[Test] Moto G7 Plus : que vaut le nouveau smartphone de Motorola ?

Nous avons testé le Moto G7 Plus, le haut du panier de la nouvelle gamme de Motorola.

7/10

Moto G7 Plus

329€ > Lenovo
On aime
  • La prise en main
  • l'absence de surcouche intrusive
  • Le capteur photo en pleine lumière
On n’aime pas
  • Le capteur photo en faible luminosité
  • Le choix du processeur
  • La batterie de 3000 mAh seulement
Verdict :

Avec son Moto G7 Plus, Lenovo propose un smartphone en demi-teinte. Son design est sympathique, sans être pour autant novateur. Le processeur fait le boulot, mais n’est pas non plus surpuissant et de dernière génération. Le capteur photo remplit son office le jour, mais moins bien la nuit. Et la batterie de 5000 mAh est réservée au modèle inférieure (le G7 Power). Bref, on ne sait plus trop sur quel pied danser…

plus

Il y a quelques jours, Motorola annonçait la sortie simultanée de quatre nouveaux smartphone, avec chacun une spécificité  : le moto G7 Play, le moto G7 Power, le moto G7 et le moto G7 Plus. Nous avons testé le plus puissant de ces nouveaux modèles, mais aussi le plus cher, à savoir le moto G7 Plus. Cher ne veut pas dire ici qu’il s’agit d’un modèle haut de gamme, mais simplement que le G7 Plus s’affiche au tarif le plus élevé de toute la gamme. Il vaut en effet près de 330 €, là où le G7 Play n’en coûte que 170. En revanche, on y gagne un peu en puissance, puisque le moto G7 Plus est équipé d’un plus grand écran, d’un Snapdragon 636 (contre un 632 pour les autres modèles) et qu’il se voit nanti d’un double capteur photo à l’arrière de 16 + 5 MP. Alors on craque ou pas pour le haut du panier de la nouvelle gamme G7 ?

1 – Un petit oui pour le design

Tout de noir vêtu, le moto G7 Plus est pourvu d’une encoche en façade et d’un volumineux double capteur photo à l’arrière, ainsi que d’un autre pourvu du logo Motorola qui fait office de capteur d’empreinte. Si son dos brillant en Gorilla Glass a fait la quasi unanimité à la rédaction, force est de reconnaître que le design de l’appareil n’a rien de novateur. Comme à l’accoutumée, Motorola ne s’est pas beaucoup impliqué dans la conception « esthétique » de ses nouveaux modèles de smartphones.

Certes, sa petite encoche sur la face avant lui permet de gagner en taille d’affichage par rapport à la surface totale de l’appareil… Mais cela n’a rien de révolutionnaire, désormais. Au passage, on regrette que Motorola n’ait pas inclus de fonctionnalité permettant de cacher cette fameuse encoche (heureusement que l’on peut passer par l’application tierce Notch hider, accessible gratuitement sur le Play Store). On regrette également que le protubérant double capteur photo ait poussé vers le bas le capteur d’empreinte : l’index ne se place pas naturellement dessus et il faut s’y prendre à deux fois avant de l’atteindre. C’est un coup à prendre…

L’appareil est livré avec une coque transparente. Ce n’est pas du bel effet, mais ça permet de cacher la protubérance du double capteur photo arrière (et accessoirement de protéger l’appareil).

Pour le reste, l’appareil est vraiment très classique. Trop, peut-être. Voilà un bon moment que Motorola n’innove plus et le Moto G7 en est la preuve. Bon point néanmoins côté connectique : l’appareil conserve une prise Jack 3,5 mm, tout en offrant un connecteur en USB-C. Notez d’ailleurs que ce dernier est présent sur l’ensemble de la gamme G7, même le moins cher de tous.

2 – Encore un petit oui pour ses performances

Comme évoqué précédemment, le MotoG7 palpite à l’aide d’un Snapdragon 636, un CPU dévoilé par Qualcomm en octobre 2017. Le processeur n’est donc pas si vieux que ça (en comparaison, le 845 a été présenté deux mois plus tard), alors que peut-on en attendre ? Concrètement, si vous utilisez votre téléphone pour des tâches classiques, vous devriez en profiter pleinement au quotidien : l’appareil réagit convenablement, que ce soit pour le web, la navigation, la vidéo, etc.

