Accueil » Reportage photo » Stephen King : les pires et les meilleures adaptations ciné

Stephen King : les pires et les meilleures adaptations ciné

A l’occasion de la sortie dans les salles obscures de Ca, Chapitre 2, nous avons établi au sein de la rédaction notre classement des 20 meilleurs et pires films adaptés des romans de Stephen King. Frissonnez !

Stephen King adaptations films

S’il y a un auteur contemporain qu’il n’est plus besoin de présenter, c’est bien Stephen King. Avec plus de 400 millions de livres vendus à travers le monde, 60 romans et près de 200 nouvelles, l’homme aujourd’hui âgé de 71 ans a l’une des carrières les plus prolifiques de l’histoire de la littérature. Face à cet impressionnant succès, Hollywood s’est vite intéressé au prodige, enchaînant les adaptations dès les années 70, et continuant à le faire encore à ce jour.

Entre Hollywood et les œuvres de Stephen King, c’est donc une longue histoire d’amour, qui a donné naissance à près d’une cinquantaine de films. Et ce, sans compter les adaptations en téléfilms, tout aussi nombreuses, et les récentes séries TV que sont Castle Rock ou 11/22/63.

Mais revenons aux adaptations cinématographiques. À l’occasion de la sortie dans les salles obscures de Ça : Chapitre 2, nous avons établi notre classement des 20 meilleurs et pires films adaptés des romans de Stephen King. 20 films tantôt géniaux, tantôt complètement loupés, mais qu’il faut avoir vus au moins une fois quand on est fan (même juste un peu) du maître incontesté de l’épouvante.

Les pires adaptations ciné des romans de Stephen King

Dreamcatcher, l’attrape-rêves

Dreamcatcher Stephen King

Année de sortie : 2003
Réalisateur : Lawrence Kasdan
Casting : Morgan Freeman, Thomas Jane, Jason Lee, Donnie Wahlberg
Note : 1/5

En bref : adapté d’un roman de Stephen King sorti en 2001, Dreamcatcher raconte l’histoire de quatre amis d’enfance qui partagent un lien télépathique. Deux d’entre eux (Jonesy et Beaver) secourent un homme dans la forêt, mais le retrouvent mort peu de temps après. De son corps s’échappe alors une étrange créature… Le soir, les deux autres compères (Henry et Pete) trouvent eux à leur tour une femme dont une autre créature s’extirpe. Malgré un très joli casting, voici un vrai loupé : le film est confus au possible, sans surprise et sans intérêt. Au suivant !

La Tour Sombre

La Tour Sombre Stephen King 2017

Année de sortie : 2017
Réalisateur : Nikolaj Arcel
Casting : Idris Elba, Matthew McConaughey, Tom Taylor
Note : 1,5/5

En bref : Jake Chambers est un adolescent perturbé. Rongé par le décès de son père, il s’échappe dans les visions d’un monde parallèle où le Pistolero Roland de Gilead et le machiavélique Homme en Noir se disputent le contrôle d’une Tour, épicentre de toutes les dimensions. Tout bascule le jour où Roland et son ennemi débarquent dans son propre monde… Saga fantasy fleuve de King, La Tour Sombre peut aujourd’hui se mesurer au Seigneur des Anneaux de Tolkien ou au Trône de Fer de G.R.R. Martin. Côté adaptation par contre, mieux vaut l’enterrer et espérer que la série TV commandée par Amazon rende un bien meilleur hommage à la richesse de son univers.

