Accueil » Actualité » Steve Jobs voulait que Dell installe MacOS par défaut sur tous ses PC

Steve Jobs voulait que Dell installe MacOS par défaut sur tous ses PC

Le PDG de Dell révèle que Steve Jobs et lui ont négocié âprement par le passé pour que MacOs soit pré-installé sur les PC de la marque.

Steve Jobs, le fondateur d’Apple, est décédé en 2011 il y a tout juste 10 ans.
Steve Jobs, le fondateur d’Apple, est décédé en 2011, il y a tout juste 10 ans.

Si Michael Dell, PDG de Dell, avait accepté le deal de Steve Jobs, le fondateur d’Apple, l’histoire de l’informatique aurait peut-être été changée. L’anecdote date des années 90 et est racontée par le fondateur de Dell lui-même.

À lire aussi > L’iPhone 13 Pro est cher, mais Apple marge moins que Samsung avec ses S21

Cela fait 10 ans cette semaine que Steve Jobs nous a quitté. Le fondateur d’Apple et gourou de la Silicon Valley a laissé son empreinte durablement dans le monde de l’informatique, avec la création du Mac, de l’iPhone, de l’iPad et de l’iPod, entre autres. À cette occasion, les langues se délient chez les grands de la tech qui ont cotoyé Jobs de près, et plusieurs anecdotes sont révélées.

À lire aussi > Co-fondateur d’Apple, Steve Wozniak crée lui aussi son entreprise spatiale

À l’occasion d’une interview à Cnet pour parler de Jobs, Michael Dell, le PDG et fondateur du constructeur de PC, a révélé les tractations entre lui et Jobs pour faire de MacOS un système d’exploitation par défaut sur ses ordinateurs. Steve Jobs a d’abord approché Dell pour un partenariat, après avoir été évincé d’Apple et fondé NeXT. Il a proposé à Michael Dell d’utiliser l’OS de NeXT sur ses PC, en affirmant qu’il était « meilleur que Windows ».

Si Dell l’avait accepté, le deal de Jobs aurait mis fin à la guerre entre PC et Mac

Selon Dell, le deal n’a pas eu lieu faute « d’intérêt pour les clients ». Mais Steve Jobs n’a pas lâché l’affaire. De retour aux commandes d’Apple au tout début des années 2000, il est revenu à la charge pour obtenir de Dell une licence MacOS. Face à la toute-puissance de Microsoft et son système d’exploitation Windows, qui disposait à l’époque d’un quasi-monopole sur les PC, Jobs s’est battu pour rendre les choses plus équitables. Coïncidence, la sortie de Windows 11, la toute dernière version de l’OS Microsoft, a eu lieu quasiment 10 ans jour pour jour après la mort de Jobs.

Pour que MacOS soit proposé aux côtés de Windows sur les PC de Dell, « Jobs voulait se faire payer des centaines de millions de dollars » a révélé son fondateur. L’idée du PDG d’Apple ? Pour chaque licence MacOS pré-installée, Apple touche son obole. Sauf que « le calcul ne fonctionnait pas : la plupart de nos clients ne voulaient pas de Mac ». Et Dell aurait donc dû payer très cher pour un OS qui, a priori, aurait été très peu installé sur ses ordinateurs de l’époque.

« J’aurais fait la même chose que lui », affirme le PDG de Dell, devenu ami de Steve Jobs

Si l’accord avait été conclu, « ça aurait changé pour toujours la guerre entre PC et Mac ». Loin d’en vouloir à Jobs d’avoir été si combatif, Michael Dell affirme : « J’aurais probablement fait à peu près la même chose si j’avais été à sa place ». Au final, Jobs et lui sont devenus et restés amis jusqu’à la mort du fondateur d’Apple en 2011, des suites d’un cancer. Il raconte d’ailleurs son amitié avec Steve Jobs dans ses mémoires Play nice but win publiés tout récemment.

Source : CNET