Accueil » Actualité » Neuralink : 1 500 animaux tués, l’entreprise visée par la justice pour violation du bien-être animal

Neuralink : 1 500 animaux tués, l’entreprise visée par la justice pour violation du bien-être animal

L’entreprise Neuralink d’Elon Musk se retrouve une fois de plus au centre d’une controverse. Une enquête fédérale vient d’être lancée en Californie contre l’entreprise, pour violation du bien-être animal. Trop d’expériences ratées auraient mené à la « mutilation » et à la mort de plus d’un miller d’animaux.

Singe jouant à Pong © Neuralink
Singe jouant à Pong © Neuralink

Neuralink, l’une des sociétés d’Elon Musk spécialisée dans l’interface homme-machine, fait l’objet d’une enquête fédérale pour potentielles violations du bien-être animal. Elle irait trop vite et ne prendrait pas assez soin des animaux lors de ses expérimentations, alors que 15 des 23 singes d’Elon Musk sont décédés dans d’extrêmes souffrances.

Neuralink visée par la justice alors qu’elle se disait être prête d’ici 6 mois

La semaine dernière, Neuralink se disait prête à implanter des puces dans un cerveau humain d’ici à six mois. Pourtant, Reuters vient de révéler aujourd’hui qu’une enquête fédérale était lancée contre l’entreprise, qui ne ferait pas assez attention au bien-être des animaux, avec une potentielle violation de la législation en rigueur, l’Animal Welfare Act.

Pour le Physician Committee for Responsible Medicine, qui lutte pour une médecine  responsable, Neuralink « mutile » ses singes sur qui l’interface cerveau-machine est testée. Une plainte a d’ores et déjà été déposée auprès du département américain de l’agriculture.

À lire : Regardez un singe équipé du dispositif Neuralink d’Elon Musk jouer au Pong avec son cerveau

En réponse, la société d’Elon Musk s’engage à travailler avec les animaux « de la manière la plus humaine et éthique possible ». Cependant, même les employés de la société se plaignent du traitement fait sur les animaux, insupportable pour certains.

Le journal évoque des documents internes récupérés, citant des expériences ratées, un manque de préparation et une trop forte pression sur les employés, entraînant dans une grande partie des cas la mort des animaux. Près de 1 500 animaux auraient été tués depuis 2018 : plus de 280 moutons, cochons et singes, ainsi que des rats et des souris.

Source : Reuters