Test Motorola Edge 50 Ultra : le smartphone en bois qui ne se contente pas d’être beau et original

Comme les autres Edge 50 de la famille, le Motorola Edge 50 Ultra propose un équipement hors du commun et un design très soigné, pour un tarif très raisonnable. Quelles que soient les attentes de l’utilisateur, faut-il pour lui aller chercher plus loin ?

Sommaire
Image 1 : Test Motorola Edge 50 Ultra : le smartphone en bois qui ne se contente pas d'être beau et original
8,5/10
Motorola Edge 50 Ultra
  • Un écran incurvé lumineux, très réussi
  • Un superbe design (surtout celui en bois)
  • Une très bonne polyvalence photo
  • Un zoom numérique x6 satisfaisant
  • Une bonne puissance de tir
  • Une mémoire très confortable
  • La charge parmi les plus rapides
  • La connectivité (Wi-Fi 7, 5G, etc.)
  • La certification IP68
  • Les accessoires inclus
  • Des limites en photo de nuit
  • Intelligent, mais pas autant qu’un Pixel
  • Une autonomie perfectible en streaming vidéo

Le Motorola Edge 50 Ultra qui vient clore la série Edge 2024 fait ses premiers pas en France. Après l’Edge 50 Fusion et l’Edge 50 Pro, récemment testé et très bien noté par la rédaction, l’Ultra est le modèle le plus haut de gamme de cette série. Ce smartphone mise sur un design particulièrement séduisant ainsi que sur un appareil photo polyvalent et boosté à l’intelligence artificielle pour convaincre.

Nous avons testé quelques jours le Motorola Edge 50 Ultra pour évaluer la qualité de son affichage, ses performances, son autonomie et, bien entendu, le rendu des photos prises avec ses différents objectifs. Ce mobile dispose-t-il des atouts suffisants pour rivaliser avec le gratin de la mobilité et surtout avec les rois de photo, comme les Galaxy S24, par exemple ? Voici notre verdict

Quels sont la disponibilité et le prix du Motorola Edge 50 Pro ?

Avec le Motorola Edge 50 Ultra, Motorola met la barre un peu plus haut au niveau du tarif que sur les précédents modèles Fusion et Pro, respectivement inférieurs à 400 et 700 euros. Le prix de l’Ultra reste toutefois raisonnable et ce, d’autant plus qu’il est livré avec une coque de protection, un câble USB-C et un chargeur 125 W. Un luxe auquel beaucoup de concurrents ont renoncé !

Voici le prix de cet appareil et celui des autres membres de la fratrie :  

  • Motorola Edge 50 Ultra 16 Go / 1 To : 999 euros
  • Motorola Edge 50 Pro 12 Go / 512 Go : 649 euros au lieu de 699 euros
  • Motorola Edge 50 Fusion 12 Go / 256 Go : 399 euros  

Le smartphone est décliné en 3 coloris, répartis en deux textures. Deux versions présentent un dos en cuir végan proposé en Forest Grey (un Gris Charbon) ou en Peach Fuzz, une couleur originale validée par le spécialiste Pantone.

Entendez par cuir végan un plastique de haute qualité qui offre la sensation du cuir. Plus insolite, la troisième version se pare d’un dos Nordic Wood, du bois véritable, bien sûr traité pour résister aux aléas du quotidien. C’est celle que nous avons reçue en test.

Pour tout achat de l’Edge 50 Pro sur le site de Motorola, une paire d’écouteurs sans-fil est offerte, les Moto Buds+ avec Sound by Bose, d’une valeur de 149 euros, dans la limite des stocks disponibles, on imagine. Ces écouteurs sont également une nouveauté de la marque et ont été conçus comme vous l’aurez deviné en collaboration avec Bose. Le constructeur offre également une protection contre les dommages liés à l’écran de 1 an, appelée Moto Care. Ceux qui accepteront de s’abonner à la newsletter de Motorola profiteront enfin d’une réduction de 10% sur leur achat.

Motorola Edge 50 Ultra 16 Go / 1 To
Image 6 : Test Motorola Edge 50 Ultra : le smartphone en bois qui ne se contente pas d'être beau et original
  • Motorola Edge 50 Ultra 16 Go / 1 To
    920.03€
  • Darty
    920.03€
  • Fnac
    937€
  • Amazon
    973.66€
  • Cdiscount
    999.36€

Quelles sont les caractéristiques techniques de l’Edge 50 Ultra ?

