http://media.bestofmicro.com/J/Q/564470/original/Antivirus_gratuit.jpg

Antivirus gratuit : quel est le meilleur en 2017 ?

Comment choisir son Antivirus gratuit ?

Le paysage des antivirus évolue. D’abord parce que les protections doivent s’adapter à des menaces qui évoluent sans cesse et se montrent plus sournoises, plus ciblées et, même, de plus en plus souvent uniques. Ensuite, parce que les protections ne peuvent plus ignorer la présence en standard dans Windows 10 de nombreux boucliers qui font le job.

Jusqu’ici, les solutions gratuites arrivaient à s’imposer parce que les utilisateurs n’avaient simplement plus envie de dépenser pour se protéger. Avec la généralisation de Windows 10 sur tous les PC, les solutions gratuites sont désormais contraintes d’adopter une nouvelle approche qui n’est pas sans rappeler celle que les solutions payantes ont du mettre en œuvre pour survivre face à la prolifération des solutions gratuites : diversifier leurs champs d’investigation en intégrant des protections cross-plateformes et des outils d’optimisation du système.

Des incitations trop nombreuses

Cette évolution du marché a un impact sur la conception même des antivirus gratuits. Ces derniers pour survivre doivent absolument convertir un maximum d’utilisateurs à migrer vers les éditions payantes. Il en résulte une multiplication des messages publicitaires incitant à passer « aux versions supérieures » sur les interfaces. Mais les éditeurs multiplient également les messages publicitaires pour leurs autres services gratuits comme les VPN, les outils d’optimisation ou les solutions de sauvegarde. Désormais tout le monde est un peu logé à la même enseigne. Heureusement, ces messages sont rarement envahissants. Seul Sophos Home échappe pour l’instant à ces sollicitations indésirables.
Certains antivirus trouvent également une source de revenue en embarquant les outils Google (la barre de recherche ou le navigateur Chrome) ou en imposant leur propre portail de recherches (afin d’afficher des liens sponsorisés). À l’utilisateur de faire attention à décocher les cases correspondantes lors de l’installation s’il n’en veut pas. On notera cependant que, cette année, aucun produit n’est « bundlé » avec des adwares inopportuns.

Des fonctionnalités étendues

Concurrence oblige, les antivirus gratuits cherchent désormais à étendre leur spectre au-delà du simple bouclier antimalware. Certains produits gratuits embarquent désormais des fonctionnalités propres aux suites payantes telles que la détection des logiciels vulnérables, l’exécution en « sandbox » des codes inconnus, l’intégration d’un pare-feu, la gestion des mots de passe ou même des fonctions de surveillance du réseau ou d’optimisation des performances. Mais attention, dans de certains cas, et notamment chez AVG, Avast et Avira, certaines de ces fonctionnalités sont présentes dans l’interface utilisateur mais ne sont réellement accessibles qu’après avoir souscrit un abonnement à ces services.

Des interfaces qui font la différence

L’ergonomie est l’un des points qui différentient le plus les solutions. Certaines sont plus techniques que d’autres et disposent davantage de paramétrages que d’autres. Certaines solutions visent un public averti (Avira par exemple) alors que d’autres s’adressent davantage aux néophytes (Panda typiquement).
Mais un nouvel aspect est désormais à même de faire pencher pour une solution plutôt qu’une autre : la présence d’une console centralisée pour piloter à distance depuis une seule machine toutes les protections du foyer. Avira et Sophos ont opté pour une console dans le Web permettant de piloter les sécurités à distance de n’importe où dans le monde. AVG a opté pour une interface Windows afin de contrôler le foyer depuis le PC principal.

Les points à regarder

Autrement dit, puisque l’efficacité défensive est assez proche entre les produits, le choix de telle ou telle solution se fera en fonction de votre capacité à supporter les incitations à passer aux versions payantes, la convivialité de l’interface utilisateur, vos besoins d’une console centralisatrice, et l’envie de disposer d’outils complémentaires pour gérer la bonne santé de votre ordinateur.
Le mieux pour choisir est encore de les essayer. Car tel est bien l’avantage premier de ces solutions gratuites. On peut les essayer autant que nécessaire et se forger sa propre opinion en fonction de ses propres besoins. La bonne nouvelle, c’est que toutes les protections évaluées se désinstallent très proprement. Nous n’avons rencontré aucun problème à ce niveau.

