Accueil » Actualité » Des scientifiques utilisent la lune comme miroir pour étudier la Terre pendant une éclipse lunaire

Des scientifiques utilisent la lune comme miroir pour étudier la Terre pendant une éclipse lunaire

Profitant d’une éclipse lunaire totale en janvier 2019, les astronomes utilisant le télescope spatial Hubble de la NASA/ESA ont mesuré la quantité d’ozone dans l’atmosphère de notre planète. Cette méthode leur permet d’observer des exoplanètes semblables à la Terre qui transitent devant leurs étoiles hôtes pour la recherche de vie extraterrestre.

C’est la première fois qu’une éclipse lunaire totale a été observée par un télescope. Appelée « Lune de Sang« , c’est également la première éclipse qui a été capturée avec une lumière ultraviolette invisible pour l’œil humain.

Image 1 : Des scientifiques utilisent la lune comme miroir pour étudier la Terre pendant une éclipse lunaire
Crédit : M. Kornmesser (ESA/Hubble), NASA, ESA

Nous savions déjà que l’ozone entoure la Terre, bien sûr, mais cette observation était en quelque sorte une expérience. L’idée est qu’en analysant la lumière qui traverse les atmosphères d’exoplanètes lointaines, nous pourrions être en mesure de détecter des mondes habitables ou même être sûrs que certaines de ces planètes abritent la vie. Récemment, c’est la sonde martienne chinoise Tianwen-1 qui photographiait la Terre et la lune.

Les astronomes estiment qu’il pourrait y avoir jusqu’à un milliard d’autres planètes comme la Terre dans notre seule galaxie, la Voie lactée. Pour l’instant, notre planète est le seul endroit connu dans l’univers où la vie telle que nous la connaissons existe et prospère. Cependant, la lune pourrait bien aider à en découvrir d’autres.

« L’un des principaux objectifs de la NASA est d’identifier les planètes qui pourraient accueillir la vie« , a déclaré Allison Youngblood, du Laboratoire de physique atmosphérique et spatiale de Boulder (Colorado), chercheur principal des observations de Hubble. « Mais comment connaîtrions-nous une planète habitable ou inhabitée si nous en voyions une ? À quoi ressembleraient-ils avec les techniques dont disposent les astronomes pour caractériser les atmosphères des exoplanètes ? C’est pourquoi il est important de développer des modèles du spectre terrestre comme modèle pour catégoriser les atmosphères des planètes extrasolaires. ».

Les scientifiques ont découvert pourquoi la Lune avait « disparu » il y a 900 ans

En quoi la détection de l’ozone pourrait-elle permettre de trouver des formes de vie dans l’univers ?

L’ozone contribue à protéger la vie sur Terre, en absorbant les rayons ultraviolets nocifs. En détectant de l’ozone sur d’autres planètes, il serait possible que celles-ci abritent également la vie.

L’espoir des scientifiques est de trouver des planètes similaires à la nôtre. Elles sont généralement beaucoup plus petites que les exoplanètes gazeuses observées, ce qui rend beaucoup plus difficile la détection de la lumière qui traverse leur atmosphère.

La Lune se dévoile dans une photo « impossible » qui exacerbe tous ses contrastes

Vous pouvez retrouver ci-dessous la vidéo de la NASA qui explique pas à pas la démarche des chercheurs.

Source : NASA