[Test] Motorola One : un smartphone pas cher, mais pas convaincant

6/10

Motorola One

239€ > Amazon
On aime
  • La parfaite gestion de l'autonomie
  • Android One
  • Prix en baisse constante
On n’aime pas
  • Le capteur photo vraiment pas terrible
  • Le processeur
  • L'absence d'innovation
Verdict :

Avec ce smartphone pas si cher, surtout si l’on prend en considération ses incessantes baisses de prix, Motorola propose ici un smartphone qui aurait pu devenir une référence en matière d’appareil sous Android One. Mais on lui reprochera surtout ses prises de vue peu convaincantes et son processeur daté. En outre, son design est vraiment trop classique pour sortir du lot. A défaut, on lui préférera le Mi A2 de Xiaomi, qui fonctionne lui aussi sous Android One, mais qui se révèle plus puissant et un peu plus plus abouti.

De plus en plus de constructeurs proposent désormais au moins un smartphone sous Android One dans leur gamme de produits. C’est notamment le cas de Xiaomi avec son Mi A2, de Nokia avec ses 3.1 et 5.1 et de HTC avec son U11 Life. Et même Motorola s’y est mis : le constructeur, qui appartient désormais à Lenovo, avait lancé en fin d’année dernière le Moto X4. Il récidive aujourd’hui avec le Motorola One, un appareil de 5,9″ doté d’un Snapdragon 625. Alors que vaut ce smartphone vendu moins de 300 euros ? A-t-il des chances de rivaliser avec la concurrence ? On craque ou pas pour le Motorola One ?

>> Lire aussi : Quels sont les meilleurs smartphones à moins de 200 € ?

1- Oui et non pour son design

Avouons-le tout de suite : le design du One n’apporte vraiment rien de révolutionnaire en termes de design. Motorola s’est contenté d’appliquer une formule éculée, et rien ne permet de distinguer ce modèle d’un autre. Le One est un appareil au design lambda, ni franchement moche, ni franchement réussi. Le dos du smartphone, noir brillant et agréable à regarder, fait cependant un peu cheap au toucher. Rien de réellement surprenant quand on considère le prix auquel est vendu l’appareil.

On trouve à l’arrière un double capteur photo et un capteur d’empreinte. A l’avant, le capteur photo est quant à lui intégré dans une encoche, un élément aujourd’hui devenu incontournable sur Android et iOS. La prise en main de l’appareil est plutôt sympathique, et Motorola a eu la bonne idée d’inclure une petite coque transparente en plastique dans la boîte du smartphone. Un détail à 2 ou 3 euros seulement, mais qui se révèle finalement utile le temps de trouver une protection plus esthétique.

En définitif, si vous cherchez un appareil classieux et à l’esthétisme innovante, ce n’est probablement pas vers le Motorola One qu’il faut vous tourner. En revanche, si vous préférez un appareil vraiment passe-partout, le choix du One est à envisager.

 Motorola OneHonor 8X
Taille 5,9″6,5″
Occupation de l’écran 79,2%84%
Ratio 19:919.5:9
Dimensions 16,04 x 7,66 x 0,78 mmHonor 8X
Poids 162 grammes175 grammes
Définition 720 x 1520 pixels (287 ppi)1080 x 2340 pixels (397 ppi)
Processeur Snapdragon 625 Kirin 710
RAM4 Go4 Go
Stockage64 Go64 Go
Capteurs photo arrière 13 MP (f/2.0) + 2 MP (f/2.4)20 MP, (f/1.8) + 
2 MP
Capteurs photo avant 8 MP (f/2.2)16 MP (f/2.0)
Batterie 3000 mAh3750 mAh
Version d’Android 8.1.0 / 9.08.1.0 / 9.0
Prix officiel 299 €249 €

Non pour ses performances

Comme évoqué en début d’article, le Motorola One palpite à l’aide d’un Snapdragon 625. Pour mémoire, si ce processeur a fait ses preuves à sa sortie, c’était il y a… deux ans et demi ! Depuis, nous avons eu droit à des processeurs bien plus puissants, notamment en termes de la gestion de la 3D (idéal pour jouer). Alors pourquoi les ingénieurs de Motorola ont-ils intégré un CPU si âgé au sein du dernier-né de la marque ? Un problème de coût, probablement. Mais comment les concurrents peuvent-ils proposer des smartphones, à des prix similaires et exploitant des processeurs bien plus récents et plus puissants (Snapdragon 660, Kirin 710, etc.) ? Le mystère reste entier. Si le processeur du Motorola One est un peu faiblard, côté mémoire, on bénéficie de 4 Go de RAM et de 64 Go d’espace de stockage. On peut accroître cette capacité à plus de 300 Go, en ajoutant une carte microSD au smartphone. L’appareil se situe donc dans la moyenne. 

Le manque de puissance dû au choix du processeur se ressent au quotidien. Si les applications sont un chouilla plus lentes à démarrer que sur un Snapdragon 710, c’est surtout dans les jeux et les applications gourmandes que l’on ressent de belles lenteurs. Les résultats que nous avons obtenus sous 3DMark parlent d’eux-mêmes (voir ci-dessous). Et lorsqu’une grosse application se lance, toutes les commandes semblent bloquées pendant une ou deux secondes… A tel point qu’on a même du mal à régler le volume pendant ce laps de temps.

