Accueil » Actualité » Une étoile massive disparait sans laisser de trace, les astronomes s’interrogent

Une étoile massive disparait sans laisser de trace, les astronomes s’interrogent

Observée pour la dernière fois en 2011, l’étoile hypergéante de la galaxie naine de Kinman semble avoir tout simplement disparue sans passer par le stade de supernova. Ce cas n’avait pas encore été observé par les astronomes.

Une étoile hypergeante
Crédits : ESO / Luis Calçada

La fin de vie d’une étoile est relativement bien connue des astronomes. Suivant sa taille une série d’étapes va se produire pour aboutir à la disparition de l’astre. Les étoiles massives, de plus de 6 masses solaires, vont voir la fusion de leur hydrogène accélérée par catalyse. Quand la fusion ne peut plus avoir lieu et que plus rien ne s’oppose à la force de gravitation, l’étoile s’effondre sur elle-même.

100 fois plus grosse que notre Soleil

Dans ce cas, elle se transforme en supernova puis en étoile à neutrons ou en trou noir (dont le plus proche de la Terre vient d’être découvert à seulement 1000 années-lumière). Une supernova est donc l’implosion d’une étoile en fin de vie. Elle est suivie d’une explosion gigantesque qui produit une fantastique quantité de lumière pendant une brève période, de l’ordre de quelques mois. La lumière est si forte qu’une supernova issue de notre galaxie ou d’une galaxie proche peut être observée depuis la Terre, à l’œil nu, et même parfois en plein jour.

Le cas de l’étoile hypergéante de la galaxie naine de Kinman est unique puisque les astronomes ont noté sa disparition pure et simple. Elle est (ou était) située dans la galaxie PHL 293B située à 75 millions d’années-lumière de la Terre dans la constellation du Verseau. 100 fois plus grosse que notre Soleil, elle était l’une des très rares étoiles variables hypergéantes bleues répertoriées.

Alors qu’elle avait été observée à de nombreuses reprises entre 2001 et 2011, elle reste invisible aux différents appareils qui équipent le télescope géant VLT se trouvant au Chili et qui a permis d’observer la naissance d’une planète. Elle est introuvable par le spectrographe Espresso et par X-Shooter. Si elle était passée par le stade de supernova, les instruments l’auraient détectée. Il n’y a donc que 2 hypothèses : soit sa luminosité a tellement baissé qu’elle est devenue indétectable par nos outils d’observation, soit elle s’est directement transformée en trou noir sans explosion. Aucun de ces 2 cas n’avait encore été rencontré par les scientifiques. Le satellite Hubble sera mis à contribution pour y voir plus clair.

Source : CNET