Accueil » Actualité » Mars : une forme de poire repérée à la surface de la planète

Mars : une forme de poire repérée à la surface de la planète

La planète rouge paraît bien inhospitalière de nos jours, mais les scientifiques accumulent les témoignages d’un passé bien différent. Cette fois-ci, c’est une formation rocheuse qui démontre l’activité passée de Mars.

La planète Mars et la connaissance de son passé sont au cœur des préoccupations de nombreuses équipes partout dans le monde. Que ce soit les Chinois avec leur rover Zhurong ou la Nasa avec les missions Curiosity et Mars 2020, de nombreux relevés et analyses sont en cours sur la planète rouge. C’est d’ailleurs dans le cadre d’une de ces missions que l’hélicoptère Ingenuity se prépare pour son 14e vol.

poire enterrée
Image capturée par la caméra HiRISE en orbite. Crédit : NASA

L’hypothèse de la présence d’eau liquide sur Mars il y a plusieurs milliards d’années a été largement vérifiée et récemment, les scientifiques ont pu prouver que la planète était trop petite pour conserver rivières, lacs et océans. Cependant, l’eau n’est pas le seul élément important à l’émergence de la vie et les scientifiques s’attèlent à retracer la présence ou non de volcanisme sur l’astre.

Une trace de volcanisme bien visible

Les missions sur Mars sont notamment connues au travers des rovers comme Curiosity ou Perseverance et de l’hélicoptère Ingenuity. Néanmoins, un autre instrument, moins médiatisé, est également en action en orbite. Il s’agit de HiRISE, une caméra capable de prendre des photographies de la surface martienne en très haute résolution.

C’est grâce à cette caméra que les scientifiques ont découvert une formation que l’on décrit comme « une poire enterrée ». Selon la NASA et l’Université de l’Arizona, cette formation est un cône pyroclastique très ancien qui aurait survécu à un volcanisme plus récent.

Le terme pyroclastique est un terme désignant toute matière dont la formation s’est faite dans un volcan, sans distinction de composition, de forme ou de taille. Une aubaine pour les chercheurs puisqu’il s’agit d’un témoignage visuel rare de l’ancienne activité de la planète. En effet, très peu de formations de ce genre ont survécu jusqu’à notre époque.

Cette découverte vient renforcer les preuves découvertes cette année qui témoignent de super-éruptions ayant eu lieu sur Mars. Pour ce que l’on en sait actuellement, la planète semble avoir été particulièrement active il y a 3 à 4 milliards d’années et la dernière éruption majeure daterait d’il y a 50 000 ans. Si l’on ajoute le récent séisme enregistré par la NASA, les scientifiques nourrissent l’espoir qu’une faible activité volcanique soit toujours existante.

Si les scientifiques s’intéressent tellement au volcanisme et à la présence d’eau, c’est parce que ces deux éléments réunis favorisent grandement l’apparition de la vie et toutes les informations que les astronomes peuvent obtenir sur Mars pourraient appuyer la mission JUICE dont le but est d’observer des lunes de Jupiter à la recherche de conditions favorables à la vie.

Source : autoevolution