Geekbench 4 Multicore 3DMark Slingshot Extreme
Motorola One (Snapdragon 625)4265466
Honor 8X (Kirin 710) 5645 1596
Xiaomi Mi A2 (Snapdragon 660) 4609 1275
Xiaomi Redmi Note 5 (Snapdragon 636) 4819 940

Oui pour Android One

Si l’appareil nous a été livré sous Android 8.1.0, une mise à jour vers la version 9.0 du système de Google a rapidement montré le bout de son nez. On peut féliciter Motorola pour le suivi et la mise à jour de ses appareils. En outre, le constructeur et Google assurent que l’appareil bénéficiera de 3 années de mises à jour. De quoi dormir sur ses deux oreilles et ne plus s’inquiéter de la sécurité de l’appareil.
Autre point (très) positif : le smartphone exploite Android One en guise de système d’exploitation. Il n’y a donc pas de surcouche constructeur, pas de fioritures, pas de fonctionnalités inutiles et mises en avant lourdement. Pour mémoire, Android One est une version d’Android très proche d’Android Stock (la version la plus pure du système d’exploitation), à laquelle différents niveaux de sécurité ont été ajouté.

Le principal avantage avec ce genre d’OS, c’est que le constructeur ne se risque pas à y installer ses propres applications (ou alors en très faible quantité) et que l’on y retrouve tout ce qui a fait la marque de fabrique d’Android : un tiroir d’applications accessible depuis un simple glisser (de bas en haut depuis l’écran d’accueil), un module de paramétrage simple et clair, un clavier virtuel convivial (Gboard), un écran des dernières infos situé à gauche de l’écran d’accueil… Et la liste est longue. Bref, l’intégration d’Android One constitue un argument de taille quand on cherche un OS que l’on connaît et maîtrise depuis des depuis années.

Un gros oui pour l’autonomie

Quand on consulte la fiche technique du Motorola One, on s’aperçoit que sa batterie « ne fait que 3000 mAh ». Avec une telle spécificité,on se dit d’entrée de jeu que le smartphone tiendra difficilement plus d’une journée en conditions d’utilisation classique. Erreur.

Nous avons soumis l’appareil à notre test habituel, qui consiste à l’utiliser au quotidien dans diverses situations durant une heure chacune : une heure de téléphonie, une heure de vidéo streamée, une heure de GPS… Et beaucoup plus de Web, de consultation des mails et de discussion sur WhatsApp. Et très étonnamment,l’appareil a réussi à tenir près de 40 heures sans broncher. Le Motorola One nous a même offert le lendemain une deuxième heure d’utilisation du GPS, alors qu’ils’agit justement de l’un des composants les plus énergivores. Android One 9.0 et sa gestion de l’autonomie y sont probablement pour quelque chose.

Pour la recharge, Motorola a également pensé à intégrer un module Turbo Power de15 W en USB-C. Grâce à celui-ci, on peut recharger le téléphone à 30% en unedemi-heure seulement. En revanche, la recharge complète de l’appareil nécessite1h55 environ.

Non pour la photo

A l’arrière de l’appareil, on bénéficie d’un double capteur photo de 13 + 2 MP, tandis qu’à l’avant, c’est un capteur de 8 MP qui vient contenter les fans de selfie. En somme, voilà des capacités photo un peu juste, tant sur le papier que dans la réalité. Et nous l’avons en effet éprouvé. Les photos en pleine lumière sont juste passables, et l’on fait parfois les frais d’un flou prononcé sur les bords gauche et droite, tandis que le centre de l’image est à peu près correct. Pire : la balance colorimétrique n’est pas respectée et pour peu que le ciel soit un peu grisonnant, il en devient totalement blanc (voir photo ci-dessous).

Et c’est encore pire la nuit tombée. Les clichés sont bruités au possible et totalement inexploitables, même avec la meilleure volonté du monde et le plus puissant des logiciels de retouche photo. Bref, le smartphone n’est clairement pas taillé pour la prise de vue, et son capteur frontal ne s’en tire
pas beaucoup mieux.

Alors, on achète ou pas ?

Annoncé à 299 euros, le prix de l’appareil a rapidement chuté d’au moins une cinquantaine d’euros. On le trouve même aujourd’hui à un tarif qui avoisine les 220 euros. Le Motorola One représente-t-il un choix correct, finalement ? Pas vraiment. Car si le Motorola One dispose de quelques atouts comme son autonomie, son prix  ou des bonus que les concurrents n’ont pas comme  les « Gestes moto », par exemple, la somme de tous ces éléments ne vient pas contrebalancer les points négatifs. Nous avons été déçus par le choix du processeur, par la qualité des photos en faible luminosité, par quantité d’autres choses comme ce vieux jingle Motorola qui se déclenche à chaque notification… Motorola est clairement en perte de vitesse et la pente va être très dure à remonter. Pour quelques euros de plus, mieux vaut se tourner vers un appareil comme le Honor 8X qui ne tourne certes pas sous Android One, mais offre bien d’autres points positifs, à commencer par un CPU digne de ce nom et de belles photos en faible luminosité.