Le prix attrayant de l’Edge 50 Ultra s’explique en partie par le choix d’un processeur un peu moins puissant que l’actuelle « Star » du marché, le Snapdragon 8 Gen 3 de Qualcomm. Motorola a choisi, à la place, son petit frère le Snapdragon 8s Gen 3. À défaut d’être le plus puissant (surtout au niveau des performances graphiques), ce 8s a de hautes prétentions en intelligence artificielle.

L’occasion de booster la qualité photo, déjà bien servie par un beau quatuor d’objectifs. Voici toutes les caractéristiques du smartphone :

Fiche technique Motorola Edge 50 Ultra

  • Écran : pOLED 1,5K (2712×1220 points) de 6,7 pouces, 144 Hz, 446 ppp, HDR10+, 2500 nits (2800)
  • Grand-angle : f/1.6, capteur 1/1.3 pouce de 50 Mpx, OIS, PDAF, 4K
  • Ultra grand-angle : f/2.0, macro, capteur de 50 Mpx, 122° FOV, AF, 4K
  • Téléobjectif : f/2.4, capteur 64 Mpx, zoom optique x3, SuperZoom x100, OIS, AF
  • Caméra frontale : f/1.9, capteur de 50 Mpx, AF
  • Processeur : Snapdragon 8s Gen 3
  • Mémoire : 16 Go / 1 To
  • Batterie :  4500 mAh, charge TurboPower 125W, charge sans-fil 50W, charge partagée 10W
  • Connectivité : Wi-Fi 7, Bluetooth 5.4, 5G, NFC
  • Dimensions : 161.09 x 72.38 x 8.59 mm
  • Poids : 197 g.
  • Sécurité : lecteur d’empreintes digitales sous l’écran, reconnaissance faciale
  • Résistance : Corning Gorilla Glass Victus 3D revêtrement anti-traces, IP68
  • Audio : 2 haut-parleurs, 3 microphones, Dolby Atmos
  • OS : Android 14

Au-delà de la photo, l’Ultra se distingue par quelques caractéristiques très haut de gamme, comme la connectivité Wi-Fi 7, la charge rapide 125 W ou encore la mémoire généreuse avec 16 Go de RAM (de dernière génération !) et 1 To de stockage. C’est une première à ce niveau de prix.

Design : de l’originalité et du style

Bien qu’un peu plus épais que le reste de da famille, l’Edge 50 Ultra reste d’une compacité raisonnable au regard de la taille de son grand écran et de l’équipement qu’il embarque. Il ne mesure en effet que 8,6 cm d’épaisseur pour un poids inférieur à 200 grammes. Il ne parvient certes pas à égaler le Galaxy S24+ de Samsung, mais avec son écran à peine moins grand que celui du Galaxy S24 Ultra, il pèse bien moins lourd (35 grammes de moins tout de même). Plus élancé grâce à son boîtier sensiblement moins large que ceux des concurrents (à l’exception de Sony), il s’avère plus confortable en main que la moyenne.

Le grand écran pOled assure le spectacle, notamment grâce à un excellent ratio surface d’affichage/façade de 93,8 %. Les bords incurvés renforcent l’impression d’un écran sans bords (au moins sur les côtés), faisant la part belle à l’image. Plus original encore, le dos en bois offre une texture douce et naturelle au toucher et les traces de doigts restent parfaitement invisibles sur ce dos mat. Difficile toutefois de dire comment ce dos, assez clair, vieillira au fil du temps.

Motorola se veut rassurant : il a bénéficié des traitements nécessaires pour résister aux aléas du quotidien, en l’occurrence des couches de résine qui ne gâchent pas la sensation au toucher. L’appareil est d’ailleurs certifié IP 68, la plus haute résistance à l’eau et à la poussière. L’avantage, avec Motorola, est qu’il est possible de protéger ce dos grâce à la coque translucide fournie. Enfin, la couche de verre en façade est du Gorilla Glass Victus 3D, pour une résistance aux chocs et autres rayures, avec un traitement contre les traces de doigts.

En plus du cadre en aluminium sablé sophistiqué, Motorola a soigné l’intégration du bloc photo comme sur les autres Edge de la famille d’ailleurs. Ce bloc crée une légère protubérance, peu visible puisqu’il n’y a pas de franche séparation avec le dos, seulement une légère courbure. Un procédé lancé par Oppo sur son Find X5 Pro puis reprise et peaufinée par Samsung sur ses Galaxy A53 notamment. C’est visuellement très réussi sur cet Edge 50 ultra et son dos en bois.

