Accueil » Actualité » Le coronavirus est en pleine mutation, mais tout va bien

Le coronavirus est en pleine mutation, mais tout va bien

Comme tous les virus, le Covid-19, ou SARS-CoV-2, est sujet à des mutations fréquentes, mais qui ne présentent pratiquement pas de danger à court et moyen terme. Les probabilités d’une mutation qui rendrait le virus plus nocif ou plus contagieux sont très faibles.

Comme tous les êtres vivants, le nouveau coronavirus peut être sujet à des mutations. Bien que le terme soit souvent synonyme de scénario catastrophe dans les films de science-fiction, comme l’explique la revue Nature Microbiology, il ne conduit pas nécessairement un virus à devenir plus dangereux. « La vitesse à laquelle le virus est en train de muter et d’évoluer n’est pas surprenant ; c’est exactement ce que nous attendons d’un virus comme celui-ci », explique le docteur Nathan Grubaugh, virologue à la faculté de médecine de Yale. « Tous les virus évoluent en permanence et ça ne devrait pas être alarmant […] C’est ainsi que fonctionne l’évolution. Nous sommes tous des mutations. Nous sommes tous génétiquement différents de nos ancêtres », ajoute-t-il.

Tous les virus évoluent en permanence et ça ne devrait pas être alarmant.

PhD Nathan Grubaugh, virologue à la faculté de médecine de Yale

Bien que le phénomène soit relativement rare dans la nature, les virus se multiplient rapidement, et sont donc sujets à des mutations bien plus fréquentes. Selon le docteur Nathan Grubaugh, il est néanmoins très peu probable que le Covid-19 mute d’une manière qui modifierait le déroulement de la pandémie. « Bien qu’une mutation puisse de temps en temps avoir un impact épidémiologique, c’est assez rare », avance le scientifique.

Image 1 : Le coronavirus est en pleine mutation, mais tout va bien
Virus de l’hépatite C – Crédit : CDC

Le Covid-19 est un virus à ARN qui offre par nature une plus faible stabilité génétique que les virus à ADN. Au fil des réplications, son code génétique évolue, mais la plupart des modifications l’affaiblissent ou sont sans effet. Sa contagiosité et sa nocivité sont contrôlées par de multiples gènes. Modifier ces caractéristiques fait donc l’objet d’un processus complexe et hasardeux. La probabilité qu’un virus devienne plus mortel ou plus contagieux reste faible sur une période de quelques semaines, de quelques mois, voire de quelques années. 

L’origine de la pandémie de Covid-19 est naturelle, expliquent les scientifiques

Les mutations du Covid-19 présentent aussi des avantages

Lorsqu’une mutation génétique rend un virus plus nocif, ce n’est pas toujours à son avantage. « Si un virus infecte un hôte et le tue immédiatement, ce n’est généralement pas bon pour lui puisque ça limite sa capacité à se développer et infecter de nouveaux hôtes », détaille Richard Kuhn, virologue et directeur de l’Institut des maladies infectieuses de West Lafayette (Indiana).C’est d’ailleurs l’un des facteurs qui ont permis de limiter la propagation d’Ebola. Son taux de mortalité élevé et sa violence ont empêché les malades de répandre la maladie autour d’eux.

Plus généralement, les mutations présentent également un intérêt pour suivre une pandémie et connaître son origine. Les scientifiques peuvent utiliser les modifications génétiques pour identifier différentes souches du virus, et ainsi tracer précisément l’historique de sa propagation.

Coronavirus : une vidéo montre les dégâts causés aux poumons par le virus

Source : Popular Science