Accueil » Actualité » Espace : les naines blanches exploseraient comme des armes nucléaires en mourant

Espace : les naines blanches exploseraient comme des armes nucléaires en mourant

L’explosion des naines blanches de l’Espace serait similaire à celle des armes nucléaires quand les étoiles meurent en supernova. Une nouvelle étude démontre que cette forte explosion serait à l’origine des supernovæ de type la.

Après avoir découvert une zone de la Voie lactée remplie d’étoiles qui serait sur le point d’exploser, des chercheurs ont fait une nouvelle découverte importante. En mourant, une naine blanche exploserait de la même manière qu’une bombe atomique sur Terre. Pour rappel, une naine blanche est une étoile vieillissante très dense. C’est le noyau qui reste après qu’une étoile ordinaire ait épuisé son carburant et perdu ses couches externes. Dans notre galaxie, 90 % des étoiles, dont le Soleil, deviendront des naines blanches à terme.

Une naine blanche
Une naine blanche – Crédit : WikiImages / Pixabay

Quand une naine blanche atteint sa masse maximale, elle explose en supernova. Par rapport à une nova, l’explosion est des dizaines de milliers de fois plus puissante. Selon la nouvelle étude des chercheurs, les naines blanches et les armes nucléaires ont une explosion similaire.

L’explosion d’une naine blanche est très similaire à celle d’une bombe atomique

Le co-auteur de l’étude, Charles Horowitz, qui est un astrophysicien nucléaire à l’université de l’Indiana, a expliqué que : « les conditions pour construire et déclencher une bombe atomique semblaient très difficiles – j’ai été surpris que ces conditions puissent être satisfaites de manière naturelle à l’intérieur d’une naine blanche très dense ». L’année dernière, des astronomes avaient d’ailleurs affirmé qu’une supernova thermonucléaire avait éjecté une étoile naine blanche dans la Voie lactée au lieu de la détruire.

D’après les calculs et les simulations des chercheurs, une masse importante d’uranium se cristallise à partir du mélange des éléments que l’on retrouve dans une naine blanche en refroidissement. L’uranium peut alors exploser à la suite d’une réaction en chaîne de la fission nucléaire. Par conséquent, les chercheurs ont démontré que la chaleur et la pression du noyau à ce moment pourraient être responsables du déclenchement de la fusion d’éléments plus légers. Il peut s’agir par exemple de carbone ou d’oxygène. Ce déclenchement entraîne alors la supernova. D’ailleurs, des chercheurs de l’université de l’Illinois ont expliqué l’année dernière qu’une supernova aurait causé une extinction massive il y a 359 millions d’années.

Enfin, cette nouvelle découverte permettra d’en apprendre davantage sur les supernovæ thermonucléaires aussi appelées supernovæ de type la. Comme l’a dit Charles Horowitz, le processus décrit ci-dessus pourrait expliquer l’origine d’environ la moitié des supernovæ thermonucléaires. Désormais, les chercheurs vont créer de nouvelles simulations informatiques afin de déterminer si les réactions en chaîne de la fission nucléaire sont bel et bien à l’origine du déclenchement de la fusion, puis de la supernova de type la.

Source : LiveScience