Le reste est assez classique, avec deux boutons pour le volume sur le côté droit et juste en dessous celui dédié au verrouillage. Au bas du smartphone, on trouve le port USB-C et l’emplacement nano SIM (qui peut être complété d’une eSIM). Les haut-parleurs sont, quant à eux, intégrés aux parties supérieure et inférieure du boîtier, pour un son stéréo et Dolby Atmos assez puissant et clair (à défaut d’être hyper riche en basses comme sur la plupart des smartphones).

En termes de sécurité, le lecteur d’empreintes digitales est placé sous l’écran et la reconnaissance faciale est assurée par la caméra frontale logée dans un poinçon centré.

Un écran fluide et très lumineux

L’écran incurvé de 6,7 pouces profite des couleurs vives et des noirs profonds autorisés par la technologie pOled, le tout avec une haute définition de 1,5 K comme sur l’Edge 50 Pro. La colorimétrie par défaut est loin d’être impeccable (mode couleurs éclatantes) avec un Delta E mesuré de 5.07 et une température des couleurs un peu froide (6750 K) qui tire sur le bleu.

Sur les deux autres modes disponibles, celui appelé Couleurs naturelles offre une bien meilleure fidélité des couleurs. Le Delta E tombe à 2.28 avec une température des couleurs beaucoup plus chaude (un peu trop même) autour de 6200 K. Motorola offre cependant la possibilité de régler manuellement cette température. En optant pour « froide » au lieu de « par défaut », notre sonde Calibrite Colorchecker Display Plus mesure alors un Delta E de 2,3 et une température quasi parfaite d’un peu plus de 6500 K. Ce petit paramétrage qui prend tout au plus une dizaine de secondes permettra de répondre aux attentes des plus exigeants en termes d’affichage.

Ce n’est pas le seul attrait de cette large dalle puisqu’elle peut être rafraîchie jusqu’à 144 Hz pour livrer une fluidité d’image optimale, dans des usages comme le jeu.  Seul bémol, l’écran de L’Edge 50 Ultra ne bénéficie pas de la technologie LTPO qui permet d’abaisser la fréquence à 1 Hz sur des images statiques afin de préserver l’autonomie de la batterie. Il faudra se contenter sur le taux de rafraîchissement automatique (activé par défaut) d’une optimisation intelligente de 60 à 120 Hz.

L’ultime atout de cet écran, c’est sa haute luminosité. En désactivant la luminosité adaptative et en poussant le curseur à fond, elle se limite à environ 500 cd/m².  En revanche, en réactivant ce mode par défaut et en plaçant ce smartphone sous une source d’éclairage, elle a dépassé les 1500 cd/m². Sur des fichiers HDR, notre sonde a même relevé des mesures au-delà de 2000 cd/m². Les promesses de Motorola sont, semble-t-il, tenues et il sera possible d’utiliser confortablement le smartphone en extérieur par temps ensoleillé.

Motorola met à disposition des utilisateurs des réglages pour limiter la fatigue oculaire : un mode Éclairage nocturne qui limite la lumière bleue et un mode prévention des scintillements. Enfin, la personnalisation est à l’honneur avec la possibilité d’illuminer les bords de l’écran lors de la réception de notifications, par exemple, ou de demander à l’IA (via l’appli Moto) de créer des fonds d’écran.

Un nouveau processeur tourné vers l’IA

Du point de vue du processeur, l’Edge 50 Ultra n’est pas aussi bien servi que les modèles les plus haut de gamme du marché, propulsés par le puissant Snapdragon 8 Gen 3. Les gamers invétérés passeront sans doute leur chemin (à tort). Le choix fait par Motorola d’équiper son dernier-né du 8s Gen 3, n’est pourtant pas rédhibitoire. Le 8s Gen 3 n’est certes pas aussi puissant que son aîné, mais il reste un SoC haut de gamme qui assure des performances suffisantes dans tous les domaines. La fluidité est de mise avec l’Edge 50 Ultra et il est tout à fait possible de jouer aux titres 3D en vogue.

