[Test] Canon EOS 80D : que vaut le dernier Reflex numérique de Canon ?

Cinq raisons de craquer (ou pas) pour le Canon EOS 80D

Successeur du 70D, le 80D impressionne avec son autofocus sur 45 points, une meilleure dynamique et des performances plus élevées en montant en ISO. La technologie d’autofocus double pixel du 70D a été améliorée pour une mise au point plus fluide en vidéo et en utilisant l’écran Live View. C’est donc un choix pertinent pour ceux qui s’intéressent à la fois à la photo et à la vidéo. Et bien qu’il fasse l’impasse sur la vidéo 4K, le 80D est un reflex de milieu de gamme qui conviendra à tous ceux qui veulent disposer d’outils avancés et notamment aux utilisateurs qui veulent aller un peu plus loin pour améliorer leurs compétences en photo.

>>> Retrouvez notre comparatif des meilleurs reflex experts


Oui, pour la qualité des photos

Le capteur APS-C du Canon EOS 80D gagne en résolution par rapport au 70D. Le capteur CMOS passe ainsi de 20 à 24 mégapixels. Ce n’est pas énorme, mais cette augmentation s’accompagne d’une plage dynamique accrue et d’une plus grande montée en ISO (16000 contre 12800 sur le 70D). Et ce ne sont là que quelques-uns des avantages du 80D. L’appareil photo délivre des JPEG de qualité, mais qui n’ont rien d’exceptionnel pour la catégorie. Toutefois, en jouant un peu avec les réglages, il est possible d’obtenir des images de haute volée. Nous avons principalement effectué nos tests avec le nouveau kit objectif EF de 18-135 mm (équivalent à un 28.8-216 mm) f/3.5-5.6 IS USM, avec les modes semi-manuels (vitesse et priorité à l’ouverture). La majorité des images ont été enregistrées en haute résolution JPEG + RAW.

f/6.3 1/640 sec, ISO 100 Credit: Theano Nikitasf/6.3 1/640 sec, ISO 100 Credit: Theano Nikitas

Dans l'ensemble, les photos sont bien exposées et la mesure d’exposition était étonnamment précise, y compris sur les plans constitués en grande partie par le ciel et la mer comme ci-dessous.

f/5.6 1/640 sec, ISO 100 Credit: Theano Nikitasf/5.6 1/640 sec, ISO 100 Credit: Theano Nikitas

L'exposition est toute aussi précise dans une scène similaire qui comprend aussi de l’herbe plus sombre qui pousse sur les dunes. L’appareil photo capture des détails à la fois dans les zones sombres et dans les hautes lumières dénotant ainsi l’efficacité de la plage dynamique. Les kite-surfeurs avec leurs voiles claires offrent une touche de couleur qui contraste avec le bleu du ciel et de l’océan.

f/6.3 1/640 sec, ISO 100 Credit: Theano Nikitasf/6.3 1/640 sec, ISO 100 Credit: Theano Nikitas

Bien que qu’on perde les détails sur le jaune de ce petit bateau de conte de fées, le rendu des couleurs reste naturel en utilisant le mode d’image standard du 80D.

 IMG_1267 f/5.0 1/800 sec, ISO 400 Credit: Theano Nikitas IMG_1267 f/5.0 1/800 sec, ISO 400 Credit: Theano Nikitas

Oui, pour les photos en basse luminosité

Pour les photos en basse luminosité nous avons alterné les prises en vue en mode ISO auto (en définissant manuellement la vitesse et/ou l’ouverture pendant que l’appareil gère l’ISO), et en réglant l’ISO manuellement. Bien que le faucon ci-dessous ait été photographié en plein jour, il se trouvait à l’ombre et entouré d’arbres sombres. Dans l’éventualité où l’oiseau prenait son envol, nous avons défini la vitesse à 1/800 seconde et le 80D a automatiquement choisi une sensibilité de 6400 ISO. A posteriori il aurait fallu choisir une vitesse moins élevée afin de limiter le bruit avec une sensibilité si élevée. Quoi qu’il en soit les images restent exploitables, mais on peut voir que le résultat du lissage qui fait perdre du détail sur la tête de l’oiseau et dans les plumes.


f/5.6 1/800 sec, ISO 6400 Credit: Theano Nikitasf/5.6 1/800 sec, ISO 6400 Credit: Theano Nikitas

Dans la photo suivante, nous avons volontairement sous exposé l’Empire State Building pour accentuer l’intensité de la scène avec les lumières du bâtiment qui se détachent de l’obscurité en arrière-plan. La sensibilité a été réglée manuellement à 3200 ISO et le bruit est à peine visible dans les demi-teintes de l’immeuble comme vous pouvez le voir sur la version recadrée ci-dessous.

f/5.0 1/500 sec, ISO 3200 Credit: Theano Nikitasf/5.0 1/500 sec, ISO 3200 Credit: Theano Nikitas

Image recadrée Credit: Theano NikitasImage recadrée Credit: Theano Nikitas

Bien que le 80D puisse monter jusqu’à 25600 ISO, nous vous recommandons de vous limiter à 6400 ISO au maximum. Et si vous comptez imprimer des images en grand format, n’allez pas au-delà de 3200 ISO tout en utilisant un outil de réduction de bruit lors de la retouche des photos.

