Accueil » Actualité » Ce dinosaure est si bien préservé qu’on sait ce qu’il a mangé avant de mourir

Ce dinosaure est si bien préservé qu’on sait ce qu’il a mangé avant de mourir

Un fossile de dinosaure vieux de 110 millions d’années découvert au Canada est si bien conservé qu’il permet même de savoir ce qui se trouvait dans son estomac au moment de sa mort. Cette découverte est importante pour les paléontologues.

Dinosaure Borealopelta Markmitchelli
Crédits : Nobu Tamura (CC-BY-SA)

Ce fossile de Borealopelta Markmitchelli est, d’après le musée royal Tyrrell de paléontologie responsable de son analyse, l’un des dinosaures les mieux préservés au monde, un peu à l’image de ce minuscule fossile trouvé dans l’ambre. Bien que datant du crétacé inférieur, le contenu de son estomac a pu être inspecté et une partie de son contenu identifiée.

Ce dinosaure était un fin gourmet

Découvert il y a 9 ans dans une mine à ciel ouvert en Alberta, une province canadienne, le fossile de Borealopelta Markmitchelli, un ankylosaurien de la famille des nodosauridés, commence à livrer ses secrets. Caleb Brown, paléontologue au musée roya Tyrrel et son équipe viennent de publier leurs découvertes sur le contenu de l’estomac du dinosaure dans le journal Royal Society Open Science. Végétarien, il ne sera pas celui qui vous mangera dans le film Jurassic World 3.

Afin de comprendre au mieux le contenu de cette étude, Gizmodo a demandé l’aide de Jelle Wiersma, géologue et doctorant. Elle explique : « Cette étude est cruciale, car, en général, très peu est connu sur ce que les dinosaures mangeaient ». Elle continue : « Ce qui est était mangé est souvent seulement une présomption basée sur les fossiles d’animaux et de plantes situées au même endroit et datant de la même période ».

La cavité abdominale fait la taille d’un ballon de basket. Les scientifiques l’ont découpé en fines sections qu’ils ont ensuite inspectées au microscope. Ils y ont ainsi trouvé 48 types de fossiles, dont des fougères, des mousses, des conifères et les fleurs. Surprenant, de nombreux spécimens de fougères et plantes pourtant connues n’ont pas été trouvés, semblant indiquer des préférences alimentaires strictes. En plus, les paléontologues ont découvert des gastrolithes, que l’on appelle couramment des pierres d’estomac. Elles sont communes chez les oiseaux afin de faciliter leur digestion.

Source : Gizmodo