Accueil » Actualité » Nintendo : Bowser risque 10 ans de prison et 4,5 millions de dollars d’amende

Nintendo : Bowser risque 10 ans de prison et 4,5 millions de dollars d’amende

Gary Bowser, qui vendait des logiciels permettant de contourner les sécurités des Nintendo Switch, risque la prison et doit payer une amende colossale.

Image 1 : Nintendo : Bowser risque 10 ans de prison et 4,5 millions de dollars d’amende
Les Joy-Cons de la Nintendo Switch – Crédit : Sara Kurfeß / Unsplash

Pour une fois, ce n’est pas Mario le plombier, mais tout le service juridique de Nintendo qui se bat actuellement contre Bowser. À cette nuance près qu’il ne s’agit pas du boss final bien connu de Super Mario Bros., mais de son homonyme en chair et en os, Gary Bowser, qui vient de plaider coupable de « trafic de dispositifs de contournement » et risque actuellement jusqu’à 10 ans de prison.

À lire aussi > Nintendo : pas de Switch Pro, mais une Switch 4K next-gen

Piratage de la Switch : les 3 pirates, dont 1 en fuite, ont gagné des dizaines de millions de dollars illégalement

Gary Bowser appartient au groupe de pirates informatiques Team-Xecuter, à l’origine d’un micrologiciel personnalisé appelé SX OS. Ce logiciel permettait de contourner les sécurités de la Switch pour y exécuter des jeux piratés. Vendu par le biais d’un réseau de revendeurs, SX OS était d’autant plus controversé que la plupart de ces « micrologiciels personnalisés » sont tous gratuits et open source. En d’autres termes, Gary Bowser vendait un logiciel déjà gratuit et librement disponible, pour qui savait chercher.

Pour se défendre, Nintendo a commencé à s’attaquer aux revendeurs qui distribuaient SX OS. Le concepteur de consoles japonais a déjà gagné certains procès, mais l’affaire contre Team-Xecuter est allée plus haut en impliquant cette fois le Ministère de la Justice américain. Gary Bowser a été arrêté en République dominicaine, ainsi que Max Louran, autre membre de son groupe de pirates en cours d’extradition depuis le Canada, et enfin Yuanning Chen, actuellement en fuite. Ce n’est pas la première fois que des pirates de Nintendo Switch sont arrêtés. L’année dernière, un hacker s’était emparé des identifiants d’un employé de Nintendo pour s’emparer de documents techniques confidentiels.

Un système rodé de licence payante pour « enregistrer des sauvegardes ROM » de jeux Nintendo Switch

Le Canadien Gary Bowser, 52 ans, connu en ligne sous le nom de « GaryOPA », a été arrêté en 2020. Il vient de plaider coupable fin octobre pour deux chefs d’accusation : « conspiration pour contourner des mesures technologiques et trafic de dispositifs de contournement », un chef qu’il partage avec d’autres membres de Team-Xecuter, et « trafic de dispositifs de contournement ». Il risque jusqu’à 5 ans de prison pour chacun, soit 10 ans au total. Ce n’est pas tout, car la justice américaine le poursuit pour 11 chefs d’accusation au total, incluant la fraude électronique et du blanchiment d’argent.

À lire aussi > Nintendo Switch OLED en rupture de stock : où l’acheter au meilleur prix ?

Team-Xecuter a en effet gagné « des dizaines de millions de dollars » en vendant des appareils SX OS, et Bowser lui-même a estimé qu’il gagnait 320 000 dollars par mois, y compris en percevant des revenus publicitaires de son site maxconsole.com. Ce dernier proposait les produits de Team-Xecuter à la vente, avec des « bibliothèques de sauvegardes au format ROM » (Read-only memory), c’est-à dire des sauvegardes lisibles mais pas enregistrables. Les joueurs devaient payer « une licence supplémentaire » pour jouer à des « sauvegardes enregistrables » de ces jeux, d’où l’inculpation pour piratage. Avant de connaître sa sentence d’emprisonnement définitive, Bowser a déjà été condamné à verser 4,5 millions de dollars de dédommagement à Nintendo.

Source : PC Gamer