Charlie

Charlie Stephen King

Année de sortie : 1984
Réalisateur : Mark L. Lester
Casting : David Keith, Heather Locklear, Martin Sheen, Drew Barrymore
Note : 2/5En bref : Andy et Vicky font les frais d’une expérience gouvernementale, qui consiste à stimuler leurs éventuels pouvoirs psychiques. Mais à défaut de révéler leur potentiel, Vicky donne naissance à une petite fille vraiment spéciale. Charlie est capable de mettre spontanément le feu n’importe où. Sa mère est tuée et elle se retrouve poursuivie, avec son père, par une organisation secrète qui souhaite mener sur elle des expériences et mesurer ainsi l’étendue de son pouvoir… Ou s’en servir comme l’une des armes les plus dangereuses qui soient. Un film qui aurait pu compter parmi les meilleures adaptations de Stephen King. Un temps promis au maître John Carpenter, il passera entre les mains du réalisateur de Commando. Et souffrira d’un cruel manque de moyens. Ajoutons à cela que l’œuvre a très mal vieilli.

Fenêtre secrète

Fenetre Secrete Stephen King

Année de sortie : 2004
Réalisateur : David Koepp
Casting : Johnny Depp, John Turturro, Maria Bello
Note : 2/5

En bref : adapté d’une nouvelle intitulée Vue imprenable sur jardin secret, ce film nous plonge dans les mésaventures de Mort, un écrivain sur le retour. En pleine procédure de divorce, il est un jour accosté par un homme qui l’accuse de plagiat. Mort va devoir tout faire pour prouver l’authenticité de ses écrits, mais difficile d’y parvenir quand les cadavres encombrent son chemin… Dans le rôle principal, Johnny Depp cabotine. Il faut dire que le film souffre d’une direction d’acteurs absente et ce malgré un casting trois étoiles. Dommage, ça avait l’air d’un thriller convaincant.

Simetierre

Simetierre Stephen King

Année de sortie : 1989
Réalisateur : Mary Lambert
Casting : Dale Midkiff, Denise Crosby, Fred Gwynne
Note : 2,5/5

En bref : Louis Creed et toute sa famille viennent un jour s’installer dans une petite ville du Maine. Ils emménagent près d’un cimetière d’animaux, lequel est également situé juste à côté d’un cimetière indien. Toute la famille va alors être confrontée à d’étranges phénomènes, tous plus meurtriers les uns que les autres. S’il pèche par ses allures de téléfilm à petit budget, le film de 1989 reste l’une des adaptations les plus angoissantes d’un roman de Stephen King (lui-même traumatisant à souhait). On le retiendra d’autant plus volontiers que le remake de 2019 a certes plus de moyens… mais s’avère bien trop édulcoré pour nous provoquer le moindre jumpscare.

Running Man

Running Man Stephen King

Année de sortie : 1988
Réalisateur : Paul Michael Glaser
Casting : Arnold Schwarzenegger, Maria Conchita Alonso, Kurt Fuller
Note : 2,5/5

En bref : l’histoire se déroule dans un futur proche. En 2019, un policier est incarcéré à tort lors d’une émeute en Californie. Il parvient à s’échapper, mais il est capturé par ICS, une chaîne de TV qui diffuse une émission à succès baptisée The Running Man. Il va devoir participer à l’émission en question sans se faire tuer s’il veut redevenir un homme libre… L’adaptation n’a pas grand-chose à voir avec le roman signé Richard Bachman (l’alias de King) qui anticipe en 1982 les dérives de la future télé-réalité. On a ici un film d’action on ne peut plus 80’s dans l’esprit. Et qu’on peut apprécier pour le jeu tout en humour et en muscles de Schwarzy.

Cujo

Cujo Stephen King

Année de sortie : 1983
Réalisateur : Lewis Teague
Casting : Dee Wallace, Danny Pintauro, Daniel Hugh Kelly
Note : 2,5/5

En bref : mordu par une chauve-souris, un bon gros saint-bernard se transforme subitement en un terrible chien enragé. Il tue alors son maître et son voisin, mais ne s’arrête pas en si bon chemin : il s’en prend aussi à une femme et son fils, qui tombent en panne au beau milieu de la cour de l’ancien maître de Cujo. Impossible alors pour les deux occupants de sortir sans se faire dévorer par l’effroyable canidé… Cujo est un grand slasher animal qui vous fera passer l’envie d’héberger un toutou à la maison. Une adaptation qui a pris de l’âge certes, mais qui n’a pas à rougir tant elle disposait d’un budget limité.

