Accueil » Actualité » Des traces de radioactivité présentes dans le miel américain

Des traces de radioactivité présentes dans le miel américain

Des étudiants en géologie ont découvert des isotopes radioactifs dans du miel produit le long de la côte Est des États-Unis, et ce à des niveaux plus élevés que prévu.

Selon l’étude, il s’agirait des retombées des essais de bombes nucléaires effectués dans les années 1950 et 1960. Bien que les niveaux de radioactivité ne soient pas dangereux, ils pourraient avoir été beaucoup plus élevés dans les années 1970 et 1980.

Miel - Alexander Mils / Unsplash
Miel – Crédit : Alexander Mils / Unsplash

L’auteur principal de l’étude, le géologue Jim Kaste du College of William & Mary de Williamsburg, en Virginie, a envoyé ses étudiants mesurer les radiations dans des aliments tels que des noix, des fruits et du miel lors d’une mission de vacances de printemps.

L’isotope radioactif qu’ils ont identifié dans le miel, le césium 137, se situe en dessous des niveaux considérés comme dangereux. Cependant, les quantités mesurées soulignent néanmoins la persistance des contaminants environnementaux de l’ère nucléaire, même un demi-siècle après la fin des essais de bombes internationales.

Le miel est toujours contaminé par les essais nucléaires

La présence du césium 137, un élément radioactif créé par la réaction nucléaire de l’uranium et du plutonium qui alimente les armes atomiques, a été révélée lorsque le professeur Kaste a utilisé son détecteur de rayons gamma pour analyser un échantillon de miel.

D’après lui, l’isotope radioactif serait présent à des niveaux 100 fois supérieurs à ceux d’autres aliments. « J’ai refait la mesure parce que je pensais que quelque chose était arrivé au récipient ou que mon détecteur était détraqué. », a expliqué Kaste dans un communiqué de l’université.

Le radiocésium a été détecté dans 68 des 122 échantillons analysés, à des niveaux supérieurs à 0,03 becquerel par kilogramme. Cela représente environ 870 000 atomes de radiocésium par cuillère à soupe. Un échantillon de Floride présentait même 19,1 becquerels par kilogramme. Il s’agit du niveau de radioactivité le plus élevé pour cette étude.

Cependant, pas d’inquiétude, il ne s’agit pas de niveaux élevés. En effet, les États-Unis autorisent la présence de 1 200 becquerels par kilogramme dans tous les aliments. Cependant, les relevés ont été effectués sur du miel récent, et non sur du miel qui datait des essais nucléaires. Par conséquent, les chercheurs pensent que les niveaux étaient bien plus élevés avant les années 2000. Le miel aurait donc pu présenter des risques pour la santé des consommateurs.

Source : Interesting Engineering