Accueil » Actualité » La fonte des glaces s’accélère, les régions côtières en danger

La fonte des glaces s’accélère, les régions côtières en danger

La fonte des glaces s’accélère à cause du changement climatique et un nouveau rythme record vient d’être franchi. Selon une nouvelle étude, la Terre a perdu 28 billions de tonnes de glace entre 1994 et 2017. Un constat inquiétant qui tire la sonnette d’alarme.

Le changement climatique accélère la fonte des glaces mondiale à un rythme qui inquiète de plus en plus les chercheurs. Selon une nouvelle étude publiée dans la revue scientifique The Cryosphere de l’Union européenne des géosciences, la Terre a perdu 28 billions de tonnes de glace entre 1994 et 2017. Les chercheurs se sont servis des satellites pour faire cette observation, tout comme ceux qui recensent les éléphants depuis l’Espace avec l’aide du deep learning.

Un iceberg en Antarctique
Un iceberg en Antarctique – Crédit : Derek Oyen / Unsplash

Pour vous donner un ordre d’idée, cette quantité équivaut à une couche de glace de 100 mètres d’épaisseur et de la superficie du Royaume-Uni. Une étude publiée dans le même journal révélait déjà l’année dernière que le Groenland a perdu 600 milliards de tonnes de glace en 2019 à cause du jet-stream.

1,3 billion de tonnes de glace fondent chaque année

Le Pôle Sud se réchauffe trois fois plus vite que le reste de la surface de la Terre qui est en proie à un changement climatique sans précédent. D’après les chercheurs de l’université de Leeds, le rythme de la fonte des glaces a fortement augmenté ces 30 dernières années. Dans les années 1990, le rythme de la fonte des glaces était à 0,8 billion de tonnes par an. En 2017, il était déjà à 1,3 milliard de tonnes, ce qui représente une augmentation de 57%.

Le docteur Thomas Slater, chercheur au centre d’observation et de modélisation polaire de l’université de Leeds, explique que « bien que toutes les régions que nous avons étudiées aient perdu de la glace, les pertes des calottes glaciaires de l’Antarctique et du Groenland se sont le plus accélérées ». Par conséquent, le niveau de la mer a monté de 34,6 millimètres pendant cette période. Cela augmente considérablement les risques d’inondation pour les communautés côtières tout en détruisant la faune et la flore.

En effet, le docteur Slater précise aussi que « les calottes glaciaires suivent maintenant les pires scénarios de réchauffement climatique définis par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. L’élévation du niveau de la mer à cette échelle aura des impacts très graves sur les communautés côtières au cours de ce siècle ». Enfin, l’étude a démontré que 58% de la fonte des glaces provient de l’hémisphère nord tandis que le reste vient de l’hémisphère sud. Le rythme record atteint par la fonte des glaces souligne une fois de plus que nous nous dirigeons vers un changement climatique jamais vu depuis 50 millions d’années.

Source : Phys.org