[Test] Canon EOS 700D : évolution timide ou véritable nouveauté ?

Une construction proche de celle du 650 D


A l’ouverture de la boite, la première chose qui saute aux yeux est la ressemblance entre le 700D et son prédécesseur. De fait, depuis le 650D il n’y a eu que peu d’évolution du point de vue de la conception. On retrouve la classique construction « tout plastique » en polycarbonate qui assure une solidité tout à fait correcte à l’ensemble, ainsi que l’absence de tropicalisation courante dans cette gamme (seul Pentax a fait un réel effort dans ce domaine).

Un usage agréable

La forme de la poignée est également très proche, voire identique : elle permet une bonne préhension mais, comme chez la plupart des modèles de cette gamme, elle est un peu juste pour permettre une usage agréable aux utilisateurs aux grandes mains. Son revêtement en caoutchouc offre un niveau de granularité, et donc une qualité de préhension, supérieurs à ceux du 650D. Il ne faut pas sous-estimer cette dernière remarque car l’effort dans ce domaine précis constituait un enjeu de taille pour Canon qui se devait de faire oublier les défaut de revêtement de certaines des premières séries du 650D qui se sont décoloré de manière prématurée et ne sont pas pour rien dans la nécessité de remplacement rapide du modèle. 

Classiquement, le viseur optique, qui n’a quasiment pas évolué depuis le 450D, est lumineux et bien détaillé pour sa taille. Il offre un grossissement de 0,85x pour une couverture optique de 95% et un dégagement oculaire de 19mm, des caractéristiques honorables qui ne permettent cependant pas un usage confortable aux porteurs de lunette. C’est néanmoins souvent le cas dans cette catégorie, même si d’autres fabricants tels que Pentax ont fait de plus gros efforts dans le domaine de la visée optique (ex : le K30). Le grossissement est par ailleurs légèrement inférieur à celui annoncé par le 100D pourtant plus compact, c’est dommage même si en pratique la différence est difficilement perceptible. 


On retrouve le très bon écran orientable sur 360° du 650D ainsi que le flash intégré suffisant pour dépanner en cas de nécessité (son nombre guide est de 13 à 100 iso et il couvre jusqu’au 17mm en APS-C) et peut commander un système multiflash sans fil, les experts apprécieront.

La batterie également est commune aux deux modèles avec les même limites : elle est annoncée assurer 440 vues (sans vidéo) soit une autonomie un peu juste pour une journée consacrée à la photo mais suffisante pour la plupart des fêtes de famille.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires
    Votre commentaire
  • Anadrol
    Un boitier sain ça veut dire quoi ?!
    c'est peut être une mauvaise traduction de sane, sensé...
    0
  • boub popsyteam
    L'aspect cinéma c'est surtout du à l'ouverture de l'objectif ;) pas qu'à la taille du capteur ...
    0