1922

1922 Netflix Stephen King

Année de sortie : 2017
Réalisateur : Zak Hilditch
Casting : Thomas Jane, Molly Parker, Neal McDonough
Note : 2,5/5

En bref : La poisse s’abat sur Wilfred James. Sa ferme et ses différents terrains sont en passe d’être récupérés par une immense compagnie. Pour conserver ses biens, il mise sur l’assurance vie de son épouse… qu’il finit par assassiner. Sauf que tout crime se paie un jour. 1922 est une nouvelle récente de Stephen King parue dans le recueil Nuit noire, étoiles mortes. Netflix, qui mise sur le romancier pour développer son catalogue de films d’épouvante, a adapté celle-ci pour séduire les fidèles du Maître de l’Horreur. La plateforme a diffusé dans le même temps Jessie. Elle mettra en ligne, à la fin de l’année 2019, un scénario original de King et de son fils (Joe Hill) intitulé In the tall grass.  

Les meilleures adaptations ciné des romans de Stephen King

Creepshow 2

Creepshow 2 Stephen King

Année de sortie : 2001
Réalisateur : Michael Gornick
Casting : Lois Chiles, George Kennedy, Tom Savini, Dorothy Lamour
Note : 3/5

En bref : dans Creepshow 2, trois histoires sans relation entre elles s’enchaînent. La première (Le vieux chef tête-de-bois) met en scène une étrange statue meurtrière. La deuxième (Le radeau) raconte l’histoire d’une bande d’adolescents pris dans la tourmente d’une nappe gluante postée sur un lac. Tandis que dans la troisième (L’auto-stoppeur), nous suivons les mésaventures d’une conductrice poursuivie par un homme qu’elle a elle-même écrasé… Ce second recueil d’histoires s’avère très décousu. Toutefois, il se veut un parfait placebo nostalgique pour toutes celles et ceux qui se sentent orphelins des Contes de la crypte.

Ça, Chapitre 1

Ca Stephen King

Année de sortie : 2017
Réalisateur : Andrés Muschietti
Casting : Bill Skarsgard, Finn Wolfhard, Sophia Lillis, Jack Dylan Grazer
Note : 3/5

En bref : Les enfants de la petite commune de Derry ont de quoi être inquiets. Alors que de mystérieuses disparitions se multiplient dans le voisinage, sept d’entre eux sont en proie à des hallucinations cauchemardesques. Ensemble, ils vont tenter de confondre le responsable : un clown démoniaque appelé Grippe-sou… Cette adaptation moderne a tout pour se hisser en haut de ce classement : une réalisation efficace, un casting en osmose. Oui mais on a du mal à oublier le Grippe-Sou terrifiant du téléfilm des années 90. Tant celui de 2017 manque en dialogue et consistance. Attendons de voir le chapitre 2 pour se faire un avis complet.

Carrie au bal du diable

Carrie Stephen King

Année de sortie : 1976
Réalisateur : Brian De Palma
Casting : Sissy Spacek, Piper Laurie, John Travolta
Note : 3,3/5

En bref : réalisé par Brian De Palma lui-même, ce film nous conte les déboires de Carrie, une adolescente dotée de pouvoirs extraordinaires qu’elle ne parvient pas à contrôler. Martyrisée par ses camarades de classe, elle se fait régulièrement disputer par sa mère, religieuse convaincue qui apprécie particulièrement d’enfermer sa fille dans un placard. Jusqu’au jour où le bal de fin d’année arrive et où Carrie va vivre le pire cauchemar de toute sa vie… Belle et glaçante à la fois, cette première adaptation de Carrie a donné quelques lettres de noblesse au cinéma horrifique.Les remakes qui suivront dans les années 2000 ne dépasseront pas le stade de nanar.

