Accueil » Actualité » Audi Skysphere : un roadster électrique avec un empattement réglable

Audi Skysphere : un roadster électrique avec un empattement réglable

La Skysphere n’est pas seulement une routière ou une voiture de sport, c’est les deux.

Il existe généralement deux types de coupés à deux portes. Les longues et luxueuses routières, ou les petites et agiles voitures de sport. Le choix d’Audi, c’est d’incorporer les deux notions en un seul véhicule. C’est le concept Skysphere. Le nouveau petit bijou fait parler, parce qu’électrique. Mais c’est un petit détail à côté de sa capacité à modifier sa longueur physique.

Crédit : Audi
Crédit : Audi

Elle se présente comme un roadster électrique de luxe. La Skysphere offre aussi un nouvel aperçu des choix d’Audi en matière de design. La nouvelle voiture propose deux modes de conduite. En mode sport, le véhicule s’allonge sur 4,94 mètres et offre une conduite plus serrée, plus sportive. En mode Grand Touring en revanche, il est possible de jouir de deux moteurs électriques ainsi que d’un allongement de la carrosserie de 250mm. Plus confort, plus d’espace pour les jambes. Pour donner une idée, l’Audi Skysphere passe de l’empattement d’une RS5 à celui d’une A8 L, dont elle s’inspire en partie.

La suspension pneumatique adaptative est un autre paramètre novateur. Elle permet à la garde au sol de s’ajuster 10mm en déplacement.

Design historique et confort

Audi a précisé que le design était inspiré du modèle Horch 853, sur les routes dans les années 30. Celle-ci mesurant 5,23 mètres n’était pas excessivement plus longue que la Skysphere en mode GT. Elle présentait un moteur 8 cylindres en ligne de 5L gaz, tandis que la Skysphere est totalement éléctrique. Elle fonctionne uniquement sur volts et peut compter sur 623 chevaux et 553 livre-pieds de couple.

Crédit : Audi
Crédit : Audi

Pesant un peu moins de 1814kg, la Skysphere atteindra les 100km/h en 4 secondes. 60 % de ce poids est soutenu par l’essieu arrière. Les batteries sont à l’arrière de la cabine ainsi que dans le tunnel entre les sièges. Bonne façon de garantir une certaine agilité au véhicule en lui offrant un centre de gravité optimisé. La voiture est dotée d’une direction aux roues arrières et d’une double triangulation en aluminium à ses quatre coins. La Skysphere peut donc se comporter comme la voiture de sport qu’elle peut (parfois) être. Soit dit en passant, toutes ces cellules totalisent plus de 80 kWh au total ou plus de 500 kilomètres d’autonomie sous le cycle WLTP en mode GT.

Pédales et volant totalement rétractables, Audi affirme que la Skysphere pourra se garer et se recharger toute seule. Tout le design de cette voiture-concept repose sur la bassesse et la largeur, amortie par des énormes roues de 23 pouces.

Première d’un trio de voitures-concepts, les deux autres devraient s’appeler Grandsphere et Urbansphere. Il faudra attendre la fin de semaine pour voir la Skysphere rouler, lors de la Monterey Car Week à Pebble Beach, Californie.

Source : The Drive