Ses particularités ? Le Snapdragon 8s Gen 3 est tourné vers l’IA – il embarque pour cela le même processeur neuronal que son aîné, le NPU Hexagon, même si les deux SoC ne jouent pas tout à fait dans la même catégorie, on le répète. La puissance de calcul sera forcément inférieure sur le 8s. Le second point important et pas des moindres, le 8s est moins coûteux. C’est d’ailleurs lui que le constructeur Honor a choisi pour son nouveau Honor 200 Pro vendu comme l’Edge 50 Ultra sous la barre des 1000 euros. L’Edge coûte toutefois 200 euros de plus, mais profite de caractéristiques plus haut de gamme sur certains points : 16 Go de RAM (+ 16 Go de RAM virtuelle), 1 To de stockage, la compatibilité Wi-Fi 7, l’étanchéité IP68…

Soumis aux benchmarks habituels, l’Edge 50 Ultra obtient des scores un chouïa supérieurs et semble donc un peu moins bridé que son concurrent chez Honor… au prix d’une chauffe bien perceptible en jeu sous les doigts (sauf à mettre la coque), mais supportable (45 degrés).

Les aptitudes IA du 8s Gen 3 se traduisent en pratique par des fonctions de retouche photo présentes sur l’Ultra (celles qu’on trouve en partie sur les Pixel ou dans Google Photos), mais aussi par des prises de vue améliorées ou encore par la présence du générateur IA de fonds d’écran. Ce dernier crée malheureusement des images carrées, à partir de petits scripts à rédiger pour l’instant en anglais, portugais ou espagnol. L’écran d’un smartphone n’étant pas carré, mais au format 20:9, l’élément principal est souvent tronqué. Il faut un peu tâtonner pour parvenir à créer un fond d’écran adapté au format d’écran. Un peu dommage, mais pas insurmontable.

Pour le reste, on retrouve l’interface habituelle assez épurée des Motorola en renfort d’Android 14 et les applications que la marque met à disposition des utilisateurs, comme Moto Smart Connect (partage de contenus entre plusieurs appareils). Le support est, quant à lui, limité à 3 ans en termes de mises à jour de l’OS, 4 ans pour les mises à jour de sécurité.

Motorola Edge 50 Ultra 16 Go / 1 To
Image 6 : Test Motorola Edge 50 Ultra : le smartphone en bois qui ne se contente pas d'être beau et original
  • Motorola Edge 50 Ultra 16 Go / 1 To
    920.03€
  • Darty
    920.03€
  • Fnac
    937€
  • Amazon
    973.66€
  • Cdiscount
    999.36€

Une bonne qualité photo, perfectible en basses lumières

Si l’Edge 50 Ultra reprend le triple module photo polyvalent de son petit frère le Pro, il l’améliore significativement. Le grand-angle, l’ultra grand-angle et le téléobjectif sont respectivement associés à des capteurs riches en pixels, deux de 50 mégapixels et un de 64 mégapixels. Le téléobjectif autorise un zoom optique de x3 et l’appli caméra donne aussi directement accès à un zoom (numérique x6) pour faciliter la tâche de l’utilisateur avec une perte de qualité minimale. L’ultra grand-angle est associé à un mode macro accessible directement depuis l’interface principale. En façade, on retrouve le même capteur de 50 mégapixels que celui présent sur le Pro.

Dans la classique photo de jour avec un éclairage optimal, les 3 objectifs donnent satisfaction avec des photos nettes et riches de détails et des couleurs assez naturelles, même si avec certains éclairages, on n’est pas toujours à l’abri d’un problème de flare ou même d’un effet de voile. Ce n’est heureusement qu’occasionnel.

Le zoom optique optique x3 est appréciable et même la variante numérique x6 pour laquelle la perte de qualité est minime, à condition de bénéficier d’un excellent éclairage.

Si le zoom numérique peut-être poussé jusqu’à x100, la pixellisation est visible dès x10 voire x20. Les clichés restent toutefois très acceptables sur l’écran d’un smartphone. C’est un peu moins vrai à la tombée du jour. D’une manière générale, avec ou sans zoom, la photo de nuit n’est pas totalement exclue avec l’Edge 50 Ultra… sous certaines conditions.

Sur des scènes statiques, il est tout à fait possible de s’essayer aux clichés nocturnes. Les images sont certes un peu pixellisées, mais conservent une certaine netteté. En revanche, quel que soit l’objectif, y compris le grand-angle, toutes les tentatives sur un sujet vivant s’avèrent assez inutiles. La seule photo exploitable du chat en balade nocturne est celle sur laquelle il s’était figé.

Dès lors que l’éclairage est suffisant (artificiel ou naturel), les photos prises au grand-angle sont assez réussies, avec des sujets qui restent nets, comme avec l’orchestre ou la terrasse ci-dessous. C’est un peu moins le cas avec l’ultra grand-angle, avec une pixellisation bien plus présente, notamment sur le pourtour de l’image.

