Accueil » Actualité » Google et Facebook traquent les internautes sur les sites porno même en navigation privée

Google et Facebook traquent les internautes sur les sites porno même en navigation privée

Une récente étude révèle que des entreprises comme Google et Faceook ont des trackers sur une grande quantité de sites pornographiques.

Image 1 : Google et Facebook traquent les internautes sur les sites porno même en navigation privée

Les internautes ne sont jamais à l’abri de la surveillance de Facebook et Google. Une équipe de chercheurs américains a en effet publié une étude révélant que les deux géants du web traquaient leurs utilisateurs jusque sur les sites pornographiques.

22 484 sites pour adultes ont été analysés. Au total, 74% d’entre eux comportaient des traceurs placés par Google. La firme de Mountain View n’est toutefois pas la seule coupable. Sur 10% des sites sont apparus des traceurs Facebook tandis que 24% avaient des traceurs de la société américaine Oracle.

L’étude ne précise pas de quelle manière les données ainsi collectées sont utilisées par les géants du numérique. Elle indique cependant que « 93% des pages divulguent des données d’utilisateurs à un tiers » et que « les révélations sur de telles données représentent des menaces spécifiques pour la sécurité personnelle et les lois qui veillent au respect du genre et de la sexualité ».

Une navigation privée pas vraiment efficace

Autre point inquiétant du rapport : seulement 17% des sites internet analysés étaient cryptés. Cela signifie que des données telles que les identifiants et les mots de passe sont exposées aux risques de piratage.

La navigation privée est également inefficace pour se mettre à l’abri des traceurs. Bien que ce mode permette de supprimer les cookies, il n’empêche pas la collecte d’informations importantes telles que l’adresse IP.

Facebook et Google ont commenté ces révélations en indiquant que les informations collectées n’étaient pas utilisées à des fins commerciales. Google a précisé : « nous interdisons la publicité personnalisée et les profils publicitaires basés sur les intérêts sexuels d’un utilisateur ou des activités en ligne connexes. ».


>>> Facebook condamné à payer 5 milliards de dollars d’amende