La bonne nouvelle, c’est que le Snapdragon 636 permet également de jouer dans de bonnes conditions, même à des titres qui fourmillent de rendus 3D. Des titres comme PUBG ou Shadowgun Legends fonctionnent sans aucun problème, même si l’on remarque occasionnellement quelques sautes de frame. Mais rien qui ne vient entacher l’expérience de jeu, rassurez-vous. En revanche, ne demandez pas à l’appareil de vous offrir une expérience de jeu inégalée s’il s’agit de titres vraiment hyper gourmands en calculs 3D. Le processeur n’est pas taillé pour ça, comme le montrent les benchmarks auxquels nous l’avons soumis :

Malgré tout, le plus étonnant reste le choix du Snapdragon 636, quand on trouve aujourd’hui un Pocophone F1 de Xiaomi au même prix que le Moto G7 Plus (voire moins cher en cherchant bien), lequel est équipé d’un Snapdragon 845, de 6 Go de RAM et d’une batterie de 4000 mAh. Nous nous étions déjà étonnés il y a quelques mois que Motorola ait retenu le Snapdragon 625 pour équiper son Moto One, et voilà que le constructeur récidive. Certes, on pouvait partiellement excuser ce choix par le prix hyper compétitif de l’appareil (moins de 240 euros pour le Moto One). Mais ici, il est un dommage que Motorola n’ait pas opté pour une montée en gamme, d’autant que l’écart de performances entre le G7 Plus et les autres modèles de G7 équipés d’un Snapdragon 632 est vraiment minime. Et finalement, si tout ceci n’était qu’une histoire de coût de fabrication, pourquoi ne pas s’être tourné du côté du Snapdragon 710 ?

Geekbench 4 Multicore3DMark Slingshot Extreme
Moto G7 Plus (Snapdragon 636)4933946

Xiaomi Mi A2 (Snapdragon 660)
46091275
Nokia 8.1 (Snapdragon 710)
5909
1835
Pocophone F1 (Snadragon 845)
90334000

Honor 8X (Kirin 710)
5645956

Enfin, dernier point concernant les performances de l’appareil. Motorola a inclus une batterie de 3000 mAh. Le bon point, c’est qu’il est possible de la recharger en 15 minutes à peine, ce qui assure 12 heures d’autonomie environ. Le constructeur a eu la bonne idée d’inclure dans le pack un chargeur de 27 W, ce qui est plutôt une bonne chose. Une fois rechargée à 100%, la batterie permet de tenir un peu plus d’une journée en utilisation classique (web, messagerie, appel, gps, streaming de vidéo pendant une heure…). Mais on était en droit d’attendre un peu plus du modèle le plus cher de la gamme, notamment parce que le G7 Power bénéficie quant à lui d’une batterie « monstrueuse » de 5000 mAh.

3 – Oui et non pour la qualité photo

Comme évoqué précédemment, le G7 Plus renferme un capteur photo de 16 (f/1,7) + 5 MP (capteur de profondeur) à l’arrière avec stabilisation optique OIS. Abordons rapidement ce stabilisateur optique, qui fait correctement son job, surtout quand on a tendance à prendre parfois un peu trop vite ses photos (comme nous, avouons-le) ou que l’on a la bougeotte en filmant une séquence. Un point positif, en somme.

Les clichés que nous avons effectués en plein jour ont tous été de très bonne qualité. Le piqué est correct, et on peut zoomer sur une partie de la photo sans faire les frais de zones floues ou trop bruitées. Les couleurs sont cependant légèrement trop vives, tout comme le contraste. Mais l’ensemble reste quand même satisfaisant, surtout quand les conditions météorologiques ne sont pas au rendez-vous. Les photos ci-dessous ont été réalisées un jour très nuageux.