Le mode macro de l’ultra grand-angle sera vraiment apprécié des amateurs de petits détails, même lorsqu’un insecte mobile s’invite dans l’image.

Enfin, le mode portrait avec un Bokeh réglable avant et après prise de vue remplit assez bien sa mission en termes de détourage et de flou d’arrière plan (qu’on a un peu poussé ci-dessous volontairement). Il n’aime, en revanche pas trop les contre-jours trop forts, même si la frimousse du chat reste visible. Les portraits avec la caméra frontale bénéficient d’une palette d’outils pour retoucher un visage. Il est possible bien entendu de les désactiver.

Bien que l’Edge 50 Ultra partage avec les Pixel 8 une certaine intelligence artificielle et quelques outils de retouche, la qualité d’image n’est pas aussi percutante sur le smartphone de Motorola, notamment dans les scénarios un peu compliqués de contre-jour et de basses lumières. Elle reste cependant très satisfaisante dans bon nombre de cas, surtout si on la rapporte au prix du mobile.

Autonomie correcte, vitesse de charge excellente

Le Motorola Edge 50 Ultra doit composer avec une batterie de seulement 4500 mAh, alors que son concurrent direct le Honor 200 Pro qui profite du même processeur (censé être peu énergivore) dispose de 5200 mAh. Dans le mode par défaut, le smartphone affiche un temps de 12h18 et en forçant le paramétrage sur 60 Hz de 15h18. C’est étonnamment mieux que le Honor. En revanche, en lecture vidéo en streaming sur Wi-Fi, l’Ultra ne tient que 11h30 contre une vingtaine d’heures pour le 200 Pro. Quoi qu’il en soit, le Motorola passera le cap de la journée en usages de la vie courante sur une seule charge complète de la batterie.

Image 54 : Test Motorola Edge 50 Ultra : le smartphone en bois qui ne se contente pas d'être beau et original
Motorola Edge 50 Ultra – Crédit Stéphanie Molinier / Tom’s Guide

Avec sa charge 125 W et à l’aide du chargeur compatible fourni, il ne faut que 32 minutes à l’Ultra pour faire le plein. Et si vous activez le boost de charge, ce temps se réduit à seulement 20 minutes. Assurément, l’un des meilleurs résultats du marché en termes de rapidité !

Notre verdict

Image 1 : Test Motorola Edge 50 Ultra : le smartphone en bois qui ne se contente pas d'être beau et original
8,5/10

Motorola Edge 50 Ultra

Beau et bien équipé pour moins de 1000 euros

  • Edge 50 ultra 1To Noir charbon
    920.03€
  • 920.03€
    Voir l’offre
  • 937€
    Voir l’offre
  • 973.66€
    Voir l’offre
  • 999.36€
    Voir l’offre
On aime
  • Un écran incurvé lumineux, très réussi
  • Un superbe design (surtout celui en bois)
  • Une très bonne polyvalence photo
  • Un zoom numérique x6 satisfaisant
  • Une bonne puissance de tir
  • Une mémoire très confortable
  • La charge parmi les plus rapides
  • La connectivité (Wi-Fi 7, 5G, etc.)
  • La certification IP68
  • Les accessoires inclus
On n’aime pas
  • Des limites en photo de nuit
  • Intelligent, mais pas autant qu’un Pixel
  • Une autonomie perfectible en streaming vidéo
Verdict :

Pour un prix inférieur à 1000 euros, l’Edge 50 Ultra offre un équipement haut de gamme logé dans un beau châssis, assez fin et léger. L’alliance des deux ne peut que séduire. Pour passer sous cette barre fatidique, Motorola a dû faire quelques concessions, finalement assez mineures comme l’écran qui n’est pas LTPO ou la batterie de “seulement” 4500 mAh. L’autonomie n’est donc pas la plus folle du marché, mais c’est largement compensé par la charge ultra rapide 125 W. la plupart des utilisateurs seront comblés par l’appareil photo qui assure une bonne polyvalence et une qualité photo très acceptable. Elle n’atteint toutefois pas les sommets offerts par un Galaxy S24 Ultra ou un Pixel 8 Pro, mais on reste face à un excellent compromis.

👉 Vous utilisez Google News ? Ajoutez Tom's Guide sur Google News et sur Whatsapp pour ne rater aucune actualité importante de notre site.

Votre Newsletter Tom's Guide

📣 Souscrivez à notre newsletter pour recevoir par email nos dernières actualités !