>>> Retrouvez notre guide d'achat pour bien choisir son appareil photo

Non, pour l’absence de 4K

Les vidéastes seront au regret d’apprendre que le 80D fait l’impasse sur la 4K. En contrepartie, il reprend l’excellent système AF à double pixel du 70D non sans l’améliorer. Cette technologie permet de disposer d’un autofocus plus doux et plus précis lorsqu’on enregistre des vidéos. De plus, le 80D est désormais équipé d’une prise audio au format jack afin de contrôler le niveau de l’audio lors des prises de vue. C’est le partenaire idéal de la prise jack dédiée au micro. Ainsi équipé, le 80D peut enregistrer une piste audio avec un niveau de qualité plus élevé que la moyenne. D’autant plus que l’objectif fourni en kit est silencieux lorsqu’on fait la mise au point ou lorsqu’on zoome.

L’appareil photo peut enregistrer des vidéos en Full HD 1920 x 1080 pixels à 24 et 30 images par secondes (ips) en MOV, et à 24/30/60 ips en MP4. Vous pouvez également opter pour l’enregistrement en 720p (1280 x 720 pixels) à 30/60 ips. Le 80D propose enfin un mode film HDR en Full HD à 30 ips.

En MP4 Full HD l’appareil offre une excellente précision dans le niveau d’exposition tout en capturant des couleurs qui sont à la fois naturelles et agréables à l’œil. Malheureusement, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous, le bruit du vent est particulièrement fort.

Canon EOS 80D Camera: Sample Footage

Oui, pour la rapidité

La plus grosse amélioration du 80D par rapport au 70D est probablement à chercher du côté de l’autofocus. Outre les avantages offerts par le système AF à double pixel dont nous vous parlions plus haut dans la partie vidéo, le 80D offre un système basé non plus sur 19 points, mais carrément 45 ! De quoi couvrir un cadre beaucoup plus large et de disposer d’une grande variété d'options allant de la sélection manuelle d'un seul point AF à neuf zones d’AF prédéfinies, mais aussi une zone plus grande d’AF où vous pouvez sélectionner l'une des trois zones, à moins de laisser l’appareil tout gérer automatiquement. Quelle que soit l'option qui a été sélectionnée, le système AF du 80D est très rapide et généralement très précis.

Bien que nous préférions choisir manuellement le point d’AF, le 80D a fait un bon travail comme on peut le voir sur la photo de marguerites ci-dessous avec une mise au point qui va du centre à l’extérieur de l’image. Toutefois en 35 mm la distorsion est notable sur les bords.

f/5.6 1/800 sec, ISO 100 Credit: Theano Nikitasf/5.6 1/800 sec, ISO 100 Credit: Theano Nikitas

Nous avons pu prendre une photo de pélican en plein vol avec l’autofocus en continu et le mode rafale réglé sur 7 images par seconde. Malheureusement le téléobjectif est un peu court pour zoomer davantage.


f/6.3 1/3200 sec, ISO 320 Credit: Theano Nikitasf/6.3 1/3200 sec, ISO 320 Credit: Theano Nikitas

Image recadrée Credit: Theano NikitasImage recadrée Credit: Theano Nikitas

Nous avons surtout apprécié le 80D pour photographier les kite-surfeurs sans quitter le balcon d’une maison en bord de mer. Malgré les mouvements de la voile qui plonge et qui décolle au-dessus de l’eau, le 80D a été suffisamment rapide pour capturer de belles images de ce sport très rapide.

f/7.1 1/640 sec, ISO 100 Credit: Theano Nikitasf/7.1 1/640 sec, ISO 100 Credit: Theano Nikitas

f/5.6 1/640 sec, ISO 100 Credit: Theano Nikitasf/5.6 1/640 sec, ISO 100 Credit: Theano Nikitas

Oui, pour l’ergonomie

Le Canon EOS 80D est très similaire au 70D. En apparence on note peu de différences et c’est une bonne nouvelle. Les utilisateurs d’un autre modèle de la marque s’y retrouveront aisément. La construction est éprouvée avec une coque en plastique qui résiste aux projections d’eau sans toutefois atteindre le niveau des Reflex haut de gamme de Canon tels que le 5DS/R ou la série 1D.

La poignée est suffisamment large et le boitier est bien équilibré afin d’offrir une prise en main agréable. LE 80D est un poil plus léger que son prédécesseur et nous l’avons utilisé une journée entière sans fatigue au niveau de l’épaule du cou ou de la main. L’équipement est riche avec un flash intégré et un griffe pour un flash externe, des prises micro et casque au format jack, une sortie mini HDMI et un écran LCD tactile.

Ce dernier est articulé avec une diagonale de trois pouces et une définition élevée avec 1,04 million de points. Outre le fait de pouvoir l’orienter à loisir pour ne pas être gêné par les reflets pendant l’utilisation, l’écran se referme pour le protéger des rayures durant le transport. Les fonctions tactiles sont utiles pendant les prises de vue, notamment en touchant l’écran pour régler la mise au point, mais également pour contrôler la lecture et naviguer dans l’interface. Cette dernière se compose d’onglets qui permettent d’afficher de nombreuses pages sans perdre l’utilisateur. Et si les réglages sont très nombreux, on pourra prendre son temps pour les maitriser en utilisant les différents modes automatiques. Grâce aux conseils qui s’affichent sur l’écran et au manuel qui est fourni, vous serez en mesure de progresser à votre rythme pour des prises de vue de plus en plus élaborées.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire