visioconférences.

Le CES 2020 a été l’occasion pour HyperX de dévoiler son premier casque gaming bénéficiant d’un système de recharge sans-fil compatible Qi : le Cloud Flight S. Nous avons voulu en savoir un peu plus sur ce casque, et s’il confirme la tendance du constructeur spécialisé dans les périphériques gaming à proposer des produits innovants et de qualité.

Image 2 : Test : HyperX Cloud Flight S, que vaut ce casque sans fil à recharge par induction ?
8,5/10

Casque HyperX Cloud Flight S

169.95€ > Amazon
On aime
  • La qualité audio et le son surround
  • La recharge sans fil
  • Les modes Game et Chat
  • Les boutons personnalisables
  • La portée du sans-fil
  • L'autonomie
  • Le confort d'utilisation
On n’aime pas
  • La connectique micro-USB
  • Pas de bonnette pour le micro
Verdict :

Doté d’un design confortable, avec des écouteurs de 50 mm équipés d’une mousse épaisse, le Cloud Flight S de HyperX corrige les principaux défauts que l’on pouvait reprocher au Cloud Flight. Il apporte également la charge sans-fil compatible Qi, et quelques améliorations intéressantes. La qualité sonore est à la hauteur de la réputation du constructeur, et les quelques petits défauts encore présents sont largement contrebalancés par un tarif très acceptable.

plus

Télétravail : logiciels, connexion Internet, matériel, comment s’organiser avec les moyens du bord ?

Oui pour le design confortable

Le design du Cloud Flight S reprend globalement celui d’autres modèles du constructeur, tel que le Cloud Flight de 2018, avec un certain nombre d’améliorations et de retouches tout de même. L’arceau du casque reste bien entendu en plastique, mais l’ensemble respire la qualité de conception et de fabrication. Le rembourrage en mousse est plutôt souple, même si certains trouveront peut-être celle-ci pas suffisamment épaisse, mais elle se montre suffisante pour une utilisation plusieurs heures durant sans inconfort.

Image 3 : Test : HyperX Cloud Flight S, que vaut ce casque sans fil à recharge par induction ?
Crédit : Galaxie Media / Yannick Guerrini

La partie interne de l’arceau métallique offre un réglage avec des crans plutôt rigides, permettant de l’adapter à toutes les têtes. Le système de pivot des oreillettes a été revu, avec la présence de deux petites billes métalliques les verrouillant fermement dans leur position normale d’utilisation. La mousse des oreillettes est d’ailleurs plus épaisse que celle du Cloud Flight, et même que celle du Cloud Orbit S, ce qui ne l’empêche pas de couvrir parfaitement les oreilles. Sur la balance, le Cloud Flight S pèse 310 grammes, 10 grammes de plus pour le micro.

Test HyperX Cloud Orbit S : un casque audio 7.1 qui suit les mouvements de votre tête

Le micro justement, similaire à celui du Cloud Flight, se présente sous la forme d’une perche souple et est bien entendu détachable. HyperX n’a pas jugé nécessaire d’y adjoindre une bonnette, mais a en revanche eu la bonne idée d’intégrer un éclairage rouge lorsque ce dernier est coupé.

Oui pour la qualité audio

Équipé d’écouteurs de 50 mm avec des aimants en néodyme, le Cloud Flight S affiche des caractéristiques classiques pour ce type de casque circum-aural, en particulier une réponse en fréquence de 10 Hz à 22 kHz et impédance de 32 ohms. Le micro affiche de son côté une sensibilité de -40,5 dBV avec des fréquences allant de 50 Hz à 18 kHz.

Image 4 : Test : HyperX Cloud Flight S, que vaut ce casque sans fil à recharge par induction ?
Crédit : Galaxie Media / Yannick Guerrini

En pratique, la qualité audio est satisfaisante, avec des basses légèrement boostées jusqu’à 200 Hz environ et une restitution fidèle au delà. Le casque propose également un son surround 7.1 virtuel, une fonctionnalité appréciable même si pas forcément utile. Ce sera donc selon les goûts de chacun. L’isolation des écouteurs est enfin particulièrement bonne, mais le contraire aurait été surprenant étant donné l’épaisseur des mousses.

Oui pour le sans-fil

Le Cloud Flight S a été conçu pour une utilisation sans-fil, il est donc livré avec un dongle USB afin de le brancher à n’importe quel ordinateur. Notons qu’il est également possible de l’utiliser sur PS4, mais pas sur Xbox. Dépourvu de connecteur jack, il ne sera pas possible de l’utiliser autrement qu’en sans-fil.

Image 5 : Test : HyperX Cloud Flight S, que vaut ce casque sans fil à recharge par induction ?
Crédit : Galaxie Media / Yannick Guerrini

HyperX annonce une portée de 20 mètres grâce à la liaison RF à 2,4 GHz. En pratique, la portée est effectivement très bonne : il nous a été possible de nous balader dans toute la maison, et même en extérieur, sans perdre de connexion ni baisse de la qualité audio.

Oui pour la recharge par induction et l’autonomie

Le principal argument commercial de ce Cloud Flight S réside dans sa recharge sans-fil compatible Qi. S’il est livré sans système de recharge compatible, n’importe quelle base de recharge Qi fera donc l’affaire. Nous avons ainsi pu le tester avec succès sur le module de recharge intégré à un (excellent) boîtier BeQuiet! Dark Base Pro 900. Il est bien entendu également possible de recharger le Cloud Flight S de manière traditionnelle via un câble USB (fourni).

Image 6 : Test : HyperX Cloud Flight S, que vaut ce casque sans fil à recharge par induction ?
Crédit : Galaxie Media / Yannick Guerrini

Nous avons également pu tester la base de recharge dédiée, baptisée ChargePlay Base. Efficace, elle permet de recharger par induction deux périphériques simultanément. On pourra regretter que HyperX ne fournisse pas cette base de recharge avec le casque, celle-ci étant commercialisée à part. La ChargePlay Base aurait en revanche fait sensiblement grimper le prix de l’ensemble…

Image 2 : Test : HyperX Cloud Flight S, que vaut ce casque sans fil à recharge par induction ?

HyperX Chargeplay Base

67.45€ > Amazon

HypeX annonce en outre une autonomie de 30 heures, une valeur réaliste selon nos tests. L’absence de tout éclairage RGB (les seules diodes présentes sont l’indicateur de charge, et l’indicateur de micro coupé) est en grande partie responsable de cette bonne autonomie.

Oui, mais pour les réglages et la connectique

Le Cloud Flight S possède les classiques boutons Power d’un côté et volume de l’autre. Un bouton supplémentaire permet d’activer le mode Surround 7.1. On trouve également quatre boutons programmables sur l’oreillette gauche, la même qui sert à la charge sans fil. Par défaut, ces boutons permettent de désactiver le micro, d’activer le retour du micro dans le casque ou encore de rapidement définir les balances des modes Game et Chat. Un connecteur micro-USB permet de brancher un câble pour charger le casque de manière classique. On aurait peut-être préféré un connecteur Type-C, plus solide.

Image 9 : Test : HyperX Cloud Flight S, que vaut ce casque sans fil à recharge par induction ?
Crédit : Galaxie Media / Yannick Guerrini

Le logiciel NGenuity, encore en version bêta et uniquement disponible sur le Microsoft Store, permet de paramétrer les quatre boutons programmables, d’activer le mode surround, de régler les volumes du casque et du micro ou encore d’optimiser de manière automatique le rendu sonore en fonction du jeu (des pré-réglages peuvent d’ailleurs être télécharger sur le site d’HyperX). Enfin, ce même logiciel permet de mettre à jour le firmware du casque.

Image 10 : Test : HyperX Cloud Flight S, que vaut ce casque sans fil à recharge par induction ?
Crédit : HyperX / Galaxie Media
Image 11 : Test : HyperX Cloud Flight S, que vaut ce casque sans fil à recharge par induction ?
Crédit : HyperX / Galaxie Media