En revanche, les choses se gâtent un peu quand il est question de prendre des photos en faible luminosité. Il faut s’y reprendre à plusieurs fois avant d’obtenir une photo nette. Alors oui, le G7 Plus peut faire des prouesses la nuit, mais il est nécessaire de prendre plusieurs photos avant de parvenir à un résultat convenable.

4 – Oui, pour l’environnement et pour toutes ces petites choses bienvenues

Si l’appareil est livré avec Android 9.0 (ou Android Pie, si vous préférez), on apprécie surtout le fait que Motorola n’a pas cherché à ajouter une surcouche déroutante et agaçante. La version d’Android ici proposée est finalement extrêmement proche d’Android Stock, avec quelques ajouts comme les Gestes Moto, une fonctionnalité propre au constructeur. Celle-ci propose entre autre de désactiver la sonnerie de l’appareil dès que l’on s’en empare, d’activer la fonction « ne pas déranger » quand le smartphone est retourné, d’activer la fonction lampe torche d’un geste « tranchant » de la main, etc. Tout ceci est bien entendu activable ou désactivable à volonté. Bref, Motorola livre une version d’Android agréable et sans fard.

Le G7 Plus dispose d’autres fonctionnalités bienvenues pour un appareil dans cette gamme de prix. En dehors de son capteur de reconnaissance d’empreinte à l’arrière, on note aussi la présence d’un module de reconnaissance facial à l’avant. Pas toujours évident d’en avoir sur un smartphone à moins de 330 euros. Autre exemple de point positif : l’appareil est apte à streamer sans difficulté de la Full HD (1920 x 1080 pixels) sur Netflix. Un point suffisamment rare pour être mentionné, quand on sait que ni un Galaxy S9 ni un Honor View20 (par exemple, mais il en existe quantité d’autres) n’en sont capables.

5 – Non, parce qu’on a un peu de mal à saisir la logique de Lenovo / Motorola

Avant toute chose, il est récapituler les différents modèles de G7 que Motorola commercialise aujourd’hui. Elles sont au nombre de quatre :

  • le moto G7 Play = un smartphone de 5,7″ en 19:9 (1512 x
    720 pixels), qui est équipé d’un Snapdragon 632, de 2 Go de RAM de 32 Go d’espace de stockage et qui s’affiche au prix très agressif de 169,99 €.
  • le moto G7 Power = un appareil de 6,2″ toujours en 19:9 (1570 x
    720 pixels), qui palpite lui aussi à l’aide d’un Snapdragon 632, mais qui bénéficie de 4 Go de RAM et de 64 d’espace de stockage. Son principal est d’offrir une batterie de 5000 mAh, laquelle « dispense une autonomie de 60 heures à l’appareil », selon le fabricant. L’appareil est vendu 229,99 €.
  • le moto G7 = un modèle de 6,2″ (2270 x 1080 pixels) qui profite d’un double capteur arrière de 12 + 5 MP et surtout d’une encoche à l’avant destiné à accueillir le capteur à selfie en 8 MP. Le smartphone dispose alors d’une couverture d’écran de 82 % par rapport à la taille totale de l’appareil. Il bénéficie du même processeur que les modèles précédemment évoqués, à savoir un Snapdragon 632. L’appareil vaut 249,99 €.
  • le moto G7 Plus = un smartphone de 6,24″ FHD (2270 x 1080 pixels) équipé quant à lui d’un Snapdragon 636, de 4 Go de RAM et de 64 Go de stockage. Le moto G7 Plus est commercialisé au prix de 329,99 €. C’est ce modèle que nous avons testé ici.

Dans ce contexte, on a un peu de mal à comprendre pourquoi Motorola propsoe un G7 Plus équipé d’une batterie de « seulement » 3000 mAh, tandis que le G7 Power, 100 euros moins cher, profite quant à lui d’une batterie de 5000 mAh. Pourquoi les photomaniaques et les joueurs, puisque c’est à ce public que s’adresse le G7 Plus, n’auraient-ils pas droit eux-aussi à une batterie surdimensionnée ? D’autant que proposer quatre modèles, là où Motorola n’en proposait que deux à la sortie du G6 l’an passé, risque sérieusement de compliquer la donne au moment de l’achat.