Accueil » Actualité » Des étoiles composées d’antimatière pourraient se cacher dans notre galaxie

Des étoiles composées d’antimatière pourraient se cacher dans notre galaxie

Il pourrait y avoir plusieurs étoiles faites d’antimatière dans le voisinage de notre système solaire. De petits indices laissent penser que ces objets étranges et improbables, appelés « antiétoiles », pourraient exister.

Selon une nouvelle étude, quatorze points lumineux sur une carte du ciel en rayons gamma pourraient correspondre à des étoiles faites d’antimatière.

Voie lactée - Denis Degianni / Unsplash
Voie lactée – Crédit : Denis Degianni / Unsplash

C’est en analysant 10 ans de données provenant du télescope spatial Fermi Gamma-Ray qu’une équipe de scientifiques a fait cette étrange découverte. Celle-ci est une double surprise pour les scientifiques. En effet, d’une part, selon les modèles cosmologiques, on pensait jusqu’à présent que l’Univers ne contenait pas de quantités aussi importantes d’antimatière.

D’autre part, même en sachant que dans une certaine région de l’Univers il peut y avoir suffisamment d’antimatière pour former des antiétoiles nous les scientifiques n’avaient jamais supposé qu’elles puissent être aussi proches de nous. En effet, celles-ci pourraient même se trouver dans notre propre galaxie.

Qu’est-ce que l’antimatière ?

L’antimatière est une matière composée de ce que l’on appelle des antiparticules. Selon les scientifiques, chaque particule que nous connaissons a un équivalent en antimatière qui est pratiquement identique, mais avec une charge opposée. Ceux-ci pensent également que les particules et les antiparticules ont été produites en quantités égales au début de l’Univers. Cependant, pour une raison encore inconnue, seules quelques traces d’antimatière ont été détectées. Il s’agit d’un des plus grands mystères de l’Univers.

Pour l’instant, les recherches sur l’antimatière sont assez compliquées, mais des scientifiques avaient par exemple mesuré le magnétisme de l’antimatière. On observe la plupart du temps l’antimatière dans les laboratoires de physique et dans l’espace. Récemment, des chercheurs ont réussi à refroidir de l’antimatière à un niveau proche du zéro absolu avec un laser.

Lorsqu’une particule et son antiparticule se rencontrent, elles s’annihilent mutuellement et disparaissent dans un éclat de lumière. Ainsi, si un électron avec une charge négative rencontre son antiparticule, appelée positron, celles-ci vont s’annihiler l’une l’autre.

Les antiétoiles répandraient continuellement leurs composants d’antimatière dans le cosmos et ceux-ci pourraient représenter un petit pourcentage des particules à haute énergie qui frappent la Terre. Récemment, l’Antarctique avait été frappé par une particule d’antimatière, créant ainsi une réaction surpuissante.

Source : newatlas