Creepshow

Creepshow Stephen King

Année de sortie : 1983
Réalisateur : George A. Romero
Casting : Ed Harris, Leslie Nielsen, Stephen King, Adrienne Barbeau
Note : 3,6/5

En bref : tout comme avec Carrie, on retrouve à la réalisation de ce film un grand nom du cinéma. George A. Romero a en effet réalisé cette succession de cinq petites histoires horrifiques. Le jour de la fête des pères, un vieil homme sort de sa tombe pour manger son gâteau. Une herbe tente de dévorer un fermier, interprété par Stephen King. Un homme et une femme adultère sont recouverts de sable et noyés par le mari jaloux. Un professeur veut se venger de sa femme à l’aide d’un monstre hantant une université. Un homme reclus dans un logement immaculé se retrouve envahi par les cafards… Drôles et gores à souhait, les courts-métrages de ce premier Creepshow sentent bon l’époque insouciante et sans « censure » des 80’s. Une belle madeleine pour nostalgeeks.

Misery

Misery Stephen King

Année de sortie : 1991
Réalisateur : Rob Reiner
Casting : James Caan, Kathy Bates, Lauren Bacall
Note : 3,7/5

En bref : auteur à succès, Paul Sheldon subit un accident de voiture et est secouru par Annie Wilkes, l’une de ses fans. Si celle-ci semble tout d’abord particulièrement bienveillante, mais lorsqu’elle découvre le dernier roman de la saga de Sheldon, Misery, elle va lui faire vivre un enfer. Annia Wilkes va alors le séquestrer, le torturer et tout faire pour lui faire changer d’avis sur ses personnages favoris en le forçant à écrire un nouveau roman pour revenir en arrière… Un huis-clos qui surpasse bien des thrillers contemporains. La tension monte et ne vous relâchera qu’après le dernier point final du générique.

The Dead Zone

Dead Zone Stephen King

Année de sortie : 1984
Réalisateur : David Cronenberg
Casting : Christopher Walken, Brooke Adams, Martin Sheen
Note : 4/5

En bref : suite à un accident de la route, le professeur Johnny Smith tombe dans le coma. Il en ressort cinq ans plus tard, et se découvre un étrange pouvoir : il est doué de divination. Il peut ainsi, par simple contact physique, voir le passé ou l’avenir d’une personne. Il parvient à résoudre un crime jamais élucidé. Jusqu’au jour où, au contact d’un sénateur, il découvre que celui-ci sera à l’origine de l’un des événements les plus tragiques de l’histoire de l’humanité… Un duel tendu entre deux monstres sacrés du cinéma (Walken vs Sheen) qui parviennent à nous faire oublier que nous sommes devant un film d’horreur.

The Mist

The Mist Stephen King

Année de sortie : 2007
Réalisateur : Frank Darabont
Casting : Thomas Jane, Marcia Gay Harden, Laurie Holden
Note : 4/5

En bref : Suite à un violent orage, la ville de Bridgton dans le Maine se retrouve plongée sous une brume opaque. Les habitants qui décident de la traverser ne reviennent jamais. Coincés dans un supermarché, David et son fils Billy vont devoir décider s’ils font fi du danger ou s’ils restent enfermés avec des clients de plus en plus nerveux. Et menaçants… A ne pas confondre avec la série éponyme de 2017 qui est un véritable flop, cette adaptation est l’un des plus grands films lovecraftiens au cinéma. Epique et avec une scène finale qui continue de surprendre après plusieurs visionnages.

