Microsoft va vous faire payer le support de Windows 7 jusqu’en 2023

Microsoft a finalement décidé de prolonger de quelques années le support de Windows 7. Mais rien n’est gratuit en ce monde et il va falloir sortir son portefeuille pour profiter des mises à jour de sécurité de l’OS.


Si Microsoft avait promis un arrêt du support de Windows 7 en 2020, il semble que le géant de Redmond soit revenu sur sa décision. La bonne nouvelle, c’est que les utilisateurs qui ne peuvent ou ne veulent pas migrer vers Windows 10 pourront toujours employer Windows 7 pendant quelques années. La mauvaise, et il fallait s’y attendre, c’est qu’ils vont devoir mettre la main à la poche s’ils veulent continuer à profiter du support de l’OS.

Officiellement, la prise en charge de Windows 7 par Microsoft s’arrête le 14 janvier 2020. En revanche, Microsoft explique sur son blog qu’il sera possible d’étendre ce support jusqu’en janvier 2023. Cette extension ne concerne bien évidemment pas de nouvelles fonctionnalités de l’OS, mais uniquement tout ce qui touche à la sécurité du système (Extended Security Updates). Cette mise à jour sera disponible sur les postes tournant sous Windows 7 Professionnel ou Windows 7 Entreprise. La contrepartie, c’est qu’il faudra payer pour en profiter, et que les tarifs augmenteront chaque année. On ignore encore quels seront les tarifs pratiqués par Microsoft, mais la facture risque d’être salée et pas particulièrement intéressante en comparaison du coût d’une mise à jour vers Windows 10.

L’éditeur de Redmond applique la même politique qu’avec Windows XP. Rappelez-vous : le 8 avril 2014, Microsoft arrêtait définitivement toute prise en charge de son système d’exploitation, recommandant ainsi à ses utilisateurs de passer à Windows 7, ou encore mieux à l’époque, à Windows 8. Mais l’enterrement n’a pas eu lieu pour tout le monde, puisque bon nombre d’établissements administratifs et d’entreprises ont continué à exploiter Windows XP. Moyennant finance, Microsoft leur a promis des mises à jour régulières de sécurité de l’OS. Comme vous vous en doutez, le développement d’un tel service a un coût : si les tarifs pratiqués par Microsoft sont assez mystérieux, un porte-parole de Microsoft nous avait expliqué à l’époque que chaque année verrait doubler le prix du support (100 € la première année, 200 la deuxième, etc.).

Windows 7 est donc destiné à mourir, malgré son énorme base actuelle d’utilisateurs. Car même si Windows 10 est installé par plus de 33% d’utilisateurs dans le monde, Windows 7 reste toujours en tête avec plus de 42% d’aficionados (source : NetMarketShare). Si vous êtes dans ce cas et ne souhaitez pas payer pour les updates de sécurité de l’OS, il vous reste donc un peu plus de deux ans avant de migrer vers une solution plus récente.

>> Windows 10 : le top des trucs et astuces