Restez vigilants

Rappelons qu’aucune protection (même payante) n’est parfaite et infaillible. Et que l’utilisateur est un élément clé de la protection et son maillon le plus faible. Il est impératif de rester prudent et d’employer les bonnes pratiques :

  • Ne cliquez jamais sur le lien d’un email. Ressaisissez l’adresse dans la barre du navigateur Web.
  • Méfiez-vous des messages qui cherchent à vous faire paniquer (« des virus ont été détectés, cliquez ici pour les nettoyer » lors de vos navigations Web) ou à vous faire saliver (les offres trop belles pour être vraies sont toujours des arnaques).
  • Ne saisissez jamais le code secret de votre carte bancaire ni le code PIN de votre mobile sur un site.
  • Ne téléchargez jamais un logiciel ailleurs que sur le site officiel de son éditeur. Évitez de rechercher un logiciel via Google ou Bing pour le télécharger.
  • Utilisez de préférence des services comme PayPal pour payer sur le Web afin de ne jamais communiquer votre numéro de carte bancaire sur le Web.
  • Planifiez un scan intégral de votre ordinateur au moins une fois par mois, dans l’idéal une fois par semaine. Une récente étude OPSWAT montre que 90% des utilisateurs n’ont pas lancé de scan intégral dans les 7 derniers jours. Or certaines menaces ne sont détectées qu’après leur intrusion sur le disque.
Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
1 commentaire
    Votre commentaire
  • JonDol
    Bonjour,

    Le test de Comodo Internet Security (CIS) est un peu n'importe quoi: c'est de loin le meilleur pare-feu et ceci depuis de longues années déjà donc aucune surprise sur le manque de nouveautés en 2016 !

    Pare-feu permissif au départ : ah bon ? C'est sans doute pour ceci que ça prend 10 min de configuration pour faire fonctionner un serveur VNC ou un client bittorrent...

    En mode d'installation avancée on peut choisir à ne pas installer GeekBuddy qui de toute façon peut être désinstallé par la suite, indépendamment de Comodo.

    Impact sur les performances et la stabilité du système: ah bon ? Sa présence est imperceptible sur un PC de 12+ ans, sur mes autres PCs plus récents n'en parlons pas ! Suivez à la lettre le guide de configuration disponible sur le forum de Comodo (en anglais uniquement je crois).

    HIPS désactivé par défaut: c'est parce qu'on peut obtenir un niveau de protection équivalent sans lui. Suivez encore le guide de configuration (pour info, sur mon PC de 12+ ans le HIPS est activé et pourtant ça ne pénalise pas les performances).

    Avez-vous précisé que c'est le seul à offrir une sandbox disponible à toutes les applications (non limité aux explorateurs donc) ? Et ceci sans utiliser le bureau virtuel qui lui nécessite l'installation de Silverlight.

    Si vous aimez la technicité... C'est valable pour toutes les suites de sécurité: le passage par les options avancés est indispensable sinon la suite soit est inefficace soit elle fonctionne mal.

    Et si vous n'aimez pas la technicité, Comodo a aussi un mode apprentissage qui vous posera des questions afin d'apprendre vos habitudes au fur et à mesure. Et si vous n'aimez toujours pas la technicité alors GeekBuddy est votre meilleur ami. C'est aussi grâce au support payant via GeekBuddy que la société se permet d'offrir gratuitement cette extraordinaire suite de sécurité !

    S'il manque quelque chose à CIS c'est un peu d'ergonomie pour supprimer de la configuration des fichiers notés (File Rating) les fichiers qui ne sont plus présents dans le système. A part ceci, que du bonheur avec CIS, depuis 5 ans déjà...

    Cdt
    0