La Ligne verte

La ligne verte Stephen King

Année de sortie : 2000
Réalisateur : Frank Darabont
Casting : Tom Hanks, Michael Clarke Duncan, Doug Hutchison
Note : 4,1/5

En bref : au début du XXe siècle, en Louisiane, Paul Edgecombe est directeur du pénitencier et chargé de s’occuper des détenus condamnés à mort. Il va faire la rencontre un jour de John Coffey, un homme qui doit prochainement être exécuté pour avoir tué et violé deux petites filles. Particulièrement gentil et doux, il va finalement se révéler bien plus surprenant que ses seuls chefs d’inculpation ne le laissent entendre… Encore Frank Darabont derrière la caméra. Et encore un chef d’œuvre reconnu unanimement par la critique et le grand public.

Les Évadés

Les Evades Stephen King

Année de sortie : 1995
Réalisateur : Frank Darabont
Casting : Tim Robbins, Morgan Freeman, Bob Guntan
Note : 4,2/5

En bref : basé sur le roman Rita Hayworth et la Rédemption de Shawshank, Les Évadés raconte l’histoire d’Andy Dufresne, un banquier américain accusé du meurtre de sa femme et emprisonné au pénitencier de Shawshank. Il va réussir à se lier d’amitié avec ses codétenus et à instaurer un climat de confiance avec la direction carcérale… La moins effrayante des histoires de Stephen King. Et l’une des adaptations les plus émouvantes du Maître. Portée par le réalisateur qui sublime le plus ses œuvres : Frank Darabont.


Christine

Christine Stephen King

Année de sortie : 1983
Réalisateur : John Carpenter
Casting : Keith Gordon, John Stockwell, Alexandra Paul
Note : 4,2/5

En bref : Humilié par ses camarades de classe, rabaissé par sa propre famille, Arnie ne peut compter que sur le soutien de son meilleur ami, Dennis, à qui tout réussit. Un jour, Arnie fait la connaissance de Christine, une Plymouth Fury condamnée à la casse. Fou d’amour pour cette voiture, il la rénove et la transforme en objet de toutes les tentations. Mais Christine ne semble pas vouloir partager son nouveau propriétaire avec le reste du monde. Et des accidents arrivent… Quand deux génies de l’épouvante se rencontrent – King et Carpenter -, ça ne peut que déboucher sur une adaptation réussie. Pas de surprise : Christine n’a pas pris une ride et continue de nous charmer presque quatre décennies après sa mise en circulation.

The Shining

Shining Stephen King

Année de sortie : 1980
Réalisateur : Stanley Kubrick
Casting : Jack Nicholson, Shelley Duvall, Danny Lloyd
Note : 4,3/5

En bref : Jack Torrance emmène sa famille au palace d’Overlook pour y travailler. Car Jack est gardien d’hôtel, et il va devoir y rester tout l’hiver avec sa femme et son fils. Coupée du monde (l’hôtel est totalement déserté l’hiver), la famille va alors vivre un véritable enfer, car l’hôtel est hanté. Le fils, qui a un pouvoir de médium, entre alors en contact avec toutes les personnes décédées dans l’hôtel, tandis que son père sombre peu à peu dans la folie… Stephen King l’a toujours crié haut et fort : il n’est pas fan de cette adaptation. Il en commandera même une nouvelle à la fin des années 90. Le public a tranché : il préfère la version de Kubrick. Espérons que sa suite, Doctor Sleep, annoncée pour octobre 2019, sera du même acabit.

Stand by Me

Stand by me Stephen King

Année de sortie : 1987
Réalisateur : Rob Reiner
Casting : River Phoenix, Richard Dreyfuss, Kiefer Sutherland, John Cusack
Note : 4,3/5

En bref : à la fin des années 50, quatre jeunes adolescents partent à la recherche d’un enfant, porté disparu depuis trois jours. En retrouvant le corps, ils espèrent passer dans les journaux du coin, voire à la télévision. Mais la route se révèle finalement bien plus longue que prévue, d’autant qu’elle est semée d’embûches et de révélations en tout genre… Attention : l’un des plus beaux films « Coming to Age » de tous les temps ! Il peut même rivaliser avec Les Goonies, si, si.